Anemic Practice

14 août 2012 à 19:47

Vous le savez désormais, en cette rentrée, whisperintherain et moi-même avons convenu d’un petit défi à deux : nous regarderons absolument chaque pilote de cette saison, et nous rédigerons, chacun de notre côté, un post pour absolument chacun de ces pilotes. C’est donc la suite de cette grande aventure et, à la fin de ce post, vous trouverez bien évidemment un icône sur lequel il vous suffira de cliquer pour accéder à la critique du pilote de whisper (je l’ajouterai lorsqu’il l’aura rédigée ; nous ne les posterons pas nécessairement de façon absolument simultanée), et ainsi lire nos deux avis sur un même pilote… Aujourd’hui, c’est le pilote d’Animal Practice que je me propose de passer en revue.

Et je pense pouvoir dire avec la plus grande certitude que je n’avais plus autant pas-ri depuis Work It. Du coup, je salue la performance, parce que c’est pas donné à tout le monde de tomber à ce niveau.

Comme dans toute grande comédie, le coup de génie vient du cast. On parle quand même d’une série dans laquelle Tyler Labine est embauché et où il parvient à ne pas être l’acteur le plus nul de la distribution ; ça force le respect. Mais plus encore : on dira ce qu’on voudra de Justin Kirk (moi, ma maman m’a appris que si on n’a rien de gentil à dire, il vaut mieux se taire ; d’un autre côté à quoi ça servirait d’avoir un blog, c’est vrai), mais dans le cast, on compte UNE véritable réussite, le symbole de tout ce qui fait que les casting directors méritent leur salaire au centuple : Dr Rizzo le singe.

Avoir pensé au singe, c’est vraiment brillant. Sans lui, Animal Practice serait un fiasco total, et vaudrait un Brothers ou un Cavemen… mais avec, wow ! Là ça deviendrait presque drôle. Je vous dis, c’est littéralement du niveau de Work It, étant donné que le singe est interprété par une femelle capucin ! Imaginez le travail de composition qu’il y a derrière.
D’accord, les gags avec le singe ont été vus cent fois, et à la place du capucin, j’en toucherais deux mots à mon agent parce qu’il y a du typecasting là-dessous, mais enfin, admettons-le, ce sont les seules fois où on n’a pas envie de descendre dans les locaux de NBC avec du gaz sarin.

Donc, je récapitule : les gags sont convenus, en plus d’être atroces ; l’intrigue est famélique ; le contexte n’a rien de drôle a priori et confirme cette intuition pendant l’épisode ; et pour finir le cast est à la ramasse. Même les 10 tonnes de mascara et les battements de cils de Joanna Garcia n’y peuvent rien, c’est foutu.
Vous comprendrez que dans ces conditions, je ne vais pas y passer la nuit : Animal Practice, l’une des ignobles bouses de la saison, point barre.
Oh, ce ne sera sans doute pas la seule. Ne doutez pas qu’un sort à peine plus enviable leur sera réservé, en temps voulu, ici même.

…Pendant ce temps, j’imagine que, quelque part, Amy Huberman rit sous cape d’avoir réussi à échapper aux griffes d’Animal Practice. Well done.

par

, , , , ,

Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *