Eteinte

8 avril 2010 à 15:51

Comment continuer ? Comment s’enthousiasmer pour une série, ou même (commençons petit) un épisode seulement ? Comment regarder des personnages, qui par définition n’existent pas, se prendre la tête sur des problèmes qui, si on y pense, ne leur appartiennent même pas ? Comment prendre au sérieux le scénariste qui écrit aussi bien une comédie hilarante qu’un drame poignant dans le seul but de gagner sa vie ?
Je ne prends plus rien au sérieux. Et je regarde l’écran, c’est bien la première fois, avec une sorte de mépris.
Tout cela n’est que fiction. Ça ne veut rien dire.

Il y a aussi la non-fiction, bien-sûr, celle que j’aime et à laquelle j’hésite régulièrement à consacrer une rubrique : les débats, les documentaires, SNL. Mais si c’est pour regarder, soit des imbéciles intelligents se sentant autorisés à se gargariser de mots, soit des journalistes essayant d’attirer mon attention sur des pécadilles comme la vie incroyable des pâtissiers, soit quelques pitres singeant l’homme de la rue ou des hommes politiques… non, vraiment, ce n’est pas moins vain.

Quand toutes les dix minutes, on se met à pleurer, ça ne divertit plus, un écran.
Sachant que j’ai dépassé ce stade il y a plusieurs heures et que j’en aurais presque la nostalgie à présent que je suis plus bas encore.

Jusque là, ma téléphagie m’aidait plutôt, dans ce genre de cas. Il y avait la musique et la téléphagie. Pour l’instant (je croise les doigts) la musique fonctionne encore. Quand j’allais mal, quand j’allais très mal, quand j’étais arrivée au bout de moi-même, je trouvais quelque chose sur mon écran qui, là, aujourd’hui, me semble absent.

Je pourrais faire ce que j’ai toujours fait : espérer de ma téléphagie qu’elle distraie mon attention, ou au contraire qu’elle me serve d’exutoire.
Les deux sont possible, les deux ont jadis su être efficaces selon le besoin.
Mais plus aujourd’hui.

Ma téléphagie me déçoit, un peu. Elle atteint sa limite. C’est la première fois.
Je sais que ça reviendra. Je sais que ce n’est que temporaire. Je devine qu’il suffit à la fois d’insister et d’attendre.

Mes pensées ne savent pas se concentrer sur l’écran, alors, dans le fond, ma téléphagie n’est pas à blâmer.

Mais freescully est partie, et avec elle a disparu cette sensation purement téléphagique qui me donnait l’impression qu’à chaque ressenti, bon ou mauvais, correspond un épisode qui s’y accorde à la perfection.

Alors, si vous avez des suggestions d’épisode qui aide à tenir le coup quand on est face à l’absurde, je sais que d’habitude vous ne commentez pas et que je n’insiste pas, mais aujourd’hui, vraiment, de tout cœur, si vous avez des idées, je vous en conjure : ne soyez pas timide.

par

Pin It

4 commentaires

  1. calcifer dit :

    malheureusement, des épisodes qui font tenir face a l’absurde, je n’en vois pas…

    Il y en a qui permettent d’oublier parfois l’espace d’un instant, mais l’horreur resurgit toujours a la fin du generique et je n’ai pas encore trouvé de solution non plus…

    je suis vraiment désolée de poster mon premier com’ sur ton blog en cette occasion alors que je passe très souvent, mais aujourd’hui, je me sentais proche de toi.

  2. dylanesque dit :

    J’ai traversé ce genre d’épreuves et je peux te conseiller, avec des pincettes, l’intégralité de Six Feet Under. Le pilote, en particulier. Courage !

  3. Lorna dit :

    Ma téléphagie m’a également beaucoup aidé dans des moments très difficiles, comme ceux que tu vis en ce moment. Je me suis noyée dans les séries, devant ma télé, pour ne plus penser qu’à ce que je regardais. Si ça ne marchait plus, je ne saurais pas quoi faire.
    Peut-être que pour faire face à l’absurde, je regarderais le pilot du Caméléon, la saison 4 de SG1 ainsi que le 100ème et le 200ème épisode de cette série, le dernier épisode de JAG, le pilot de Bones et le final de la saison 4. Des épisodes qui me plaisent vraiment, qui m’ont toujours fait quelque chose.

    Désolée de poster si tard. J’espère que tu as pu trouvé ce que tu cherchais. Je t’envoie plein de courage.

  4. maxwell dit :

    C’est un peu tard mais je dirais TheLWord saison 2, In treatment saison 1, Tell me you love me saison 1, Rescue Me saison 1 et 2.
    Mais en pareil cas, quand les épisodes de séries ne fonctionnent plus, je passe aux épisodes de mangas qui permettent alors d’obtenir plus facilement cette ivresse qui fait tout lacher. Dans le genre, il y a des mangas très courts qui fonctionnent bien: Claymore, Noir, Elfen Lied… Et par moment, One Piece me permet de retrouver l’ivresse des premiers visionnages de certaines séries.

    Pour le reste, l’album Rush de Clapton (BO du film du même nom) comme exutoire et Tiken Jah Fakoly pour sa joyeuse mélancolie (Djourou, Danga, Don…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *