[#Piemarathon] 1×06, laisse

12 mars 2012 à 20:52


Je vais être honnête avec vous, cette histoire de Piemarathon est en train de déraper (mais dans le bon sens du terme).
Je veux dire, bon, je me suis lancée il y a seulement 4 jours et j’en suis déjà à aborder la fin de la première saison… Alors soit, elle n’est pas longue, il y a eu un weekend, je n’ai pas travaillé cet après-midi, certes. Mais quand même, euh, ça devient un peu compliqué. Pis je vous raconte pas le méchant effet de manque dés que je m’éloigne de mon DVD. Heureusement que j’ai le soundtrack sur mon smartphone sinon ça pourrait devenir dangereux pour mon entourage.

C’est d’ailleurs assez fou de retomber amoureuse d’une série qu’on connait (presque) par coeur. C’est une sacrée chance, aussi, parce que j’ai réussi à me laisser surprendre une ou deux fois, notamment dans l’épisode qui nous occupe ce soir, et je ne sais sincèrement pas si je serais capable de me laisser faire comme ça par d’autres séries. Devant Une Nounou d’Enfer, par exemple, je récite les dialogues comme des psaumes, ça n’a rien à voir. Là, je suis dans un état d’esprit particulier où j’arrive à prendre de la distance avec mes souvenirs pour profiter du spectacle, ce qui me permet de ressentir plein de choses, et pas juste l’impression de confort qu’on expérimente devant une série qu’on connait très bien et qu’on adore retrouver. C’est un vrai bon marathon, j’en savoure chaque seconde, même si je commence à baliser à l’idée qu’il me prendra probablement moins longtemps que prévu.
Nan mais voilà, c’est tout, je voulais juste partager ma joie, parce que je parle des épisodes, et truc, et bidule, et très franchement, les marathons bloggés en temps réel je commence à prendre lentement l’habitude (pour moi qui, il y a encore quelques mois, n’était pas coutumière des reviews épisode par épisode), mais du coup j’en oublierais presque de vous dire combien je me régale et combien ça me fait plaisir de me replonger dans la série. C’est donc chose faite.
Sachez que c’est une vraie kermesse. Et que je ne veux pas descendre du manège.

L’épisode commence alors qu’Olive accomplit son premier acte de bravoure de l’épisode : elle confesse d’elle-même à Chuck avoir embrassé Ned dans l’épisode précédent. Dans à peu près n’importe quelle autre série, ce serait soapesque. Mais ici, c’est une façon magnifique à la fois d’approfondir encore le personnage d’Olive, qui devient lentement mais sûrement le plus touchant de la petite bande du Piehole, mais aussi de faire avancer sa relation avec Chuck. La fille morte prend en effet les choses plutôt bien et toutes les deux parlent très ouvertement de la relation entre Chuck et Ned, comme de vraies amies, de vraies complices. Olive montre alors qu’elle a une très, très bonne nature, en s’inquiétant réellement des problèmes de contact (ou absence de) entre les amoureux, même si elle est encore un peu blessée par le rejet qu’elle vient de subir. Sans le savoir, Chuck vient ainsi de lui ouvrir la porte du petit groupe qu’ils forment, ne se sentant pas menacée par le contact entre Ned et Olive alors qu’elle-même sent bien que ça reste un vrai problème entre eux.

Et il est là, le coeur du problème : plus que de devoir éviter de se toucher, les amoureux continuent de devoir accepter ce fait, et ils ont du mal. Chuck n’est plus vraiment en danger d’être touchée par hasard et de mourir définitivement, que de ne justement pas pouvoir toucher son Piemaker et de perdre son affection (à moins que ce ne soit l’inverse).
Il faut dire que le rêve érotique, ou plutôt le cauchemar de celui-ci a de quoi en troubler plus d’un. Je me souviens encore de l’horreur que j’avais ressentie la première fois que j’avais vu cette scène, cet instant terrible, lorsque Chuck lui tombe dessus et qu’il y a cette petite seconde pendant laquelle le temps est suspendu, mon Dieu, c’est arrivé, il l’a touchée, elle est partie pour de bon cette fois… et puis finalement non et c’est en fait là que commence le véritable cauchemar. Evidemment, difficile de ressentir ce bref désespoir et de croire Chuck disparue avec les visionnages suivants, mais force est de constater que le passage reste déchirant et qu’on comprend bien que cela dérange autant le Piemaker ensuite. On le comprend bien, mais on rit avec Emerson tout de même, hein, l’un n’empêche pas l’autre…

L’épisode va continuer d’explorer divers sujets relatifs aux relations amoureuses avec l’étrange cas d’un polygame éleveur de chiens qui a été tué de bien curieuse façon. Outre le crime lui-même, qui s’avère n’être pas celui qu’on croit, c’est la quête du tueur qui va les occuper, leur donnant tout loisir de se frotter aux différentes épouses de la victime (pour Emerson, un peu plus près que pour les autres). Aussi bien en ce qui concerne l’intrigue que dans le domaine de l’univers visuel et sonore, on n’est pas exactement dans le meilleur épisode de la saison. L’idée est vraiment de pousser au maximum Ned et Chuck à se poser des questions sur la durabilité de leur tendre amour, et pas vraiment de nous offrir un moment enchanteur. Heureusement qu’il y a toujours les excellents dialogues et l’air empoté pathologique du Piemaker pour nous distraire comme à l’accoutumée.
On notera aussi qu’il n’y a pas de tantes en vue dans cet épisode, pour la seconde fois consécutive, et qu’il n’y est même pas du tout fait référence. Ce n’est pas une mauvaise chose : on ne peut décemment pas les intégrer à chaque fois. Mais elles m’ont quand même un peu manqué.

Alors qu’on commençait un petit peu à trouver que cet épisode manquait de chien (ha ha ha), voilà que le Piemaker et la fille morte se regardent de nouveau dans le blanc de l’oeil pour discuter de leurs problèmes, et que, plus que jamais jusque là, la souffrance de Ned devient très palpable. Il a passé l’épisode à être embarrassé, maladroit, gêné, effondré, catastrophé, mais là, il cesse de faire le clown triste et on peut presque ressentir son pincement de coeur lorsque Chuck enlace Digby à sa place. Ned prend toute la mesure de l’absence de contact à cet instant, on dirait, et l’accepte en même temps. Ca fait une plutôt jolie scène…
…Vite éclipsée par la suivante. Pour la seconde fois dans cet épisode pourtant pas très joyeux, Olive va nous arracher un soupir de chagrin et d’amiration.
Car elle est impressionnante, Olive, quand elle laisse partir son Piemaker. Elle tient à lui mais elle accepte de n’être jamais qu’Olive la serveuse. Elle a ce regard incroyable quand il lui fait ses excuses, comme si elle ne voulait pas l’affliger LUI avec son trouble à elle.
Elle a raison, notre petite chose blonde : elle est vraiment grande.

par

, , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

2 commentaires

  1. Je profite de la petite référence faite à Une Nounou d’Enfer dans cet article pour te demander si par hasard tu sais où je pourrais trouver les saisons en VOSTFR de The Nanny (en cagoulage de préférence), parce que j’ai cherché sur internet des milliers de fois, et je n’ai jamais réussi à trouver ces perles.

  2. ladyteruki dit :

    Tu demandes à la mauvaise personne : la VOSTF, je ne m’en sers JAMAIS, je n’ai aucun repère. Désolée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *