C’est Luiz que j’aime

13 novembre 2010 à 4:36

Ce n’est pas sans émotion que je poste le tout premier post de la rubrique Review vers le futur consacré à une série brésilienne. Suivre une série de ce pays dans les heures suivant sa diffusion, c’est une première pour moi et donc pour ce blog. Et le fait de ne pas parler un traitre mot de portugais joue son rôle, je ne vous le cache pas.
Mais que ne ferait-on pas au nom de Luiz ? Et au nom de Michel…
Bon, attendez, je vous explique.

Il y a quelques mois, vous vous souvenez sans doute que mon cœur battait la chamade pour Capitu, l’une de ces découvertes inespérées que je n’aurais jamais faites sans les articles hebdomadaires sur les séries du monde, qui ont occupé mon été. Rien qu’à cause de ça, ça valait vraiment le coup : tout un tas de séries dont je n’aurais jamais eu vent de la simple existence, et qui soudain ont été là, à portée de cagoule. Une merveille. Et Capitu était, ça ne se discute même pas, l’une des perles parmi les perles.
Comme j’en ai juste un peu parlé à l’époque, la charmante amy a eu vent de ma découverte, qu’elle avait faite bien avoir moi (la cachottière), et il nous est arrivé une fois ou deux de parler de séries brésiliennes, ce qui relève très franchement du miracle : sérieusement, quelles étaient les chances ? Voici quelques jours, amy attire mon attention sur la diffusion d’une nouvelle série brésilienne. J’avoue que des news, j’en trouve pour la majeure partie de l’Amérique du Sud… mais pour le Brésil, que dalle (si vous connaissez de bons sites, je prends, cela dit), et que je n’étais pas du tout au courant que Luiz Fernando Carvalho, le réalisateur de Capitu avait un nouveau projet.
En temps normal, le réalisateur d’un épisode, je m’en fous comme de l’an quarante ou disons, ça reste une donnée assez vague pour moi. Mais dans le cas de Capitu, c’était une nouvelle énorme, car ce qui est bluffant dans Capitu, c’est la claque monumentale qu’on se prend quand on regarde la série, truffée de beautés et de merveilles et de trouvailles. Pour vous donner une idée (au cas où, malgré mon insistance, vous n’ayez toujours pas regardé le moindre épisode de la série depuis que je vous ai tannés avec), imaginez la série la plus bluffante visuellement que vous ayez jamais vue… triplez puis doublez puis mettez au carré. Voilà, eh bien dites-vous que c’est ce à quoi ressemble Capitu dans un mauvais jour.

Le nouveau projet n’avait pas spécialement une histoire tentante, mais, bon, limite on s’en fout, car n’importe quelle histoire peut devenir une merveille entre des mains expertes. Et justement, c’est là que j’en viens à Michel, l’incroyable interprète du personnage principal de Capitu, et co-auteur (ainsi qu’interprète) de cette nouvelle série intitulée Afinal, o Que Querem as Mulheres?, qui semble accepter de se faire traduire par « finalement, que veulent les femmes ? » (j’ai mentionné que le sujet ne m’intéressait pas des masses ?). Second argument de poids, donc. Mais évidemment il ne s’est pas agi pour moi de me contenter de fondre intérieurement en larmes devant la bande-annonce de la série. Le lendemain, ni une ni deux, je fonce chercher une cagoule, je remonte la piste du moindre fil qui traine, je tricote à en perdre haleine, et me voilà, triomphalement, avec une cagoule de Afinal, o Que Querem as Mulheres? entre les mains.

Ça c’était la genèse. Car qu’en est-il au final de ce pilote dont je n’ai pas compris le traitre mot (du moins, pas au sens où l’on entend le mot « comprendre » au premier abord). Eh bien, désolée de couper court à toute forme de suspense, mais…
PUTAIN. C’EST BEAU.
Il fallait que ce soit dit et vu que le vocabulaire a tendance à manquer dans ce genre de circonstances, j’aime autant vous dire que vous n’aurez guère mieux, mais j’en suis sûre, vous me le pardonnerez en voyant les quelques captures que je vous ai mis de côté, nan vraiment c’est cadeau, ça fait plaisir. Et dites-vous que ce n’est rien comparé au résultat final.


La 3e me fait penser à Don’t Look Back…
On sent, c’est vraiment fou, la patte du réalisateur derrière cette nouvelle série. Je ne le connais que de Capitu mais tout sonne comme une évidence quand on regarde les plans, les couleurs, l’utilisation de la musique, du mouvement, des angles, de l’imaginaire, des techniques, des couleurs je l’ai déjà dit mais c’est suprêmement important, des cadres, du montage, de la musique, pareil je me répète mais il le faut, bref, je le reconnais, c’est Luiz, et Luiz je l’aime, c’est mon héros.

Là où Capitu était un hommage puissant à l’opéra, au théâtre, et à tous les arts vivants en général, Afinal, o Que Querem as Mulheres?, dans sa grande générosité, pioche plutôt dans des arts plus calmes comme la littérature et la peinture (surtout la peinture) pour trouver son univers. Les couleurs sont, du coup, vraiment primordiales, et les tons pastels et/ou fluos sont là pour nous emmener dans un univers pop et pourtant onirique, un monde fait de couleurs acidulées, de vêtements extravagants, et de traits de peinture fulgurants. Vous pensez que Mad Men est un travail stylistique superbe ? Alors venez voir Afinal, o Que Querem as Mulheres?, vous allez aimer. Si vous yeux ne demandent qu’à se régaler, offrez-leur un festin qu’ils n’oublieront pas.

A côté de l’exercice de style absolument fou, il y a évidemment l’histoire. Et elle est beaucoup moins linéaire que le pitch ne le laissait présager, jonglant avec la courbe du temps, et se saisissant de toutes les occasions pour montrer des images à la fois poétiques et sexy. Car Afinal, o Que Querem as Mulheres?, ce n’est pas la série que vous allez regarder avec les enfants, il s’en dégage une sensualité qui ponctuellement se concrétise, là, comme ça, sans prévenir, avec des jeux de regards, des couleurs qui caressent la peau et une caméra qui s’étourdit de l’ivresse des jeux de l’amour. J’ai mentionné que c’était sublime ? Je sais plus.

Bref, à ce stade, je compte sur vous pour lancer votre moteur de recherche favori (sérieusement, ça n’a pas été si difficile et vous devriez le trouver en moins de 10 clics, le défi est lancé) pour aller chercher confirmation que votre univers était gris et triste avant de découvrir le monde de Luiz. Je vais être honnête avec vous : si vous ne le faites pas, je ne vous considèrerai pas comme des téléphages dignes de mon estime. Si moi, qui n’ai jamais parlé le moindre mot de portugais, ou d’espagnol, ou même d’italien ou n’importe quelle langue du sud, j’ai regardé l’épisode, sérieusement, vous pouvez le faire aussi. On capte l’essentiel grâce à une foule de mots transparents et, en toute sincérité, quand on ne saisit pas les détails, on s’en fout, parce que l’expérience est quand même sidérante de beauté.

Allez voir Luiz. Vous verrez, on ne lui résiste pas.
J’attends vos réactions.

par

, , , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

2 commentaires

  1. Shoone dit :

    Je traînais sur la blogosphère téléphage hier soir quand je suis tombé sur ton post.
    Je ne sais pas si c’est l’heure tardive, ou ma nostalgie inexpliquée en ce moment pour les telenovelas portugaises, mais ta ferveur à partager ce coup de coeur m’a convaincu, comme rarement je suis convaincu, d’essayer cette minisérie.
    Ni une, ni deux, j’ai mis la main dessus avant de me coucher, et là, je viens juste de visionner le premier épisode. ET PUTAIN C’EST BEAU. On ne peut pas mieux résumer. Quelle claque visuelle, effectivement. Pour l’histoire, même moi qui comprend globalement le brésilien, je dois avouer pas avoir tout saisi… mais, des dialogues que j’ai compris, la plupart sont des perles d’écriture et d’humour.
    Bref, c’est une très belle découverte, et je ne peux que t’en être reconnaissant d’avoir réussi à me pousser à la faire. Bon peut-être les circonstances ont-elles aussi un peu aidé à ça, mais je ne t’en remercie pas moins!
    Je m’en vais maintenant de ce pas réviser mon portugais pour être paré pour le prochain épisode!

  2. amy dit :

    AHHH meu Deus moi aussi je vais le dire PUTAIN C’EST BEAU!! Après Capitu Luiz me surprend encore, bon j’ai pas tout compris mais pour le peu que j’ai saisie c’était vraiment bien, c’est bien écrit, jouer(je suis amoureuse de Paola Oliveira!!), bien réalisé, une claque visuelle(MERCI Luiz )putain c’était beau très beau je manque de mot là….bref c’est à voir.

    Pour ce qui est des sites, je traîne beaucoup sur celui de la Globo ou sur le blog de la journaliste Paticia Kogut qui donne des news et audiences sur la télé brésilienne, si tu veux d’autres sites fait moi signe sut twitter ou pas email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.