Tombée de haut

8 août 2011 à 22:17

J’ai une bonne et une mauvaise nouvelle. La première saison de Falling Skies est finie. Vous étiez prévenus, c’était la bonne ET la mauvaise nouvelle.
Parce que le problème c’est qu’en 10 épisodes, Falling Skies a prouvé qu’elle était capable du meilleur mais qu’elle n’avait l’intention que de fournir le pire.


La mythologie de Falling Skies met un temps infini à se mettre en place, point par point, et pourtant elle est captivante. Les harnais des gamins, la véritable nature des Skitters… et bien d’autres choses encore, sont des twists qui, à défaut d’être nécessairement surprenants, proposent d’aller plus loin qu’une bête invasion à laquelle il faut résister.

La série a de vrais thèmes à explorer, de réelles questions à poser. Mais voilà, elle évite l’exploration de ses thèmes au maximum. On a l’impression qu’en voulant faire quelque chose de grand public, avec de l’action, de l’angoisse, des attaques et des conflits internes (il est possible que ce soit légèrement redondant, oh, rien qu’un peu), on oublie d’emprunter les chemins qui sont dessinés, très lentement, en filigrane. Ah mais ma bonne dame, explorer les thèmes dés la saison 1, mais vous n’y pensez pas, on veut se faire renouveler, nous !
Et au final Falling Skies dégage des axes intéressants sans jamais s’y engager vraiment.

Ainsi on dramatise autour de conneries qui devraient avoir été réglées dans le pilote ou, au pire, le deuxième épisode : les douleurs des uns et des autres face aux êtres chers disparus, les remords et les rancoeurs éventuels, les luttes intestines au sein de la Résistance, et tout le bordel, ça devrait être envisagé vite fait, mais pas appuyé au point qu’au 10e épisode ce ne soit pas encore derrière. Le 2nd Mass est ensemble depuis un moment déjà, on n’a plus de raison d’assister à tout ça avec tant de détails, surtout quand ces sujets sont systématiquement entrecoupés de séquences longues comme le bras où on se demande ce qu’on va faire, ce qu’on va pas faire, comment on va le faire, comment on va pas le faire, est-ce qu’on va pouvoir le faire, qui va le faire, qui ne veut pas qu’on aille le faire, et qui va regarder faire. Une série avec des éléments de stratégie, je veux bien, mais ça s’appelle SPACE 2063 et on est loin des références aux grandes batailles de l’Histoire (un comble vu la formation du personnage principal). Mais Falling Skies continue de se perdre dans les méandres de ses questionnements sur l’action, et à cela, encore faut-il rajouter l’action elle-même.

Ca laisse peu de place à la dramatisation, donc. Et c’est terrible parce qu’il y a un potentiel fou.
La cruauté des humains en temps de crise ? Effleurée, merci Maggie, va faire accoucher des bonnes femmes maintenant. Les tractations avec les Skitters que certains poursuivent lâchement mais pour sauver leurs enfants ? Normal, on s’inquiète pas, on dézingue tout le monde et on n’en parle plus, Tom se pose même pas la question alors que depuis le début il nous a cassé les couilles avec Ben. La découverte que certains humains ont été parqués dans des camps ? Hm, oui, et alors, des camps, c’est pas du tout un truc qu’on peut utiliser à des fins dramatiques, allez, faisons comme si on n’avait rien entendu. Le fait qu’on ait découvert à quoi servaient les harnais des enfants ? Ouais c’est bien triste tout ça, mais on change rien, continuons de vouloir niquer du Skitter quand même (euh, allô, c’était votre meilleur axe de réflexion sur cette guerre !!!). La question de savoir ce qui définit ou non un humain ? Euh, non ça va, ya plus urgent, on a enlevé les harnais, tout est normal. Découvrir implicitement qui a créé les Mechs ? Bon bah ça va on va pas se mettre la rate au court-bouillon pour si peu.
C’est dingue ça quand même ! Mais si vous n’aviez pas envie d’en parler, mais fallait pas amener le sujet et pis c’est marre ! Quand j’ai pas envie d’élaborer sur un sujet à propos duquel je me sens pas à l’aise, je le mets pas sur le tapis, pour commencer !

Ah mais par contre, pour que bidule ait un faible pour machin, que trucmuche veuille se conduire comme un grand alors qu’il est haut comme trois pommes, ou que chose soit un méchant-devenu-gentil, là, ya du monde. Dramatisation à deux balles qu’on aurait aussi bien pu trouver dans n’importe quelle série sans qu’on ait besoin de droides qui font des bruits caverneux…
Moi, j’aurais investi dans une série comme celle-là, je regarderais mes souches de chèques et je me demanderais si ce pognon a si bien été dépensé que ça. On pouvait faire du soap sans payer le cachet de Steven Spielberg, aussi.

Alors je suis en colère parce que, à la limite, avec une mythologie inexistante, naze, ou mal définie (V nous a bien fait le coup après tout), ce serait pas grave, je me dirais ok, la série est pas géniale, c’est un divertissement de science-fiction et puis c’est tout. Mais là, il y a de la matière, simplement on ne veut pas l’employer, probablement parce qu’on a eu trop de sous pour ne pas s’en servir, et qu’on ne veut pas effrayer le télambda qui sera venu à la série précisément parce que Spielberg a son nom en gros au générique.
Donc je dis non. C’est pas possible. On ne peut pas avoir le beurre, l’argent du beurre, et le sourire du Skitter, c’est pas jouable. A un moment faut se mouiller, si c’est dans le divertissement grand public on assume ; si c’est avec des intrigues en acier blindé, on accepte qu’on fera moins d’audiences, et puis c’est tout. Mais on ne peut pas bouffer à tous les râteliers, ça ne se peut pas.
J’aurais accepté de baisser mes exigences si le scénario n’avait pas, une fois de temps en temps, été porteur d’espoir. Mais Falling Skies n’assume même pas ça.

Donc Falling Skies aura été mon rendez-vous SF, placé sous le signe du « on sait jamais, ptet qu’à un moment ça va devenir bon », et ça n’a jamais été le cas en 10 épisodes. Fort heureusement, la déception n’a été vivace que pendant 8 semaines, me direz-vous.
Quant à savoir si je laisserai cette déception durer ne serait-ce qu’une semaine de plus l’année prochaine… tout dépend à quel point Terra Nova m’aura enthousiasmée ou déçue dans l’intervalle, en fait. C’est vous dire à quoi ça tient.

par

, , , , , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.