Small et vil

28 décembre 2010 à 23:31

Pour une raison étrange, toute personne qui cite Smallville est immédiatement suspectée d’avoir un QI équivalent au baromètre en ce mois de décembre frileux. C’est sûr que j’ai un sens des priorités téléphagiques bien à moi, et que nous avons tous en tête une hiérarchie qui varie selon nos préférences, mais quand même, ça m’intrigue.

Ça m’intrigue d’autant plus que cette série, que je n’hésiterai pas, bravant les commentaires outrés et/ou injurieux, à qualifier de honteuse sous-merde, en est quand même, si j’ai bien compris, à sa 10e saison. Face à ça, mes séries favorites font rarement le poids, du point de vue strict du nombre. C’est quand même bien qu’il doit y avoir une raison. Mais alors, laquelle…? Je veux dire, les amourettes, les super-héros à la douzaine, les personnages pas trop frileux (eux)… ça va bien une saison, deux, trois… plus la série avançait et plus elle semblait s’encanailler, mais jamais jusqu’au point d’arriver au niveau de gratuité et de fan service d’un True Blood. Un équilibre finalement intrigant, à bien y penser.

Le problème c’est peut-être tout simplement la façon dont je vois les séries en général. Je suis d’accord pour regarder des trucs pas forcément sérieux et intellectuels. Je rappelle que je suis quand même fan d’Une Nounou d’Enfer, si vous aviez un doute sur la véracité de mon propos. Je vous vante des Capitu et des The Circuit, mais bon, je ne regarde pas que des séries cérébrales et/ou poétiques. Mais je refuse tout net de regarder quelque chose « pour me vider la tête ». Si je regarde Drop Dead Diva par exemple (je la cite parce qu’elle a été évoquée aujourd’hui via Formspring par un inconnu), c’est parce que j’apprécie certaines qualités… bon, pas le scénario. Mais je guette la représentation du personnage obèse ; idem pour Mike & Molly d’ailleurs (faudra que je vous en reparle de cette série d’ailleurs, je me suis surprise à la poursuivre). Je trouve l’expérience intéressante parce que c’est à la fois la copie et l’opposée d’Ally McBeal.
Mais se vider la tête, essayer absolument de ne pas du tout penser et se goinfrer d’intrigues ridiculement vides, ça, je peux pas.

Et c’est précisément ce que m’évoque Smallville. Quelque part, même NCIS est plus intellectuel (c’est dire).
Je vais pas me faire de nouveaux amis aujourd’hui, c’est clair. Mais je pense quand même qu’on peut exiger un peu plus que ça de notre télévision, non ?

Mais alors, quand un téléphage que j’estime pour ses goûts sûrs commence à RECOMMANDER Smallville, je vous avoue que je ne sais quand même pas trop quoi en penser.

par

, , , , , , , ,

Pin It

5 commentaires

  1. Speedu dit :

    Oh bah ça va, je peux citer fièrement Smallville vu que le baromètre indiquait 1020 hPa … J’ai donc un QI de 1020. Merci Lady de me rassurer sur mes capacités intellectuelles surdéveloppées ^^

  2. ladyteruki dit :

    Oh speedu, pour toi exceptionnellement, ce n’était pas des points de QI mais des centimètres.

  3. lovedreamer dit :

    J’aime beaucoup le titre de ton billet
    Quant à Smallville, le charisme de l’acteur principal suffit à me faire fuir (je ne peux vraiment pas m’empêcher d’être méchant).

  4. Nakayomi dit :

    Mais une série, c’est pas que la représentation de quelque chose, c’est pas que être poétique, être hyper-léché, chercher à toujours dire forcément des choses… Ca peut, et c’est très bien quand c’est fait, mais bon… Pour moi cette histoire de se vider la tête est un peu bête… On la remplit simplement d’autre chose… Et cette chose, finalement, c’est l’histoire (aussi mal fichue peut-elle être). C’est du divertissement. Après, peut-être que chacun son type de séries « pas intellectualisantes » (Une Nounou pour toi, Smallville et Charmed pour moi !), mais voilà…

    Sailormoon a bien duré 200 épisodes… Dragon Ball Z, je ne compte même plus… Donc les super-héros ont toujours des histoires à raconter, des nouveaux méchants et tout… Moi j’comprends… C’est même d’ailleurs plus facile de tenir sur la longueur sur ce genre de série que d’autres (du type Lost).

  5. jonath666 dit :

    Moi je revendique le droit de tout aimer et tout regarder

    J’assume totalement d’adorer Smallville , de passer du bon temps devant PBLV et à côté m’emmerder devant Mad Men qui est largement surestimée pour moi (Je me suis endormi 4 fois devant le pilote)

    Et je peux aussi aimer Rubicon , Carnivale , SFU et détester 90210 .

    J’adore Two & half Men et déteste Mike & Molly et shit my dad says

    Je pense que les séries ont les aime avant tout pour les histoires et les personnages .

    PBLV je l’aime pour ce que c’est : un soap , Smallville je l’aime principalement grâce à la mythologie de Superman .

    La série a réussi à la réinventer et à surprendre .

    J’ai conscience du manque de moyens , du jeu des acteurs et pourtant je suis à fond dedans . ça fonctionne , ça me parle .

    J’avoue cependant avoir détesté la quasi-totalité des 7ères saisons , mais aussitôt Lana Lang partie la série a vraiment pris son envol .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *