[#Ozmarathon] 4×16, pour de la fausse

14 mars 2012 à 21:57

Entre Pushing Daisies et Oz, il faut avouer qu’il y a un monde, voire plus ! Mais l’équipe du Ozmarathon tenait à finir la saison 4 en dépit du léger contretemps que peut représenter le Black March pour certains d’entre nous, et nous voilà donc devant un season finale… bon, si je dis explosif, ça fait un peu blague facile, non ?

Sauf qu’une bonne partie de l’épisode va reposer sur le principe de pétard mouillé…

Il faut dire que cette seconde moitié de saison 4 avait pu se montrer parfois décevante, ou simplement peu cohérente avec la première partie, et qu’il y avait des intrigues qui ne pouvaient pas offrir un final époustoufflant de toute façon.

A l’instar de la lutte sourde entre Burr et Supreme Allah : ils n’ont pas arrêté de se crêper le chignon, et ça ne nous a pas captivés un seul instant, même quand Hill s’est trouvé mêlé à la bagarre et qu’il a pris tout le monde de haut en prétendant ne pas se livrer à cette guéguerre. La bonne nouvelle, c’est qu’il est un peu redescendu de son piédestale dans cet épisode, et qu’il a fini par prendre partie et même, par mettre la main à la pâte et influer sur le résultat de ce duel. J’ai aimé qu’il ne le fasse pas par erreur, contre son gré ou sous lap ression, mais en toute connaissance de cause, même si c’est ensuite pour en vouloir à lui-même et à Burr. La mort de Supreme Allah n’est pas très digne ; au regard du palmarès de la série en la matière, elle est même limite honteuse. Mais peu importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse ! Place est faite pour une intrigue neuve en saison 5, et c’est l’essentiel.

Comme c’est la fin de la saison et que plein de contrats ne seront pas renouvelés pour l’année suivante, Oz en profite pour faire un grand nettoyage de printemps parmi ses personnages.

La mort la mieux accueillie est celle de Clayton Hughes. Nom d’un chien, depuis le temps ! Comme Supreme Allah, on ne peut pas dire que la mort ait beaucoup d’intérêt par elle-même, le personnage étant pourri depuis un bon moment. Voilà donc Clayton qui parvient à organiser une mutinerie en isolement, à se proclamer roi et à décréter que le couloir est une micro-nation, et très franchement à ce stade, on a envie de faire un raid dans les bureaux des scénaristes et organiser un shakedown, parce qu’il y a probablement pas mal de produits à saisir… Mais c’est pas grave, la fin justifie les moyens. Aussi, quand Clayton finit par casser sa pipe, un soupir de soulagement s’est échappé de moi à mon insu, si bien que j’ai presque manqué de saisir l’ironie cruelle que cela signifiait pour Leo Glynn d’avoir assisté, dans des circonstances similaires, à la mort de deux générations de Hugues comme ça. Mais vous voulez que je vous dise ? J’aime pas assez Glynn pour que ça me fasse de la peine, de toute façon. Et même si on peut être à peu près sûrs qu’il ne va pas bouger de son bureau, sa démission ne me fait ni chaud ni froid.

Le Colonel va également y passer ; ce n’était qu’une question de temps, le personnage n’ayant été ajouté que parce que, euh… eh bien… il faut dire que… ouais, bref, on le savait. Son sort avait été scellé dés ses interactions avec Beecher, peu après son arrivée à Em City, et nous sommes TOUJOURS du côté de Beecher.

C’est d’ailleurs pour ça que la conclusion de l’intrigue relative à la libération sur parole est tellement embarrassante. On a une intrigue qui est là parce qu’il le fallait bien (on a mentionné que Beecher y aurait droit lorsqu’il est arrivé dans la série il y a 4 saisons de ça, avant qu’on ne sache qu’il deviendrait un personnage si riche), dont les scénaristes ne veulent pas vraiment, à laquelle même Beecher ne croit pas, et qui franchement hante les cauchemars de n’importe quel amateur de la série. Libérer Beecher sur parole ? Bien-sûr qu’il le mérite, le pauvre, il en bavé, mais on n’imagine pas la série sans lui. Aussi, à chaque étape de cette histoire dans l’épisode, on est obligés de se demander un peu comment ça va foirer. Parce que ça va foirer. Schillinger qui tout d’un coup est de nouveau belliqueux ? Ce bon vieux Robson qui n’a jamais, hm, avalé ce qui lui est arrivé ? Cette mauvaise idée d’avoir une avocate complètement éprise de lui ? Allez quoi, il est obligé de tout foirer !
Je ne crois pas beaucoup m’avancer en disant que tout le monde a les yeux ronds quand s’ouvrent les portes devant Beecher, après qu’il ait réchappé à une tentative de meurtre de la dernière chance (on sent que les scénaristes font vraiment ce qu’ils peuvent). Non mais merde, quoi ! Vous n’allez pas le laisser sort-… ah, bah non tiens.
Et oui, c’est l’un des gros twists de l’épisode : Beecher a droit à une émouvante séquence de libération avec joli ciel bleu, criquets dans les hauteurs d’Oswald, et pique-nique avec son avocate et sa fille… Et c’était un rêve ! Des séries ont sauté le requin pour moins que ça.
Enfin de compte Beecher rempile, non sans mentionner que dans 1 an il a le droit de se représenter devant la commission de libération. Ca m’a fait penser, vous savez, je crois que c’était dans Friends, où Chandler (je crois) ne peut pas s’empêcher de dire aux gens qu’il n’a pas envie de voir « ouais, on se rappelle et on se fait une bouffe ? », et même une fois que ses potes lui ont donné un super truc pour se débarrasser de quelqu’un à qui il avait dit ça, il parvient à finir la conversation sur « on se rappelle et on se fait une bouffe ? ». Bah là, même chose. On l’a échappée belle, Beecher a trouvé le moyen de ne pas quitter la série… oh mais, attendez, l’an prochain, on remet ça. Les cons. Bon non c’était ptet pas Friends, je sais plus.

Le plus gros fake était pour la fin. Cette histoire d’Irlandais de l’IRA prêt à tout faire pêter, on savait bien que ça tournerait mal. C’était la seule intrigue valable, par moments, grâce à Ryan O’Riley qui portait quand même la série certains jours. Alors, au moment d’aborder le vrai final, c’était plutôt émouvant de le voir soudainement avoir une, euh, comment ça s’appelle ce truc ? Une ? Vous dites ? « Conscience » ? Ah peut-être, je saurais pas vous dire. En tous cas, il réalise qu’il a un frère et une dulcinée qui comptent sur lui (le frérot peut-être mais je suis moins convaincue pour Gloria), et se ravise au dernier moment. Cela n’empêche nullement l’ami Padraig de tenter de mener son plan à bien et de tenter de faire exploser une bombe au milieu d’Em City.
La séquence est suffisamment chargée en émotions pour fonctionner brièvement. Mais quand la bombe décide de ne pas exploser, on sent que ça va être n’importe quoi. Notamment parce que, en tant que spectateurs attentifs (Oz fait partie des séries qui, dans leurs meilleurs jours, ont encouragé cette qualité chez nous, après tout) on a aussi senti le gaz.
Pas d’explosion de bombe, donc, mais une explosion quand même, histoire de nous surprendre une dernière fois et de nous laisser sur un cliffhanger haletant. On n’a sans doute pas ressenti la même angoisse qu’à la fin de la saison 1 (ce season finale est indétrônable !) mais ça fonctionne quand même relativement bien, au sens où bien malin celui qui pourra prédire les conséquences de cet évènement à l’heure actuelle.

En tous cas, on sait que Beecher survivrait même à une bombe atomique, les scénaristes ont trop besoin de lui. Quant à Kareem Saïd, il est absolument impossible de nous quitter maintenant qu’il a éveillé son Adebisi profond, il est devenu trop captivant ! Mais pour les autres, on se retrouve en saison 5 pour le savoir…

par

, , , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

6 commentaires

  1. Elvire dit :

    Oh mon dieu cet épisode et surtout la storyline de Beecher ! C’était vraiment bluffant de savoir que tout cela n’était qu’un rêve ! En fait, comme un bécasse, je me suis totalement (ou presque) spoilée sur Beecher et Keller donc je sais comment ça se termine pour chaque perso … Mais même avec ça, je n’ai pu retenir un BLOODY HELL quand on voit le pauvre Beecher se réveiller et ensuite voir sa liberté conditionnelle refusée

    Et sinon je sais pas ce que fout Alvarez que l’on a laissé en train de faire joujou avec ses excréments mais il me manque sacrément le garnement !

    Comme tu l’as dit, ce n’est pas le meilleur saison final de la série et c’est même ce qui se passe à l’intérieur de l’épisode qui est plus intéressant que la fin elle-même (perso je m’en carre l’oignon du petit Irlandais SAUF quand il est en interaction avec notre seul et vrai irlanlais Ryan !).

    Oh d’ailleurs en parlant de ça, on a revu notre cher Cyril

  2. ladyteruki dit :

    Ouais, ils ont vraiment usé de tous les moyens les plus idiots pour pas montrer Alvarez : entendre sa voix à travers la porte, le montrer de dos en train de se masturber… je sais pas, ils pouvaient pas trouver un stratagème pour le faire sortir de la série, comme pour Keller ? Et pourquoi ils l’ont recapturé si vite après son évasion, dans le fond, si l’acteur était pas dispo ? Ca se voit vraiment comme le nez au milieu du visage qu’ils sont bloqués à cause de ça.

  3. LL dit :

    Ahaha excellente intro où tu arrives à placer Pushing Daisies xD

    Je reviens sur cette histoire de bombe qui prend beaucoup d’ampleur sur la fin (normal !). Comme on a eu le temps de vivre une émeute, une fusillade et 12 évacuations, je pense que tout le monde s’est dit « elle est là pour définitivement exploser ». Du coup, pendant les 10 dernières minutes, j’étais vraiment scotchée à me dire « Là, elle va péter et tuer Mc Manus ! non là, et elle tue Pancamo et Moralès ! Non là et elle bute Murphy ! Non là, et… Ah merde, elle tue Ryan oO Et là, elle explose avec le coup de pied ». Jusqu’au pétard mouillé en effet. J’ai ri ! J’ai vraiment ri et là, tout de suite, je trouve pas la fin de saison raté, juste représentative de ce qu’elle a été : un foutoir innommable. Ca allait droit dans ses bottes au départ et puis après, j’ai pas trop compris et suivi. J’espère qu’on va recroiser Padraig mais j’en doute…

    Surtout parce que partir n’importe où quand on a autant de personnages principaux, c’est voué à l’échec pour moi. Je crois que je n’arriverais pas à me rappeler de tout pour mon propre scribouillage et que ça va plus être un exercice périlleux, obligé et raté qu’un doux n’importe quoi avec un peu de cohérence, comme d’hab’.

    Alors, je passe à Beecher, mais j’ai du mal à croire que vous y avec tous cru jusqu’au bout (où je me trompe ? Où vous jouiez tous le jeu xD ?). Quand on passe au paysage édulcoré, j’ai compris que c’était faux et même que c’était foutu (tellement plus drôle de voir le pauvre Beecher s’enfoncer…). Je sais pas, c’est tellement pas « Oz »… J’ai marché (dans le sens où j’ai vraiment cru et espéré) mais dès le rêve, ça sonnait le glas pour lui…

    Un mot sur le pauvre Vern’ où je comprends vraiment sa frustration et la « trahison » que lui fait vivre Beecher. La « paix », c’était seulement parce que les 2 étaient persuadés de se côtoyer encore longtemps donc oui, je pige bien sa colère…

    Saïd, Saïd qu’on comprend enfin ! J’étais peut-être la seule mais je n’arrivais pas à voir de cohérence dans son comportement mais l’image d’une partie d’Abedisi en lui m’éclaire ! Je l’adore, avec Beecher et vern’ (et les autres morts depuis xD), ils ont vraiment une évolution sympa.

    Alors par contre, Mc Manus dans un jeu TV, j’ai pas pigé l’intérêt xD

    J’enchaîne avec les morts de l’épisode : Mon Dieu, Pauvre Cloutier oO Je suis pas claustrophobe ni rien mais je ne me sentais pas bien après cette séquence pleine de cruauté. J’espérais vraiment qu’on en finisse avec Clayton qui trouve une mort à sa hauteur (trahi par un autre taulard), je prie pour qu’on ne croise plus cet homme, même sous la forme de remords pour Leo… Jamais cru à l’éventuelle mort de Pancamo : on l’entend et on le voit peu en ce moment mais il n’en reste pas moins une figure reconnaissable contrairement au général Machin !

    Voilà, la plupart des intrigues sont bouclées et c’est vraiment pas plus mal (elle est morte Howell) parce que même si Oz ne sera jamais désagréable à regarder, ce fut une saison longue et éprouvante à suivre ! Beau billet

  4. ladyteruki dit :

    Pour Beecher je dirais pas que j’y ai cru, c’était plutôt un « mais jamais ils pourront aller jusqu’au bout de cette intrigue, c’est pas possible la commission va refuser, putain la commission a accepté, ils vont le tuer avant de sortir, nan mais pas possible, il est en train de sortir, retenez-le, faites quelque chose, sauvez les scénaristes, leur intrigue leur a échappé !!! ». C’était plutôt ça. Et une fois qu’il a été dehors, bah le gros WTF avec la musique, il va mourir d’une attaque cardiaque ou quoi ? Et finalement retour au côté « rêve » qui était une façon un peu pourrie de s’en sortir. Je sais pas si je retranscris bien mon état d’esprit mais j’avais plutôt l’impression que quelqu’un devait venir en aide aux scénaristes pour leur permettre de réparer leur merdier avant qu’il ne soit trop tard
    Oui, je n’ai pas cité Cloutier mais c’était vraiment atroce comme mort. Mais très ingénieux en même temps (même si je suis étonnée que personne ne remarque des prisonniers déplaçant des parpaing, ou l’odeur de ciment frais, ou même les cris pendant quelques heures après l’enfermement), particulièrement tordu.

    …C’est sûr qu’elle est morte, Howell ?

  5. LL dit :

    Oui, je comprend tout à fait et j’ai pas précisé, mais j’étais dans le même état que pour la bombe « Ah ils vont le planter ! Ah ils vont déclencher une bagarre ! Ah purée, ils vont balancer qu’il est responsable de la mort des deux fistons ! Ah mon dieu, un bisou avec l’avocate, ça va invalider le truc ! » > Je trouve quand très affreux qu’au bout de 4 saisons de Oz, on y croit plus du tout xD Même moi, alors qu’au départ, je cherchais de l’optimisme partout !

    Alors Howell pour moi, elle a juste les fesses et le bassin dans un plâtre (en gros, je me rappelle un vague « elle est à l’hosto ! ») donc je parie ma chemise qu’on la revoit sous peu et que ça va donner !

    Cloutier ma grande question, c’est « D’où sortent le ciment et les parpaings ? » oO Mais à la rigueur, je la laisse passer tellement c’est vraiment affreux…

  6. Aurore dit :

    Un petit commentaire fin de saison s’impose ^^

    J’ai pas forcément grand chose à dire sur la série en ce moment, la première partie était très bonne puis ça s’est déterioré dans la seconde partie. On navigue entre les spéciales dédicaces à X-files {la pilule qui rend vieux} et le tapage de nerf {Howell es-tu là ? J’ai l’impression comme LL qu’elle n’est pas morte encore, malheureusement}.

    Alors bien sûr il y a toujours de bon moment, je parle toujours de OZ pas de Joséphine ange-gardien, mais après deux saisons époustouflantes j’ai l’impression de ne voir que les grosses ficelles scénaristiques et la forme, plutôt que le fond.

    Je suis complètement d’accord pour Alvarez par exemple, il manque terriblement et quand il s’est évadé j’ai bêtement cru qu’on allait nous montrer deux trois séquences en dehors de Oz. Maintenant qu’il est revenu, il n’a pas plus de scène que pendant sa cavale.

    En plus des problèmes d’acteurs qui font défaut, il y a aussi les intrigues sorties de nulle part, complètement surréalistes ou qui tapent sur les nerfs.

    En passant sur la pilule et sur Howell où je vois qu’on à l’air tous d’accord, j’ai aussi un problème avec le « rêve » de Beecher. Pour moi ce procédé est aussi peu efficace que les flashbacks.

    Ça n’apporte strictement rien, surtout dans ce genre de série où on sait très bien que le « héros » se reviendra de toute façon l’année prochaine. {où je m’avance peut-être, je ne sais pas comment était géré les acteurs à l’époque sur HBO, mais rare sont les séries qui osent tuer ou virer leur perso}

    J’ai un peu l’impression de me faire l’avocat du diable, mais c’est vrai que depuis le début, Oz élimine tous mes perso préférés. Là où jusqu’à la 3, j’arrivais toujours à trouver une intrigue pour me satisfaire, j’ai l’impression que ce qui m’intéresse le plus est laissé de côté. Hill par exemple. C’est le narrateur d’accord, mais à part une ou deux histoire de drogue, il ne sert à rien dans la prison alors que son histoire avec le basketteur était intéressante.

    Et pour finir sur le clif’ puisqu’on doit faire des plans pour la saison suivante. J’avoue que je ne l’ai pas vraiment vécu comme un suspens insoutenable. La cuisine explose, mais je ne pensais pas que ça aurait un impact sur Oz puisqu’il n’y a qu’un type dans la cuisine. On gros pour moi c’était un mort et un trou dans la prison qui aura à peu près le même effet que le bordel provoqué en fin de S1 dans Emcity.

    Je parle au passé parce qu’après avoir lu le billet, j’ai un doute. On verra bien si les conséquences sont plus importantes ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.