Tiédeur blanche

12 juillet 2012 à 22:43

Si ma fringale de pilotes est insatiable, il est un fait curieux : les pilotes britanniques peuvent attendre des semaines, des mois, dans ma réserve, avant que je les touche. Même quand ils m’intéressent, rien à faire, ça prend toujours des plombes. Je ne me l’explique pas moi-même.
Récemment, le seul pilote britannique que j’ai daigné regarder est celui de Hit & Miss ; et encore, je suis le reste de la saison au ralenti. M’attendent aussi, entre autres, Dead Boss et Sinbad.

Aujourd’hui, je viens à peine de commencer White Heat (et encore, uniquement parce que mon PC semble mort et qu’en désespoir de cause, j’ai tiré au sort mon épisode de ce soir parmi ce que j’avais a portée de main) (accessoirement les posts vont être un peu aléatoires pendant quelques temps).
J’avais plutôt entendu du bien de White Heat, peut-être via Livia, et il me semble aussi par le biais de Skyefleur aussi.

Une partie de cette réputation est justifiée : la série possède une excellente réalisation (elle m’évoque par moments celle de Cloudstreet, mais par moments seulement), la photographie est infiniment soignée, le sens du détail est visible.
Le problème c’est que, sortie de là, la série ne semble pas avoir grand’chose à dire, quand bien même elle le dit avec élégance.

En choisissant de se situer en partie (en MAJEURE partie, en fait) dans les années 60, White Heat n’avait de toute façon pas fait le choix de l’originalité, c’est un contexte largement à la mode. Ici, toutefois, l’idée n’est pas de se la jouer pseudo-Mad Men puisqu’on serait plutôt dans une variation autour de l’univers de Fresh Meat, le contexte historique en prime.
Mais c’est précisément là que ça me pose problème : les étudiants qui se découvrent mutuellement en même temps qu’ils se découvrent eux-même, ce n’est pas tellement plus original. En fait, le procédé de flashback utilisé, même s’il a le mérite de ne pas être plaqué là par simple effet de style mais bien pour souligner une émotion, n’apporte rien à notre affaire si ce n’est la révélation qu’on connaît déjà tout ça par coeur. Peut-être que cela vient du fait que, en voyant le début du pilote, j’ai d’abord pensé qu’il y aurait un petit côté thriller, et qu’on se poserait plus de questions sur les circonstances du décès d’un des colocataires dans le présent. Mais en avançant dans le pilote, j’ai bien compris que ce n’était pas le propos, et on a basculé dans un drama soapesque certes bien mis en images, mais quand même assez plan-plan. Les axes plus politisés m’ont donné l’impression d’assister a une version britannique de The ’60s ; comme j’ai eu l’occasion de le dire, j’aimais bien cette mini-série, mais ça n’autorise pas une autre série à donner dans la redite.

Du coup, et en dépit de ses qualités, le pilote de White Heat m’a déçue, par manque d’ambition scénaristique. C’est même encore plus grave dans son cas, par rapport à d’autres séries peu imaginatives, parce qu’elle avait un bon réalisateur et un très bon cast (tous âges confondus). Ça donne envie d’être plus sévère, et c’est normal.

Alors, quand j’aurai de nouveau un PC fonctionnel qui reconnaît au moins un port USB (et donc une souris) ET une connexion internet (les deux ont sauté le même jour, mais, fait curieux, pas du tout au même moment de la journée), je vous avoue que je ne pense pas poursuivre White Heat. D’un autre côté, c’est pas comme si je manquais de pilotes britanniques à tester…

par

, , , , , , , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *