Bienvenue chez moi

13 septembre 2011 à 23:34

Dans le Top des séries que j’attends en cette rentrée, le numéro 1 est Homeland. Et pour tout vous dire, à partir du numéro 2, les titres ne coulaient pas de source et ont nécessité de la réflexion de ma part. Cela fait un an que je guette le projet, à cause du pilote de Hatufim, qui m’avait marquée. Pour quelqu’un qui se fait une règle d’or de ne jamais suivre les projets, ça en dit long.

Je reviendrai plus en avant sur la comparaison entre la série israélienne et son adaptation américaine (certainement pas remake) dans un post ultérieur, mais alors que je suis encore sous le coup du pilote, un peu tremblante et nerveuse, je dois dire, je tiens à vous dire ceci :

PREMIER COUP DE COEUR DE LA SAISON.


Ce n’était pas une surprise, mais ce n’était pas gagné pour autant car le défi était grand. C’était donc un soulagement d’aimer autant ce premier épisode à peu près autant que je l’espérais.
D’ailleurs Homeland est pleinement consciente de sortir 10 ans pile après le 11 Septembre, ce qui prouve qu’elle avait connaissance du danger des axes empruntés. Certains relèvent un peu du cliché (mais ils sont dû au matériau d’origine, je pense, et donc j’y reviendrai). D’autres relèvent du génie et m’ont, litéralement, coupé le souffle.

Je raffole déjà du personnage de Carrie, dont j’apprécie qu’elle soit une vraie psychotique et pas une nana vaguement psycho-rigide. Je suis, comme toujours, follement amoureuse de la façon dont Damian Lewis dépeint le portrait d’un homme à la fois opaque et dont la fragilité nous semble offerte de façon presqu’indécente. J’aime le regard intelligent de Mandy Patinkin, toujours égal à lui-même. Et Morena Baccarin est splendide, plus qu’elle ne l’a jamais été, et montre, dans une terrible scène d’intimité, que l’expérience V ne l’a pas gâchée, peut-être même au contraire.
Tout le monde est en grande forme dans ce casting : merci, merci, merci, c’est un sans faute. Merci du fond du coeur de n’avoir pas loupé ça, d’avoir bien dirigé tout le monde, d’avoir parfaitement écrit les personnages pour que les acteurs s’y sentent à l’aise, c’est palpable, autant le jeu électrique de Danes n’appartient qu’à elle, autant le mutisme docile de Lewis est quasiment sa marque de fabrique ; chacun est parfaitement dans son rôle (à moins que ce ne soit l’inverse) et ça dépasse toutes mes espérances en la matière. Tout est en place pour que les performances soient épatantes (elles le sont déjà à quelques reprises) parce que les acteurs sont dans du sur-mesure. S’il n’y a pas un nouvel Emmy pour Danes à la clé alors je ne crois plus en rien.

Le scénario ne surprend pas trop pour le moment ; il y a deux sortes de pilotes, ceux qui innocent et ceux qui suivent les règles du jeu, mais c’est pour son bien que le pilote de Homeland suit précautionneusement le parcours balisé de l’épisode d’exposition, car dans le cas d’une conspiration, toute forme de précipitation décrédibilise l’histoire. On marche sur des oeufs et ça se sent dans certaines scènes. Dans d’autres, et parce que les personnages sont bien écrits, on sent un fort potentiel, mais dont la vocation n’est pas d’être développée maintenant.

Voilà. J’ai juste envie de vous dire ça, ce soir. Si j’en dis plus, je me répète, en variant éventuellement les qualificatifs élogieux, et encore. Parce que je suis encore sous le coup de l’émotion. Promis, au prochain post sur Homeland, j’écrirai avec mon cerveau.
Ah ah ah ! Dit-elle en se frottant les mains. Quelle saison épatante on va avoir !

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture : la fiche Homeland de SeriesLive.

par

, , , ,

Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *