Julkalender, une tradition de Noël venue du froid

1 décembre 2011 à 9:00

Aujourd’hui, c’est le 1er Décembre… une date qui n’a peut-être pas une grande signification dans nos contrées, mais qui, dans les pays d’Europe du Nord, est toute symbolique : elle marque le premier jour du Julkalender, le calendrier de l’Avent de la Scandinavie. Si vous aussi, vous vous cherchez une tradition de Noël télévisuelle, suivez-nous sur la piste de ce cérémonial de fin d’année !

Julkalender, une tradition de Noël venue du froid
– Tout commence quand…

La tradition de Noël est un peu différente dans les pays scandinaves : à l’origine, c’est une fête païenne, Jul, qui célèbre le solstice, mais avec l’arrivée de la chrétienté, les pays nordiques l’adaptent aux coutumes religieuses célébrant la naissance de Jésus. Le terme de Jul est cependant resté dans le vocabulaire courant pour désigner Noël (avec la variante « Joulu » pour la Finlande, et « Jòl » pour l’Islande). Autre singularité, les Suédois, Danois ou encore Norvégiens célèbrent cette fête le 24 Décembre, et non le 25 comme dans la plupart des autres pays de culture chrétienne. Voilà pour la petite histoire…

Les choses se déroulant comme cela depuis des siècles maintenant, il était donc normal que les traditions de la fête de Jul se fassent une place à la télévision scandinave. Voilà plus d’un demi-siècle, la chaîne suédoise SVT décide justement d’adapter le concept de calendrier de l’Avent, une tradition présente dans de nombreux pays germaniques, et consistant à décompter les jours restants avant la célébration de Noël. Et si les calendriers de l’Avent délivrant des friandises et/ou des petits cadeaux sont monnaie courante, en 1960, la télévision va leur donner un sens particulier : le Julkalender de SVT proposera un épisode par jour d’une série diffusée uniquement au mois de décembre. Il s’agit donc de faire le décompte jusqu’au 24 Décembre, jour tant attendu par les jeunes spectateurs.

Le tout premier Julkalender voit en fait le jour le 27 novembre 1960 : à l’époque, SVT ne diffusait rien le mercredi, et il s’agissait de tout de même diffuser 24 épisodes ; la chaîne prend donc un peu d’avance sur le véritable calendrier. Ce Julkalender inaugural s’intitule Titteliture, et s’adresse en priorité aux enfants. L’héroïne, qui s’appelle justement Titteliture, est une jeune fille qui ouvre chaque soir une nouvelle porte, derrière laquelle elle découvre des merveilles qui la préparent à fêter Jul…

– Une nouveauté devenue tradition

Depuis lors, la chaîne SVT diffuse chaque année un nouveau Julkalender, affinant la formule ; la recette est souvent la suivante : Noël Jul est en danger ! Au fil des jours, il semble évident que Jul ne va pas pouvoir avoir lieu, ou bien dans des conditions tristes ou décevantes. Mais un enfant va pouvoir sauver la fête de Jul dans l’épisode final du 24 Décembre, ne vous en faites pas…

L’initiative, au début originale et exclusive à SVT, devient un véritable phénomène qui réunit toute la famille devant des épisodes durant 15 à 30 minutes chaque jour, selon les années. Le Julkalender est en effet diffusé soit à 7 heures du matin, soit à 18 heures, en tous cas quand tout le monde est forcément levé. Et ces horaires n’empêchent nullement que, depuis les années 60, tous les petits Suédois se collent devant le Julkalender, et tous les adultes ont la nostalgie d’au moins l’une de ses séries qui les fait se replonger dans la magie des fêtes de fin d’année.

Alors très vite, le phénomène dépasse les frontières de la Suède, forcément. C’est d’abord au Danemark que l’initiative va prendre : la chaîne publique DR récupère le concept en 1962, suivie l’année suivante d’YLE, en Finlande. En Norvège, c’est plus compliqué : si NRK emprunte l’idée en 1970, la chaîne n’est pas tout de suite encline à poursuivre l’expérience l’année suivante. Il faudra attendre 1979 pour qu’une deuxième série de l’Avent apparaisse à la télévision norvégienne mais, depuis lors, les séries y sont annuelles comme dans les autres pays scandinaves. L’Islande s’est également jointe à cette tradition.

En Suède, où le phénomène ne faiblit pas malgré le temps qui passe, on peut même assister depuis environ une décennie à un véritable engouement pour le Julkalender de l’année en cours, mais aussi les séries appartenant au passé, nostalgie aidant. Si bien que SVT a dû sortir de ses cartons de vieilles bobines des premières séries de l’Avent pour pouvoir les proposer en DVD, en VOD, ou encore en streaming, selon les cas. Il faut dire que l’épisode final, tant attendu, célébrant Jul… eh bien, est diffusé le jour de Jul, quand les familles scandinaves célèbrent en famille, et que les enfants ont tendance à rater cet épisode. Alors forcément, la sortie en DVD, ça s’applique aussi aux séries plus récentes…
En tous cas, la série de l’Avent, c’est une valeur-refuge, et le phénomène fait l’unanimité.

Le calendrier de l'Avent Tjuvarnas Jul
Le calendrier de l’Avent Tjuvarnas Jul

– Encore une fête commerciale !

…Si bien que, comme tout ce qui marche à la télévision, le Julkalender est devenu un business juteux. Alors que SVT était la chaîne à l’origine de l’idée, de nos jours, plusieurs chaînes suédoises se sont lancées dans leur propre Julkalender ; certaines s’intéressent au public qui coule de source, les enfants. D’autres tentent de créer une série qui, pendant le mois de décembre, rassemblera toute la famille. Enfin, il y a les initiatives destinées uniquement à un public plus âgé, avec un peu moins de merveilles de Noël, et un peu plus d’humour et/ou d’action.

Outre cette multiplication de Julkalender à la télévision, ce qui frappe, c’est aussi les produits dérivés qui se développent de plus en plus. Depuis bien longtemps, SVT avait pris l’habitude de sortir un calendrier de l’Avent proposant chaque jour une petite surprise à l’effigie de sa série annuelle, mais ça ne suffit plus. Ce sont à présent des livres, des petits jouets ou des décorations de Noël à l’effigie des personnages qui sortent et viennent s’ajouter aux cadeaux que les enfants ont mis sur leur liste. Le business est donc d’autant plus juteux que SVT peut aussi commercialiser à l’envi des produits dérivés des anciennes séries, et jouer à fond la carte de la nostalgie.

Mais il y a une autre industrie qui profite bien du Julkalender : la télévision ! Car depuis un demi-siècle maintenant, cette tradition télévisuelle est devenue l’occasion de découvrir des scénaristes, des réalisateurs et des comédiens qui voient ensuite s’ouvrir bien des portes devant eux. Les séries de l’Avent sont d’ailleurs régulièrement saluées dans les différentes cérémonies de récompense des pays scandinaves. Souvenez-vous, cette année, les Gullruten norvégiens voyaient par exemple Den unge Fleksnes être nommée dans la catégorie meilleure série dramatique…

Den unge Fleksnes est passé à ça d'une victoire à l'équivalent norvégien des Emmy Awards
Den unge Fleksnes est passé à ça d’une victoire à l’équivalent norvégien des Emmy Awards

– Et cette année ?

Le Julkalender de SVT, cette année, s’appelle Tjuvarnas Jul : » les voleurs de Noël ». C’est une série inspirée des œuvres de Dickens comme Oliver Twist, dans laquelle le héros, Kurre, est un orphelin qui a grandi sous la mauvaise influence de Madame Bofvén, une femme qui mène un groupe de pickpockets. Malheureusement pour lui, Kurre est terriblement maladroit, et c’est le plus mauvais voleur à la tire qu’ait jamais entraîné Madame Bofvén. Mais le soir du 1er Décembre, devinez qui vient le trouver ? Charlie, une petite fille qui lui apprend qu’elle est sa fille… Et il s’avère que Charlie est la pickpocket la plus douée de sa génération. Kurre, Charlie, et toute la bande de voleurs de Madame Bofvén, trouveront-ils le moyen de passer Jul tous ensemble, dans la légalité, et sans mourir de faim ? Le suspense commence ce soir à la télévision suédoise, pour 24 épisodes d’aventures familiales…

En Norvège, le Julekalender (oui, l’orthographe varie légèrement d’un pays à l’autre) de NRK pour 2011 est Julekongen (« les rois de Noël »), l’histoire d’un petit garçon, Kevin, qui découvre que sa famille ne pourra pas fêter Jul à la maison, car celle-ci est infestée de champignons. Oh horreur, c’est avec la famille de son pire ennemi, Peder, qu’il s’apprête à passer les fêtes ! Mais alors qu’il pense que la fête de Jul est condamnée, Kevin et son amie Eiril découvrent un passage secret qui le mène dans un autre monde, où ils vont devenir les rois de Jul…

Quant à DR1, au Danemark, elle fera revenir Nissebanden i Grønland, dont la première apparition date de 1989. Lles nisse (ce sont des lutins scandinaves se manifestant surtout la nuit, pas nécessairement attachés uniquement à la nuit de Noël d’ailleurs) se retrouvent tous pour préparer Jul dans la joie et la bonne humeur. Ils embarquent tous pour le Groenland afin d’aider le Père Noël…

Bon, d’accord, les grandes chaînes jouent essentiellement la carte de la sécurité, avec des histoires sortant peu ou pas du schéma habituel du Julkalender… Alors pour voir un peu ce qui se passe du côté des séries de l’Avent pour un public un tantinet plus blasé (un tantinet seulement), volà ce que propose DR2, au Danemark toujours : Hjælp, det er Jul (« au secours, c’est Noël »), diffusée un peu plus tard que la série de DR1 soit 22h55, met en scène un jeune couple, Niels et Helle, qui organise la fameuse fête de Jul. Sauf qu’ils veulent que ça se passe bien mieux que l’an dernier, sans avoir à sacrifier aux traditions les plus ridicules ni rater le dîner de fête. Entre les unes qui deviennent perfectionnistes et les autres qui ont décidé de ne pas jouer l’âne dans la crèche cette année, Hjælp, det er Jul se rapproche un peu de l’esprit Un Gars, Une fille, avec beaucoup d’humour et pas mal de disputes au sein du couple, histoire de surmonter la psychose collective autour des fêtes de fin d’année.

Tjuvarnas Jul Julekongen Hjælp, det er Jul

…Admettez que c’est quand même plus original que la énième rediffusion d’un film d’animation !

Article également publié sur SeriesLive.com.

par

, , , , , , , , , , , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *