[#Ozmarathon] 5×05, boys don’t cry

29 août 2012 à 22:44

Après une longue pause (près de 3 mois), notre « EmCrew » est de retour afin de poursuivre son #Ozmarathon. Alors je ne sais pas si c’est le petit hiatus estival ou l’épisode lui-même, mais je me suis retrouvée plongée dans une série que j’ai trouvée plus sombre que je ne l’avais quittée…

Je vais passer sur les intrigues les plus secondaires, car ce n’est pas ce qui m’a marqué dans cet épisode. Le billet de loto de Rebadow, par exemple, en est une ; c’était touchant mais tellement prévisible que ça n’atteint son plein potentiel (même si le speech de l’officier Murphy sur la responsabilité personnelle était absolument parfait), ou bien le bref passage par la vie sans nuages d’Alvarez (c’est d’ailleurs pas très normal !). Quant à l’intrigue liée au bus, franchement, j’écoutais seulement à moitié, c’était très cliché.

Comme toujours, l’épisode commence par l’intrigue la moins intéressante. Il s’agit une fois de plus de suivre Omar, et autant l’avouer, on n’en a plus rien à faire de ce personnage, qui se traine depuis ce qui semble être plusieurs dizaines de saisons sans jamais réussir à justifier son existence scénaristique. On ignore toujours ce que les scénaristes peuvent lui trouver car il ne nous émeut jamais. Ca doit venir des supplications constantes. C’est insupportable. Et même quand on pense qu’Omar va se ressaisir et redevenir maître de sa Destinée, s’il l’a jamais été, on obtient finalement une intrigue où c’est Kareem Saïd qui nous intéresse, et pas du tout Omar. Dont franchement j’ai jamais retenu le nom de famille.
Saïd est, d’ailleurs, particulièrement touchant dans cet épisode. Ca confine même à la tragédie. On l’a vu dans le meilleur et dans le pire, Saïd, et très honnêtement, le pire se déroule souvent quand il croit être le meilleur, alors on ne s’attend plus vraiment à de grosses surprises venant de l’imam Saïd. Vous savez, quand on a tué le plus gros vicelard de tout Oz, les surprises, on en revient un peu. Encore une fois, Kareem s’était trouvé un protégé, et encore une fois, sa mission allait rater, c’était évident. On ne pensait simplement pas que cela le déchirerait autant. Il savait mieux retomber sur ses pattes, avant.
Mais là, Saïd, qui ne se remet pas vraiment de ses blessures, faut croire, il est à genoux. Il espérait avoir retrouvé un peu de sa dignité, de sa hauteur, et il s’aperçoit que ce en quoi il croit le plus, la conviction qu’il a de sa capacité à s’élever spirituellement au-dessus de la masse, lui a encore fait défaut. Et il est ramené, comme il le dit, à son humanité, celle qu’il passe à fuir en se cachant derrière de divin, et il a encore une fois perdu son combat.
La scène pendant laquelle Saïd se met à pleurer dans le giron de McManus, Seigneur ! Je n’étais pas loin d’aller chercher un ours en peluche et de sangloter en suçant mon pouce. Quelle scène traumatisante, venant d’un homme qui a absolument tout vu, et survécu à tout, et qui semblait avoir retrouvé un semblant de confiance en lui. Je crois que, plus encore que les tortures physiques imposées aux prisonniers, ce sont ces conséquences-là de la vie à la prison qui me semblent les plus dramatiques. Et de mon point de vue, c’est au moins aussi spectaculaire qu’un mec qui se fait saigner vivant.

Du côté de Beecher aussi, l’écrasement est terrible. On parle d’un mec à qui on a tout fait subir. Tout. Supplices physiques, et notamment sexuels, tortures mentales (dont amoureuses). Ce mec, le monde lui est tombé sur la gueule depuis 6 ans maintenant. Et au moment où il pense avoir repris le contrôle, il s’aperçoit qu’on lui nie ce passé. D’abord parce que son protégé le renie. Une amitié entre les deux familles (celle de Beecher et celle de l’étudiant) qu’il tenait en haute estime, et qui faisait partie des rares bagages de sa vie avant la prison qu’il avait conservés. Mais au nom de son homosexualité, le voilà renvoyé à une pauvre pute de la geôle, la lie de la société carcérale, la « bitch » des autres prisonniers. Tout ce qui fait qu’aujourd’hui Beecher est capable de tenir debout lui est soudain renvoyé comme de la merde au visage.
Pire encore, en faisant mine de mettre en pause leur espèce de concurrence par proxy, Schillinger parvient même à essayer de lui faire nier l’importance des abus sexuels subis. Cette enflure de Schillinger réussit en effet en un même mouvement à admettre un tort et à ouvertement annoncer qu’il veut le reproduire ! Et Beecher, parce qu’il espère être un homme digne et compréhensif, ne voit rien passer, jusqu’à être à deux doigts du point de non retour. Sa mine déconfite lorsque Schillinger lui apprend que s’il cède son protégé au nazillon, Beecher aura accès à ce qu’il veut et notamment Keller, c’est atroce. Soudain Beecher comprend qu’il a le choix entre renier un abus passé et ne pas céder un pouce de terrain sur ce qu’il a endurer, mais ne pas retrouver l’homme qu’il aime. De justesse, Beecher fera le choix de la droiture, mais on ne peut que souffrir pour lui à l’idée que pendant un instant, on a failli lui soustraire la reconnaissance des horreurs infligées.

Le cas O’Riley est à mes yeux le pire des trois, mais il relève de la même logique. Ryan tente désespérément de réunir l’argent pour engager un grand avocat qui pourrait sauver Cyril du couloir de la mort. Mais sa famille n’a pas l’air prête à mettre la main au portefeuille…
« There’s more. There has to be more to a family than just blood, Ryan. More than Christmas dinners and the birthday cakes, and more than old hurts and unsettled scores. We’re not a family. We never have been ». Je dois dire que cette réplique m’a totalement flinguée. Peut-être que c’est parce que je m’y suis beaucoup retrouvée, mais j’ai trouvé ça encore plus dur que tout le reste. Ryan, il est comme il est, on va pas redire ce qui a été dit dans les reviews précédentes, pour lui la fin justifie les moyens, c’est le mec qui a un objectif, qui essaye de penser froidement pour l’atteindre, et qui parfois perd son contrôle quand on touche à son sang (et par extension, donc, celui de Cyril). Ce mec-là, il s’est battu seul pendant des années, ensuite il a englobé Cyril, et il a finit par se trouver une maman, un truc totalement inespéré. Ryan, il n’a même pas les liens éthniques pour le tenir, parce que quand il utilise l’argument irlandais, c’est soit pour se définir identitairement lui-même, soit pour utiliser des faveurs. En-dehors des liens du sang, il n’a rien ce mec-là, c’est tout sa vie. Alors, c’est certainement le seul type de la prison à qui on a pas le droit de dire qu’il n’a pas de famille et que les liens du sang ne priment pas sur le reste. C’est le seul gars à qui tu enlèves tout quand tu enlèves ça. Et il essaye désespérément de se battre contre cet argument que lui oppose sa tante Brenda, mais il peut pas, parce que les liens du sang, ça n’a pas de sens quand on est seul à leur prêter de l’importance. Ca ne marche pas.
On ne peut pas forcer les liens du sang sur quelqu’un. Je crois que, plus que la sentence de sa tante qui avance gentillement que, ça se trouve, laisser Cyril être exécuté, c’est ptet pas plus mal, plus que ça encore, entendre que les liens du sang ne valent rien, c’est ce qui brise sa volonté de remonter ses manches et résoudre un problème de plus.
Et franchement, voir O’Riley abandonner, c’est du plus haut déchirant. Il a baissé les bras. Il va voir Cyril et il a laissé tomber.

Et je crois que c’est la raison de plus pour laquelle cet épisode d’Oz compte parmi les plus douloureux à regarder.
Parce qu’au bout du compte, si on met de côté la violence, le sexe, la saleté et les bassesses ; le plus dur, à Emerald City, c’est de devoir accepter de lâcher ce bout de soi-même où on pensait résider, le petit bout d’humanité qu’on essayait de garder précieusement pour pas lâcher la rampe, et de faire cette ultime concession. C’est ce dont l’épisode m’a semblé parler, et vraiment, ça a de quoi me tirer les pires larmes. Heureusement, hors d’Oswald, il est permis de pleurer ; croyez-bien que je ne m’en suis pas privée.

par

, , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.