Snap

28 juillet 2011 à 12:31

Ce serait facile. Il m’arrive souvent d’être épatée par la facilité de la chose. C’est en fait assez obsédant de se dire qu’il serait d’une facilité déconcertante de basculer. N’importe qui pourrait être Anders Behring Breivik.
Combien d’entre nous, usés par les déceptions professionnelles, financières ou personnelles ? Combien d’entre nous à penser que le monde ne tourne pas rond ?

Ce serait si facile, avec mon grand sourire, mes lunettes et ma voix douce, et puisque j’ai pour coutume de dire qu’on me donnerait le Bon Dieu sans confession. A une époque, j’avais la flemme d’aller faire des photos pour ma carte de transport ; j’ai été contrôlée au moins trois fois pour ça, et sans même chercher à négocier, on m’a toujours laissé le bénéfice du doute au lieu de me verbaliser. Quand je n’ai pas la monnaie, pas la pièce d’identité pour mon chèque, pas de justificatif sur moi, je fais partie de ces gens à qui on sourit et on dit « bon, la prochaine fois alors ». C’est rare pour ne pas dire inexistant que j’en profite… mais si un jour je décidais de le faire ? Si un jour je passais le pas, et devenais cynique au possible de décider que si les gens sont suffisamment cons pour me laisser passer entre les mailles du filet, je n’ai qu’à prendre tout ce qu’il y aura à prendre ?

Ce serait tellement facile de comploter ce que je veux dans mon coin sans que personne ne le sache. Ce serait facile d’utiliser cette apparence sage comme couverture. Ce serait facile d’utiliser ce que j’ai pour comploter je ne sais quoi.
En fait ce serait même facile d’avoir accès à mon ministre. Qui me contrôlerait, le matin, en arrivant au cabinet ? Le type de l’accueil qui me fait de grands sourires comme si on se connaissait depuis 10 ans et qui pas une fois, même pas au début, ne m’a demandé de justifier de mon identité pour entrer ? Qui vérifierait ce qu’il y a dans mon énorme sac à main ?

Ce serait incroyablement facile. Ce serait facile de décréter, un jour pas comme un autre, que dorénavant je me vengerai de ce qui ne va pas dans ma vie en déchargeant ma haine sur les autres. J’ai ces outils-là pour le faire, on a tous les nôtres. Il suffirait de les utiliser. N’importe qui peut rompre la digue intérieure et se laisser submerger par les possibilités qu’il a. On pourrait tous devenir maléfiques et causer vraiment, vraiment beaucoup de tort.

Ce serait impitoyablement facile. En plus j’ai plein d’excuses pour expliquer mon geste, un jour. La police irait poser des questions à ma psy qui parlerait traumatismes, violences, séquelles. On interrogerait mes amis, on lirait mon blog (oh hi !), on éplucherait mes correspondances, ça expliquerait tout, on blâmerait la prévention, ou les services sociaux, ou, allez, les séries, ça changerait des films ou des jeux video.

Où est-elle, exactement, la barrière qu’on ne franchit pas ? Je me sentirais mieux de savoir définir précisément ce qui me retient de ne pas péter un câble, et tout le reste avec. De savoir que s’il se passe un truc, j’ai ce filet de sécurité. Si je me retrouve à la rue dans un mois et demi, par exemple. Qu’est-ce qui se passe à ce moment-là ?
Est-ce que je suis une arme qui circule avec un cran de sécurité ?

par

Pin It

1 commentaire

  1. Anh Dao dit :

    Dans le fond tout ce que l’on souhaite à travers l’expression de la souffrance c’est le bonheur… Peut être perçois-tu que ce n’est pas ce chemin là qui t’y mènera…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *