Le meilleur du pire

30 mai 2012 à 20:56

Dans mon post d’hier, j’ai mentionné une série dont je n’avais vu que le pilote : For Better or Worse. Mais il ne vous aura pas échappé qu’on est un peu en rupture de sitcoms en ce moment, et suite à cette mention, je me suis dit : bon, allez, la première saison fait 10 épisodes, qu’est-ce que ça me coûte ?
Non seulement ça ne m’a rien coûté mais j’ai été très surprise de suivre la série sur la globalité de sa saison, et d’y trouver quelque chose de très différent de ce à quoi je m’attendais, même alors que j’avais vu le pilote.

Difficile pourtant pour un sitcom d’avoir un aussi mauvais karma que For Better or Worse.
Déjà, la diffusion sur TBS devrait vous mettre la puce à l’oreille. Je suis prête à parier que vous êtes incapable de nommer UNE série originale de TBS qui vous ait fait rire… en partant du principe que vous en ayez vu quelques unes, bien-sûr. C’est mon cas, à peu près depuis que la chaîne a décrété qu’elle était « very funny », et le problème c’est que la chaîne et moi ne partageons pas du tout la même opinion à son sujet… ou le même humour.
Mais bien évidemment, la plus grande force jouant dans l’attrait (ou absence de) pour For Better or Worse, c’est Tyler Perry. Vraiment, si vous ne le connaissez pas, ouvrez votre moteur de recherche favori et consacrez-lui quinze petites minutes, c’est édifiant. Mais tout aussi incroyable que soit son succès, ses recettes pour la télévision méritent notre attention, à nous téléphages, parce qu’elles sont totalement à contre-courant de ce qui se fait dans l’industrie télévisuelle classique, mais fonctionnent si bien que c’est devenu un nouveau modèle (qui sera d’ailleurs celui d’Anger Management dans quelques jours). Tyler Perry est capable de produire des épisodes quasiment au kilo ; j’étais plus entrée dans le détail de ses méthodes il y a deux ans, et son système ultra-rentable s’est affiné avec le temps.
For Better or Worse appartenait donc à cet univers-là à sa naissance, un monde où les épisodes sont tournés dans des temps record, pour un prix ridicule, et à destination d’un public « black » réputé (à tort ou à raison) peu exigeant.

C’est peut-être d’ailleurs la raison qui a fait que j’ai regardé le pilote de For Better or Worse d’un oeil détaché, pour ne pas dire désabusé, lorsque les 10 épisodes de la commande initiale ont commencé à être diffusés en novembre dernier, avec comme perspective que 90 autres seraient achetés par TBS si la série faisait ses preuves.

L’épisode n’est pas franchement épatant. On a l’impression d’y retrouver les recettes éternelles des sitcoms « blacks », à plus forte raison si on a vu Let’s stay together qui semblait reposer quasiment sur la même formule : parler des relations amoureuses à travers des couples (et dans le cas de Let’s stay together, une célibataire), sans explorer la question de la rencontre mais plutôt de l’après.
Mais il avait, en même temps, quelque chose que les autres séries dans son genre n’avaient pas. Ou plutôt non, je le formule mal : il n’avait pas quelque chose que toutes les autres ont : des rires. Les séries de Tyler Perry sont, d’après ce que j’en lis, tournées sans public, et les rires sont donc artificiels. C’est à mon sens un soulagement de s’en débarrasser dans un sitcom déjà assez dépourvu en subtilités ; je me fais souvent la réflexion que certains sitcoms y gagneraient, sans pour autant devenir des single cameras, mais c’est la première fois que je vois quelqu’un réellement passer à l’acte. Tyler Perry l’a donc fait, et le moins qu’on puisse dire, c’est que ça fait du bien.

L’expérience du pilote se poursuit donc avec ce soulagement de voir que les gags ne sont pas soulignés à l’excès par des rires en boîte. Car les gags existent, aucun doute là-dessus.

Mais avant de vous parler de l’histoire de For Better or Worse, laissez-moi vous présenter les personnages. Concentrez-vous une minute, il va falloir suivre, c’est un peu Dallas.
Un couple, Marcus et Angela, est marié depuis 13 ans ; ce sont eux le couple central de la série. Ils ont un fils de 12 ans appelé MJ, et Marcus a, de son premier mariage, un fille appelée Dominique qui en a 14. La mère de Dominique, qui est donc l’ex-femme de Marcus, s’appelle Keisha, et le moins qu’on puisse dire c’est qu’entre Angela et Keisha, ce n’est pas forcément le grand amour.
Angela est directrice d’un salon de beauté (« Lady Angie »), qui emploie Jennifer, une mère célibataire au tempérament explosif. Angela, elle, coiffe régulièrement dans son salon sa meilleure amie Leslie, une charmante créature belle et douce qui vit avec Joseph depuis plusieurs années, sans qu’ils soient mariés.
Joseph est, de son côté, le co-présentateur de Marcus dans l’émission sportive qu’ils dirigent ensemble.
C’est bon ? Vous y êtes ? …Je vous avais prévenus. Mais vous allez voir que c’est important pour la suite.

Voilà donc ce que raconte ce premier épisode : tout commence quand, alors qu’ils prennent leur petit-déjeuner, Dominique et MJ commencent à se disputer. Dominique vient en effet de traiter Angela de pétasse (des propos qu’elle tient vraisemblablement de la bouche de Keisha), et MJ a défendu sa mère. Ce petit évènement va faire boule de neige, mettant en exergue l’opposition larvée entre les deux femmes dans la vie de Marcus. Le pilote construit donc lentement mais sûrement leur affrontement, qui ne saurait tarder.
Dans l’intervalle, l’émission de Marcus et Joseph prend de l’ampleur et Richard, un producteur, rejoint leur équipe. Pour lui faire bon accueil, Joseph et Leslie ont décidé d’inviter Marcus et Angela, ainsi que Richard et sa petite amie, à dîner chez eux. Ils ignorent que Richard… sort avec Keisha.
Forcément, Angela et Keisha finissent par se foutre sur la gueule. Et je ne dis pas qu’elle vont simplement s’invectiver, mais qu’elles vont bel et bien en venir aux mains. De ce pugilat, contre toute attente, naitra une sorte de trève entre l’ex-femme et la femme actuelle de Marcus.

A l’issue du pilote, tout cela semble bien risible et disproportionné, et peut-être vous en rendez-vous compte à la lecture de ce résumé qui n’a rien de sexy. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle je n’avais pas continué : le « drama » prend des proportions épiques, qui font finalement plus rire que les gags de l’épisode.

Lorsque j’ai donc repris la saison hier, je n’attendais pas grand’chose des épisodes suivants. Mais j’ai été très surprise par plusieurs ingrédients :
– d’abord, le fait que For Better or Worse est totalement feuilletonnant ; je n’ai jamais vu aucun sitcom traiter ses intrigues de cette façon, et les séries dramatiques le font de moins en moins. Ici on est presque dans une vision soapesque des intrigues, au sens où ce qui commence dans le pilote ne trouve pas de (semi) conclusion avant le season finale,
– ensuite, le fait que, bien que tourné comme un sitcom (à l’exception d’une seule scène hors-studio), formaté comme un sitcom, et résolument ponctué de séquences drôles (il y a même un personnage dont la seule occupation est d’être le comic relief), For Better or Worse emprunte des axes très, très sombres. L’absence de rires enregistrés, on le réalise en avançant dans l’intrigue, n’est pas tant voulue pour changer la donne, mais pour s’autoriser une plus grande marge de manoeuvre au niveau du ton,
– et pour finir, le fait que plusieurs personnages et intrigues vont basculer au second plan, voire carrément disparaitre, accompagnant le changement de ton par un changement visible des orientations narratives de la saison.

Dix épisodes plus tard, grâce à toutes ces surprises, For Better or Worse est certainement l’une des radiographies de la vie d’un couple en crise les plus osées que j’aie jamais vues.
Et par la même occasion, la série sort complètement de toute grille de classification existante. Sitcom ? Soap ? Série dramatique ? Difficile à déterminer, cela change d’une scène à l’autre.
Ce que la bande-annonce nous vend n’a du coup plus aucune espèce de réalité. Après deux ou trois épisodes, c’est même totalement mensonger.

La série se recentre donc totalement sur le couple Marcus et Angela, sans donner l’impression de faire un virage à 180°C.
En fait, les premiers épisodes, qui s’appuisent sur l’hostilité entre Angela et Keisha, permettent au contraire, non sans une certaine dose de subtilité, de nous dévoiler des informations absolument essentielles.
Vous me connaissez, je ne dis pas ça souvent, mais si vous dépassez le 4e épisode, vous avez l’opportunité d’entrer dans un univers radicalement différent.

Ces informations essentielles contenant les clés de la compréhension des évènements, je vais vous les livrer puisqu’elles ne nuisent absolument pas aux surprises de l’intrigue. Le paragraphe qui suit est donc dénué de spoiler, allez sans crainte.

Ainsi, si Angela et Marcus sont mariés depuis 13 ans, leur mariage a connu bien des soucis. Déjà, Marcus était séparé de Keisha depuis seulement six mois lorsqu’il a épousé Angela ; de fait, Keisha était tombée enceinte et c’est ce qui explique que les deux enfants de Marcus ont quasiment le même âge. Cela a causé un premier clash dans le couple encore jeune de Marcus et Angela, mais ils se sont mariés et tout s’en est trouvé, tant bien que mal, résolu.
Mais au bout de dix ans de mariage environ, Marcus a trompé sa nouvelle épouse. Après encore une fois bien des turbulences, et une thérapie qui les a conduits à confier absolument tous leurs secrets l’un à l’autre, ils ont renouvelé leurs voeux voilà 3 ans.

Le couple porte pourtant, malgré les apparences heureuses, cette histoire comme une véritable blessure, n’attendant que d’être rouverte. Le tempérament de Keisha n’arrange rien, et les premiers épisodes de la saison soulignent à quel point le climat entre Marcus et Angela, loin de prouver que désormais ils ont tout mis derrière eux, dépend uniquement de la confiance qu’ils ont décidé d’investir l’un dans l’autre, sans la ressentir totalement. Si Angela est prête à sauter à la gorge de Keisha, c’est parce qu’elle n’est pas tout-à-fait certaine d’avoir raison de croire en Marcus.
Cette phase d’introduction étant passée, la saison s’oriente donc vers sa véritable intrigue, quand Marcus reçoit une lettre lui réclamant une pension pour un enfant dont il dit ignorer l’existence.

C’est là que les choses explosent. D’autant qu’Angela est une vraie excessive, et que les choses vont très, très loin. On dépasse le stade des engueulades, et de loin. Je ne veux pas trop vous en dire (c’est vraiment là que la série fait tout son effet), mais For Better or Worse écrase avec une violence non feinte toute idée préconçue qu’on pourrait avoir sur l’inoffensivité des sitcoms (a fortiori « blacks »).

Alors bien-sûr, il faut dépasser le jeu de certains acteurs, encore plus excessifs que ne le sont les personnages. Il faut se retenir de lever les yeux au ciel devant le milieu ultra-friqué dans lequel la série se déroule (on parle d’argent, dans For Better or Worse, et on parle de GROSSES sommes). Il faut subir des gags pas forcément drôles mais tellement, tellement nécessaires au regard de tout ce qui se passe par ailleurs. Même si vous avez déjà vu des sitcoms « blacks », il faut vous attendre à un choc culturel peut-être aussi fort que si vous regardiez une série non-américaine.

Et au final on se retrouve avec une série incroyablement incisive qui emmène ses deux personnages principaux dans une escalade dont on se demande comment elle pourrait bien finir.

Le plus intéressant et, à la fois, le plus triste, je crois, pour For Better or Worse, c’est qu’au lieu de bénéficier de la traditionnelle commande des séries de Tyler Perry (qui après une saison initiale de 10 épisodes voient leur commande augmenter pour atteindre facilement la centaine), la série reviendra en juillet sur TBS pour une deuxième saison de « seulement » 35 épisodes. Je crois que ça en dit long sur l’inconfort que peut générer ce sitcom pas du tout comme les autres.
Et quelque part, j’ai l’impression que c’est aussi un argument qui joue en sa faveur.

En tous cas c’est une expérience intéressante, et en un peu plus de 3h20, cela remet totalement en question pas mal de certitudes, tant sur le format, en tant que téléphage, que sur la question abordée, au fond, par la série et son intrigue.
Comme je le disais, c’est l’été, il n’y a pas beaucoup de sitcoms, c’est un peu le moment ou jamais de tenter For Better or Worse

par

, , , , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *