Coming outer space

8 février 2012 à 23:43

On pourrait soupçonner un tantinet d’opportunisme derrière le pitch d’Outland : parler de geeks, c’est à la mode, et lancer une série gay, ça a un petit côté « moi j’ose le faire », moins qu’avant, certes, mais à plus forte raison sur une chaîne publique.

Outland est pourtant un projet dont on a l’impression qu’il est quand même très authentique, essentiellement parce que son créateur John Richards parle de ce qu’il connait.
…Et puis parce qu’une série gay réalisée avec trois bouts de ficelle, ça fait toujours plus authentique que si elle avait un budget monstre.

Eh oui, il faut le dire, Outland n’impressionne pas des masses de prime abord. D’accord, l’appart de son héros est parfaitement décoré (je veux le même en violet !) mais globalement, ça ressemble à une série tournée avec quelques dollars en poche, un scénario simpliste et des copains acteurs. Lesquels ne brillent pas nécessairement par leur talent, mais ont le mérite de se montrer rapidement sympathiques.

Si je parle de scénario simpliste, c’est essentiellement parce que l’histoire de ce premier épisode n’est pas franchement épatante. Le pilote passe 20mn à nous montrer un personnage central et ses copains dévoiler lourdement leur personnalité quand d’autres séries auraient su le faire en moins de temps, afin d’offrir une intrigue drôle et rythmée. Rien de tout cela ici, alors que le protagoniste central passe le plus clair de l’épisode à faire une crise d’angoisse (qui dure environ 6h d’après mes calculs) et que ses potes meublent comme ils peuvent dans le salon avec le plan Q que notre héros ne pourra pas concrétiser. Là comme ça, ça ne fait pas envie.

La force de ces personnages, c’est qu’ils seraient tous, dans une autre série, une caution gay, le quota gay, appelez ça comme vous le voulez : le gay flamboyant et maniéré, la lesbienne qui en impose, le gay issu de la culture cuir et clous des années 90, et le petit gay de bonne famille, auraient sans hésité joué les seconds couteaux caricaturaux dans une comédie hétéro. Mais ici, rassemblés ensemble, ils forment une petite communauté improbable mais vite attachante. Personne n’est là à titre de prétexte, simplement, comme beaucoup de personnages de comédies, ils sont un peu caricaturaux. La nuance a son importance.
Je confesse une tendresse particulière pour les grands yeux de Toby (incarné par Ben Gerrard), un personnage qui trouve le moyen d’être à la fois snob et attachant.

Difficile d’évoquer Outland sans parler des références geek, également. On a ici une bandes de geeks de science-fiction, me faut-il préciser, qui vont donc mentionner Doctor Who (abondamment !), un pseudo-Star Trek (problème de droits ?), Blake’s 7… sans compter une hilarante référence à Rencontres du Troisième Type dans le frigo (vous verrez). L’appartement du héros est peuplé de produits dérivés qui en allècheront plus d’un !
Mais au-delà de ça, on n’est pas dans le name dropping comme peut le faire The Big Bang Theory : la science-fiction est vécue comme une addiction plutôt qu’autre chose, et comme un fardeau par le personnage principal, plutôt que comme une fierté. D’ailleurs Outland, derrière son aspect humoristique ou disons, léger, est une véritable réflexion sur la condition d’outsider, quelle qu’en soit la raison. « Ce n’est pas le lycée ! », lance l’un des protagonistes à un autre qui rétorque « mais si, c’est le lycée, c’est TOUJOURS le lycée ! », preuve qu’il y a aussi une certaine souffrance derrière le sujet choisi ici ; elle s’exprime pour le moment de façon un peu maladroite, mais j’apprécie ce regard différent, loin de l’étendard pro-geek ou pro-gay, pour raconter quelque chose de plus dense, à la fois spécifique et universel.

Outland est, en définitive, une comédie qui a un fort capital, mais qui a un peu raté son entrée en voulant trop prendre le temps de s’installer. Il faudra probablement attendre un épisode de plus pour accompagner ces geeks gays avec entrain…

par

, , , , , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

1 commentaire

  1. Arnaud016 dit :

    J’ai bien aimé ce pilote, je trouve au contraire qu’on apprend à connaître les personnages. Je n’aurais pas aimé que la situation soit réglée en 10 minutes et que l’on passe à autre chose. Et en plus ça permet de mieux faire passer cette question sur la « condition d’outsider » que tu as souligné.

    Pour aller dans ton sens, la force de la série est d’avoir réuni deux communautés qui ne sont pas « normales » pour encore beaucoup de gens. Les geeks, les vrais pas ceux qui le prétendent parce que c’est à la mode; et les gays, bon je ne vais pas plus développer on en parle assez dans les médias en ce moment XD

    Merci pour cette nouvelle découverte, ma première visite dans les séries australiennes o/ (la prochaine The Slap j’espère)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *