C’est pas la taille qui compte (mais quand même des fois ça aide bien)

7 juin 2010 à 22:10

Qu’une bonne surprise est une douce chose ! Surtout en ces temps troublés… Certains pilotes déçoivent, d’autres sont aussi médiocres qu’attendu… et très peu sont capables de nous rendre heureux, à plus forte raison lorsqu’ils figurent sur la grille d’une chaîne comme MTV.

Les séries de MTV, on les connait mal et ça se comprend quand on voit les titres. En-dehors de Undressed dont j’avais vaguement vu le pilote (et, vu les souvenirs que j’en garde, je ne devais avoir qu’un œil sur l’écran ce jour-là), les titres me parlent assez peu. Mais avec les années, et surtout avec les émissions de real tv, MTV se traine une si mauvaise réputation que toute nouveauté est forcément suspecte.

C’est là qu’intervient The Hard Times of RJ Berger, qu’on nous présentait comme le Hung pour ados (rapport à la taille de l’engin du personnage principal), ce qui n’aide pas vraiment, vu que le contexte social et économique de Hung est tellement fort qu’on ne croit pas une seconde que MTV puisse nous servir un équivalent avec des ados.

Effectivement, il vaut mieux ne pas s’attendre à un équivalent de Hung. Ce serait quand même un peu trop optimiste.
Mais vu la cible, je trouve plus sain d’avoir un RJ Berger que des Gossip Girl, des Hannah Montana ou des The Secret Life of the American Teenager, toutes trois présentant un côté excessif franchement repoussant à mes yeux. Tandis que The Hard Times of RJ Berger est finalement équilibré, quasiment réaliste dans sa façon de dépeindre l’univers du lycée (si ce n’est son pitch), et finalement, on a un résultat très honnête sur l’adolescence, sans forcément virer au tragique ou au tape-à-l’œil.

Alors oui, RJ Berger en a une grosse, mais c’est avant tout un pauvre loser comme on est les aime, et comme on en a tous été à un moment ou à un autre (ne mentez pas : combien d’entre vous ont réellement été quaterbacks ou pompom girls ? C’est bien ce qu’il me semblait), dans une certaine mesure. Le contraste entre ces deux éléments permet d’osciller avec un regard assez lucide sur le réel tout en se permettant une certaine dose de fantaisie.

The Hard Times of RJ Berger ne se vautre pas dans la luxure comme les jeunes délurés de Gossip Girl, mais n’en est pas non plus à l’abstinence prônée par The Secret Life of the American Teenager. Et bien-sûr, quand on est bien monté, difficile de faire comme dans Hannah Montana et de faire semblant de ne jamais penser à la chose tout en abordant des tenues minimalistes. Ni hypocrisie, ni caricature. Ados libidineux mais encore gauches, egos encore mal assurés qui tentent de se rassurer sur le désir qu’ils provoquent ou souhaiteraient provoquer, en dépit de son pitch rocambolesque (et de sa façon assez improbable de révéler au grand jour l’unique atout de RJ Berger) la série parvient à brosser un portrait franchement convaincant du public auquel elle s’adresse, sur le sujet du sexe en tous cas.

Si le ton de la série est en général dans la gentille petite comédie, quelques scènes se montrent en plus franchement hilarantes. Par-dessus le marché, une caractéristique de RJ est employée juste ce qu’il faut pour ne pas être trop lourde, mais suffisamment pour exploiter le filon : le fait qu’en parfait binoclard, notre héros soit féru de dessin. Ce qui nous vaut la petite scène suivante…

Alors voilà, c’est à ce genre de détails qu’on reconnait une teenagerie réussie, et c’est un fait assez rare pour être noté, alors j’insiste : The Hard Times of RJ Berger est franchement sympa. Pas indispensable, ça on est d’accord. Mais franchement sympa. En un mot comme en cent : une bonne surprise.
Mais le vrai pied, je le prendrai demain devant Persons Unknown. Enfin… j’espère.

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture : la fiche The Hard Times of RJ Berger de SeriesLive.

par

, , , , , , ,

Pin It

2 commentaires

  1. Nakayomi dit :

    « Effectivement, il vaut mieux ne pas s’attendre à un équivalent de Hung. Ce serait quand même un peu trop optimiste. »

    Bon, je rectifie pour toi, c’est un lapsus malheureux, j’en suis bien conscient, donc je ne te jetterai pas la pierre, mais tu voulais écrire « pessimiste ». Si, si, j’insiste. Une version ado d’Hung, j’ose même pas l’imaginer tellement ça fait peur (et pourtant, vu le sujet, on pourrait se dire que… Mais non, je le répète, il y a déjà assez d’un Hung… D’ailleurs, je conseillerais bien à la production d’embaucher Eddie Cibrian histoire qu’il coule cette série. Ca ferait du bien à tout le monde)

    « ne mentez pas : combien d’entre vous ont réellement été quaterbacks ou pompom girls ? C’est bien ce qu’il me semblait »

    Ca se fait en France ? ^_^;

    Sinon, ben euh… Non, désolé, cette analogie avec Hung, ça a stoppé nette toute envie quelconque qui aurait pu naître (ça tombe bien, je crois qu’il n’y a eu aucune réaction de quelque membre qui soit).

  2. Thomas dit :

    « ne mentez pas : combien d’entre vous ont réellement été quaterbacks ou pompom girls ? C’est bien ce qu’il me semblait »

    Ca se fait en France ? ^_^;

    Et non! Tu as raison de te rectifier, sa n’existe pas en france…

    Et sinon, j’ai découvert la bande annonce l’autre jour et j’ai été agréablement surpris donc je me disais que je le regarderais peut être mais avec sa critique POSITIVE, soit tu connais l’acteur (voir plus…) soit tu as vraiment aimer et l’a, il ne faut pas le rater! Mais je saivais pas que le pilote avais déjà été diffusé!…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *