Gypsy queens

21 janvier 2012 à 19:52

Comme, peut-être, vous avez pu le déceler de façon incroyablement subtile via quelques uns de mes posts cette semaine ou sur Twitter, il est une série qui fait battre mon coeur en ce moment, un pilote qui m’a charmée, un coup de coeur qui m’est tombé dessus. Smash est LE pilote de la mid-season (qui pourtant, on l’a vu, n’est pas mauvaise) à mes yeux. Et pourtant, je l’ai tenté un soir où j’étais de particulièrement mauvais poil et où, considérant mes attentes, rien n’était gagné d’avance.

Cinq minutes s’étaient écoulées quand j’ai su que j’adorerais Smash. Le déclic s’est produit à cet exact instant :

Eh oui c’est tout simple mais l’atout premier de Smash à mes yeux a été d’assister au processus créatif à l’origine de ce qui allait devenir un projet pour Broadway tout en laissant de la place à quelque chose d’humain et sympathique, d’attachant, en somme.
C’est d’ailleurs assez incroyable de voir comment Debra Messing, qui n’est pas toujours ultra-convaincante dans les rôles purement comiques (on a pu le voir avec Ned & Stacey ou bien-sûr Will & Grace) peut se montrer incroyablement parfaite dans des rôles dramédiques comme celui-ci ou bien The Starter Wife, dont j’ai maintenant très envie de me faire une intégrale comme si je n’avais que ça à faire. Son alchimie avec Christian Borle est impeccable et donne immédiatement de l’âme au lancement de l’épisode. Borle, de son côté, n’est pas en reste, et nous montre immédiatement un personnage de Tom très humain. Et surtout, on prend très vite la mesure de son attachement à Ivy. Les liens entre ces trois-là sont tout de suite très tangibles, et rendent le lancement de l’épisode facile à apprécier. La dynamique avec Ellis, l’assistant, se montre très vite tangible également.
Il me faut encore ajouter que le cast est intégralement excellent. Pas un maillon faible dans cette équipe talentueuse. C’est un vrai plaisir d’y trouver, notamment, Anjelica Huston, qui aurait pu interpréter un personnage bien plus froid et rigide et qui se montre elle aussi parfaitement humaine.

C’étaient donc là les points-clés lorsque j’ai commencé l’épisode. Très vite, évidemment, le personnage de Karen prend de l’ampleur. Il est évident qu’en approfondissant son histoire Cendrillonnesque, l’épisode fait tout de suite le choix de la mettre plus en avant qu’Ivy, de sorte que le conflit ultérieur de la série est rapidement explicité, voire peut-être même tranché. J’aimerais qu’on entre autant dans la vie d’Ivy que dans celle de Karen, au moins pour le moment… Les sujets abordés via son personnage ne sont pas nécessairement de la plus grande originalité (coucher pour réussir ou pas, le regard des parents, etc…), et elle peut sembler « trop » innocente, mais elle n’en devient pas antipathique, au contraire, et surtout, elle apparait comme indubitablement talentueuse.

Smash fonctionne aussi très bien comme hommage à Marilyn Monroe. Il ne s’agit pas que d’un prétexte ou d’une facilité, comme cela aurait pu être le cas ; on ressent un vrai enthousiasme envers le sujet (encore une fois, notamment grâce au personnage de Julia, définitivement une force motrice de la série).

Le plus gros défi de Smash, à une époque où Glee nous fourgue des chansons toutes les 3 minutes faute d’avoir autre chose à montrer, était sans doute du côté des numéros musicaux. Leur présence est ici entièrement intégrée dans le cadre professionnel ; il ne s’agit pas d’avoir un personnage qui va subitement entonner une chanson pour exprimer ses sentiments ou simplement prouver qu’il a du coffre. La démarche, notamment en fin d’épisode, est certes de dresser un parallèle entre la carrière de Marilyn et les espoirs des deux interprètes potentielles, mais il n’est pas question de faire pousser la chansonnette gratuitement.
Même si on peut être légèrement surpris de la rapidité avec laquelle les numéros sont composés et parfaitement aboutis (le processus est évidemment accéléré à des fins dramatiques), à aucun moment on a l’impression que Smash est une série musicale, c’est une série qui, étant donné son objet, est vouée à contenir des numéros de chant et de danse, mais qui ne les surexploite pas et ne se repose pas dessus. Ce n’est pas sa nature, en fait, pas vraiment.
Au vu du trailer, d’excellentes chansons nous attendent d’ailleurs à l’avenir, de la même façon que le final de l’épisode est magnifique.

Au stade du seul pilote, Smash s’annonce comme une réussite à la fois sur le plan qualitatif et sur le plan de l’attrait pour le grand public. Le juste milieu est parfaitement trouvé entre une fiction attachée à délivrer d’une part quelque chose de sérieux et cohérent, de bien écrit et bien interprété, et d’autre part, capable de devenir, sinon culte, au moins particulièrement enthousiasmant pour une audience large. A ce titre, Smash n’est pas une série telle que, au hasard, HBO aurait pu en commander pour parler de Broadway ; elle n’a sans doute pas les qualités requises pour que la critique, unanime, la traite comme un bijou, en tous cas pas dés le premier épisode. Mais elle a de grandes forces derrière son appeal général, et avec un peu de persistance, elle peut contenter aussi bien un public exigeant que des gens qui viennent juste se remplir les oreilles de chansons le lundi soir.
Puisque je suis correspond à la cible dans les deux cas, vous imaginez bien que j’ai pris un pied phénoménal devant ce pilote (que j’ai déjà regardé 4 fois, comme ça a tendance à arriver de plus en plus quand un pilote me ravit), et que mon enthousiasme sans borne n’est pas prêt de se tarir. On en reparlera donc, à n’en pas douter.

par

, , , , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

1 commentaire

  1. Watcher dit :

    Oui vraiment une bonne surprise pour moi qui ne suis pas du tout amatrice de cet univers ! Et l’histoire « cendrillonnesque » n’est pas trop appuyée dans ce sens, chose que je craignais énormément. Bref rien à redire, même enthousiasme !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *