Le but et le moyen

21 octobre 2011 à 23:02

« Bon bah c’est une série de Showtime, quoi ».
C’est le genre de chose que j’ai la sensation d’entendre de plus en plus souvent. Avant, on faisait déjà des généralités sur une chaîne : CBS et ses séries policières sorties d’une chaîne de montage, la CW et ses merdes dédiées aux ados volontaires pour se faire trépaner, ABC et son goût pour les annulations absurdes…
Et ça donnait déjà des réflexions du genre « je ne voyais pas du tout cette série sur cette chaîne », alors que, bah écoutez les petits, justement, elle y est, c’est donc bien que si.

Mais j’ai l’impression que de plus en plus, on inverse cette façon de penser en décrétant qu’une chaîne ne peut jamais faire que la même chose.
Ainsi, pendant The SeriesLive Show, au cours de la saison passée, ai-je pu entendre régulièrement une petite phrase qui n’avait l’air de rien, mais qui sur le long terme m’a paru agaçante ; par exemple à l’occasion de laquelle l’un de mes camarades avançait que The Walking Dead n’avait rien d’une série de AMC. Ecoutez, si une série sur la survie (hautement improbable) en milieu zombie n’est pas à sa place sur AMC, je ne refuse pas qu’on me dise sur quelle chaîne et nulle part ailleurs elle s’imposait comme une évidence. Évidemment, HBO, FX et Spike (en supprimant le budget sport) auraient pu le faire en toute légitimité, mais je ne vois pas en quoi AMC est moins autorisée à passer ce genre de commande. Après tout la politique de fictions de la chaîne a l’âge de Mad Men (occultons Remember WENN et The Lot que, osons le dire, personne n’a vues), et on ne peut même pas dire que Le Prisonnier (New Gen) soit du même tonneau que Breaking Bad, ni Breaking Bad de Rubicon. Ajoutez à ça The Killing qui est, en plus, un remake de séries étrangère, et non une création originale (voyait-on AMC donner dans le remake ?), et vous avez tout compris. Rien ne fait spécialement sens. Il n’y a pas un ton unique. Il n’y a pas une volonté unique. L’idée est d’aller chercher la qualité sous toutes ses formes, qu’elle emprunte un ton grand public (The Walking Dead) ou s’adresse à une audience plus restreinte (Mad Men).
Et entre parenthèses, parfois ça marche, et ça donne une vraie série de qualité qui enthousiasme la critique, et parfois ça ne marche pas, dans le sens où la série laisse les observateurs circonspects et/ou reste trop confidentielle.

On pourrait le faire de beaucoup de chaînes, d’ailleurs. Car si sur HBO, le mot d’ordre est également censé être la qualité, rappelons qu’elle revêt des formes très variées (euphémisme), de Boardwalk Empire à True Blood en passant par Entourage, Bored to Death et East Bound and Down (notez bien que je n’entre même pas sur le terrain de mon avis personnel sur ces séries ; mais si vous y tenez, il y a les tags).

Bien-sûr, il y a des points communs, et je ne nierai pas que pour Showtime, il est facile de généraliser à partir du fait que les séries sont souvent centrées sur un personnage féminin (d’ailleurs SNL ne s’est pas gêné l’an dernier pour le signaler, oubliant de façon fort pratique ce bon Dexter dans sa démonstration), mais ça ne fait pas tout. Et le ton ? Et le sujet ? Bien que j’aime ces deux séries, jamais il ne me viendrait à l’idée de comparer Nurse Jackie à The Big C, par exemple. A contrario, il vient à l’idée de tout le monde comparer Enlightened à The Big C. Oups, pas la même chaîne.

Alors on étiquette. Showtime ne peut faire que des séries de gonzesses (oups Dexter), HBO ne peut faire que des séries de qualité (oups True Blood), CBS ne peut faire que des séries policières (oups The Good Wife)… « Ouais nan mais là lady, c’est facile, moi aussi je peux le faire et trouver une exception, n’empêche, c’est quand même vrai en général ».

Eh bien non, pas en général, si on y réfléchit. Peut-être que dans le fond ça souligne surtout une chose : la perception que nous, nous avons de l’identité d’une chaîne.
Par exemple, j’en parlais dans les commentaires cet aprem avec Tony sur un autre post, mais pour moi, ABC est le network des annulations scarifiantes. Pourtant j’ai été peinée, il y a quelques mois encore, par des extinctions sur d’autres chaînes, à l’instar d’Outsourced sur NBC, mais il reste assez criant pour moi qu’ABC a annulé des séries comme Pushing Daisies (obviously), Samantha Who, Better Off Ted… Pour d’autres que moi, ces annulations seront passées plus en douceur, là où d’autres auront marqué, faisant d’une autre chaîne l’ennemi à abattre.
Alors du coup cette perception varie d’un spectateur à une autre.


Et c’est pour ça que toujours un peu irritant quand j’entends l’un de mes comparses du SeriesLive Show attaquer Showtime au pied de biche de façon systématique, parce que j’ai l’impression que cette généralisation empêche d’aborder toute nouveauté avec un oeil neuf. Il n’y a pas que du bon sur Showtime, et je ne regarde certainement pas toutes les séries de Showtime, mais je trouve étrange qu’on veuille juger une série à l’aune de la chaîne sur laquelle elle est diffusée. Je n’ai même pas envie de défendre Showtime, ou ABC, ou NBC, ou CBS, ou AMC, ou que sais-je. Je ne vois pas plus l’intérêt de les « sauver » en bloc que des les dénigrer systématiquement.
Je trouverais simplement plus juste qu’on juge une série sur ce qui est diffusé, et non sur qui la diffuse.

Voilà, c’était le coup de gueule du jour, mais avouez : ça faisait longtemps.

par

, , , , , , ,

Pin It

5 commentaires

  1. Tyler dit :

    Entièrement d’accord avec le propos. Et je dirais la même chose des gens qui jugent par le créateur d’une série. Et l’exemple le plus flagrant ces derniers mois sera Ryan Murphy. Glee c’est pas terrible, Nip/Tuck c’était correct, et AHorror Story c’est excellent.

  2. ladyteruki dit :

    Je serai plus nuancée sur les créateurs : ceux-ci ont quand même un style, une personnalité, et si on ne l’apprécie pas, la filmo du créateur a peu de chances de passer. C’est sûr qu’être fan de Joss Whedon permet de regarder tout ce qu’il fait avec un œil bienveillant (pour prendre l’exemple positif), mais quelqu’un qui n’aime pas ce qu’a fait Murphy, ou ce qu’à fait Kelley, jusque là, a peu de chances d’accrocher sur une autre de ses séries. Cependant il y a des gens comme Abrams, par exemple, qui sont de grands opportunistes, je veux dire de grands versatiles, et pour lesquels il ne vaut mieux pas faire de généralité. Alors je dirais que pour les créateurs, ta remarque peut s’appliquer, mais au cas par cas, en fait.

  3. UglyFrenchBoy dit :

    Une chaîne a une image et une ligne éditoriale. Chaque année, elle propose des productions pour séduire tel ou telle cible dans une case définie. Bien sûr, en fonction de l’horaire, de la concurrence et d’autres critères que je ne connais pas forcément, il peut y avoir des exceptions, mais CBS (pour l’exemple) a l’habitude de proposer des comédies multi cam ou des procedurals. Tous leurs programmes n’en sont pas certes, mais la majorité de sa grille est bâtie de cette façon.

    Quand Dawn Ostroff prend les commandes de la CW et retire le catch et dit ouvertement vouloir diffuser exclusivement des séries touchant un public jeune et féminin, on peut dire, en fonction de la cible que telle ou telle fiction est « CWienne ». Quand elle fait un remake/suite d’une série dont le coeur de cible n’a aujourd’hui plus l’âge de la regarder (Melrose Place), c’est une erreur. Quand elle parie sur le retour de Sarah Michelle Gellard dans une série où les personnages principaux ont tous entre 30 et 40 ans, son coeur de cible (w18-34) n’est pas forcément au rendez-vous… Tout obéit plus ou moins à des règles.

    Bien sûr cela se vérifie avant tout pour les networks qui fonctionnent, comme vous le savez, par la publicité et dont les programmes sont commandés et conçues à moitié par un service marketing. On peut donc avoir a apriori justifiés en fonction du diffuseur si l’on connait un minimum ses intentions.

    Pour AMC, c’est différent. Mais la chaîne visant les cinéphiles, leurs séries ont avant tout un certains cachet et une attention toute particulière est portée sur l’image. Je ne sais pas qui a dit que Walking Dead n’était pas adaptée. Je ne partage pas cet avis non plus.

    En revanche, et ce n’est convertir personne que d’affirmer cela: mais ABC n’a pas plus de séries annulées en cours de saison qu’un autre network. Sur Twitter vous avez affirmez que vous l’aviez vécu comme tel peut-être parce que vous étiez moins attachée aux séries annulées subitement par la concurrence. Après, pour parler plus concrètement (si cela vous intéresse – je ne force personne à l’être), je suis curieux d’avoir des chiffres car ce network a sans doute moins d’annulation abrupte que la plupart de ses concurrentes (FOX étant sans doute en tête – Lonestar, Firely, Wonderfalls, Point Pleasant, True Calling).

    Vous citez les exemples de Pushing Daisies, Samantha Who et de Better Off Ted. Pour la première, que j’aime beaucoup aussi, ses scores étaient en chute et la commande d’une deuxième saison de 13 épisodes était une chance. Il faut s’en rendre compte. Les scores de la deuxième salve étaient catastrophiques et pour autant P.Daisies a été diffusée jusqu’à son 10e épisode sans interruption ! Elle n’aurait jamais eu ce traitement de faveur ailleurs, soyez en sûre ma chère Lady. Même chose pour Samantha Who avec une diffusion tout au long du mois de juillet alors qu’elle aurait pu être retirée définitivement de l’antenne vu ses piètres performances. D’ailleurs, on a su assez vite que la saison 2 serait la dernière. Aucune surprise donc à condition de n’être qu’un spectateur derrière son écran et ne pas suivre l’actualité série (je ne dis pas que c’est votre cas, je sais bien que non).

    FOX a longtemps eu cette réputation de ne laisser aucune chance à ses programmes. NBC n’a jamais diffusé l’ultime épisode d’Undercovers il me semble. Pour Playboy Club nous n’avons pas eu l’intégralité des épisodes tournés… Des exemples, il y a en a la pelle et pour tout le monde. La dure loi de l’Audimat n’épargne aucun networks. Certains ont peut être eu des jugements à la hâte. Mais je ne crois pas que ce soit le cas de ABC. Je déplore comme vous l’arrêt de Pushing Daisies et de Samantha Who mais ABC n’est pas le network « des annulations scarifiantes » (ou alors dans le cadre de Ladyteruki), mais celui des « annulations justifiées », chiffres à l’appui

  4. ladyteruki dit :

    Wow, merveilleuse façon d’essayer de revenir sur un sujet discuté ailleurs (les commentaires d’un autre post, et Twitter) pour me faire admettre que ton point de vue est plus valide que le mien, et que j’ai tort de penser comme je pense, alors que ça n’a AUCUN rapport avec ce que je dis dans ce post-ci.

    Avoir des a priori sur une chaîne et sa politique de commande ne justifie absolument pas la réception d’une série uniquement sous cet angle : dire qu’une série de Showtime sera forcément pourrie parce qu’on n’a pas aimé plusieurs autres séries de Showtime, par exemple. C’est ça le sujet de ce post.

    Rien d’autre.

    Mais bon, reste sur ton obsession de vouloir absolument me faire changer d’avis sur ABC comme s’il était répréhensible que j’en veuille à cette chaîne sur ses annulations ! Tu fais bien, c’est pas du tout une façon énervante de s’adresser à tes interlocuteurs ; ils doivent adorer que tu les prenne de haut.

    C’est comme ça qu’on irrite les gens, en tous cas moi dans ce cas précis : en voulant leur faire admettre un truc qu’ils ne pensent pas, et en s’obstinant des jours durant dans ce but. C’est une attitude qui n’ouvre pas le dialogue autant que tu sembles le penser. Et ton obstination à remettre le sujet sur le tapis jusqu’à plus soif (ma remarque sur ABC date de la semaine dernière et tu ne t’es apparemment toujours pas remis ; la discussion sur Twitter date d’il y a environ une heure et je suis presque sûre que tu as passé tout ce temps à vérifier tes sources pour rédiger ce commentaire) n’est pas très différente de l’obstination de certains allumés qui veulent défendre leur série préférée contre les méchants qui en disent du mal : c’est immature. Il devrait y avoir de la place pour les deux, mais apparemment pas dans ton monde. On n’a pas le droit d’avoir une opinion différente, visiblement, sans avoir besoin de Tony le redresseur de torts… tu n’as pas l’air de te rendre compte de la façon dont ta démarche est perçue.

    Le vouvoiement ne remplace pas le respect…

    Je ne sais pas si un jour tu comprendras que j’ai un juste avis différent et qu’il n’y a pas de raison d’essayer de me persuader qu’il est mauvais et de m’en faire changer. Je ne cherche pas à te convaincre de penser pareil que moi, je veux juste pouvoir dire, et sur mon propre blog si ce n’est pas trop demander, que j’en veux à ABC pour ses annulations qui me peinent encore aujourd’hui alors qu’elles datent d’il y a plusieurs saisons ; je n’oblige personne à être d’accord, mais si je le dis, ce n’est pas pour qu’on vienne me prouver par a+b que je devrais être contente de ce qu’à fait ABC à Pushing Daisies ou Samantha Who ; tes arguments ne me donnent pas l’envie soudaine d’embrasser le logo d’ABC avec dévotion, en gros.

    S’il vient un jour, sait-on jamais, où tu entameras une conversation en te moquant éperdument d’avoir converti quelqu’un avec tes arguments, ce jour-là, je serai ravie de reprendre une discussion avec toi (je commence à penser que je n’ai pas tellement envie qu’on rediscute avant que ce jour n’arrive à force de te voir me parler de la sorte).

    Peut-être qu’à ce moment tes arguments me feront changer d’avis, peut-être que non… parce que si je pense quelque chose, ce n’est pas sans raison ; peut-être que ça ne s’appuie pas sur des chiffres d’audiences ou des comparaisons hasardeuses « si ma tante en avait, alors on l’appellerait mon oncle » en imaginant qu’un autre network aurait moins bien traité Pushing Daisies que ne l’a fait ABC, mais ça ne change rien à ce que je pense de m’envoyer des faits dans la figure, parce que mon ressenti reste mon ressenti, je ne vais pas le changer juste à cause de chiffres, pour la bonne raison que pour moi ce ne sont que des chiffres, et j’ai maintes fois établi que les audiences ne voulaient rien dire pour moi.

    Mais ce qui rendra la discussion tellement plus intéressante ce jour-là, s’il vient, c’est que tu te ficheras complètement du résultat, au lieu de vouloir à tout crin me faire dire que tu as raison et que j’avais tort. On pourra alors « échanger » des idées et non s’ingénier à les imposer.

    En attendant que tu sois plus tolérant, merci de limiter tes interactions avec moi au minimum. Cette façon irrespectueuse et hautaine de t’adresser à moi ne me donne pas envie de maintenir quelque forme de contact que ce soit avec toi. Ce qui est d’autant plus dommage que, quand je suis d’accord avec toi, tu es charmant et tu n’as pas ce comportement à la limite du harcèlement ; mais que j’aie le malheur de ne pas être d’accord et tu insisteras jusqu’à ôter tout le fun de nos échanges.

    Le jeu n’en vaut pas la chandelle pour moi. Vois-tu, je n’écris pas ici pour que tu m’apprécies, toi ou quiconque, j’écris ici pour dire ce que je pense et décrire la façon dont j’apprécie (ou non) mes séries. Le second m’est plus important que le premier. Peut-être à bientôt.

  5. UglyFrenchBoy dit :

    J’apprécie que vous m’accordiez un tel esprit revanchard ou même d’être qualifié d’obsédé Toujours est-il que ce n’était pas mon intention. Peut-être me suis-je mal exprimé ?

    En revanche, j’ai perçu deux sujets dans votre post, l’un sur les apriori que l’on peut avoir sur un diffuseur et donc ses productions, mais aussi sur les annulations dites « sacrifiantes ». Je me suis exprimé sur les deux. Je ne fais pas de prosélytisme pour quoi que ce soit, j’exprimais mon point de vue, personnel, mais aussi des chiffres (car on parle de network et notre ressenti n’a pas d’importance) pour apporter quelque chose au débat. A moins qu’il ne s’agissait pas d’un débat ? Dans ce cas, je me suis trompé d’endroit pour poster. J’aurais dû me contenter de lire et de me taire ou d’être beaucoup plus nuancé, voire de m’effacer. Généralement c’est comme ça que l’on fait l’unanimité, alors pourquoi pas ? Mais quand j’apprécie certaines personnes j’aime aussi prendre de mon temps pour comprendre / expliquer, bref tout simplement échanger avec elles. J’ai pu utiliser certaines tournures un peu maladroites, c’est possible. Mais j’ai quand même l’impression qu’on ne peut pas vraiment discuter. J’ai profité d’aller ici car oui en anglais ou en 140 caractères c’est assez difficile d’aller en « profondeur » sur un sujet.

    Et pour répondre plus concrètement, je n’ai pas vérifié mes sources pendant une heure car c’est un sujet que je connais. Voilà pourquoi je me suis lancé dedans. Peut-être un peu trop passionnément ? Mais je ne suis pas là pour faire un mea culpa. J’ai dit ce que j’ai à dire, ça n’a pas plus. Votre réaction est très radicale pour une simple divergence. Je vous sens ulcérée pour une bêtise disons le. Si je suis revenu sur le cas ABC uniquement en guise de réponse à un post, comment et tweet de votre part. Vous me faites passer pour un provocateur qui vous harcèle si on touche à sa chaîne (qui au passage n’est pas forcément à prendre au premier degré hein !). Ce n’est ni ce que je suis ou ce que je souhaite faire paraître (du moins aux gens que je connais les autres…). Il n’y a aucune attitude hautaine là dedans ni une quelconque forme d’irrespect. Si l’on part de ce principe, vos remarques sur SMG ou Ringer ou bien d’autre sur Twitter en sont également. Je n’ai jamais demandé de « limiter [vos] interactions » avec moi pour autant.

    Comme le dit l’un de nos amis en commun « Je ne me disputerai pas pour une divergence d’opinion ». Je ne suis donc pas fermé à une future discussion avec vous. En attendant, je vais appliquer votre conseil (qui a davantage le ton d’un ordre mais passons). Regrettable que l’on en soit arrivés là. Tant pis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.