I drink to that

22 septembre 2012 à 2:03

Disclaimer : avec le recul, cette review, pour son langage mais aussi pour une partie de son analyse, ne représente plus les vues de son auteure.

Pourquoi n’avais-je pas regardé plus d’une saison de Cheers, déjà ? Je ne me souviens absolument pas de ce qui m’avait arrêtée. Mais cet été, quand j’ai émergé après avoir été privée de connexion à internet pendant près d’un mois, j’ai eu une sorte de mini coup de coeur pour Sullivan & Son.

Le pilote de la série était incroyablement chaleureux, et ses personnages étaient formidablement bien exposés. Il y avait des trésors dedans, comme si la série tentait d’ajouter de bonnes idées à son pitch de départ pour éviter, justement, la comparaison avec Cheers. Et ça fonctionnait incroyablement bien : le héros avocat qui change de vie pour aller reprendre le bar de son père à Pittsburgh, le couple mixte formé par son irlandais de père et sa coréenne de mère, la petite romance avec son béguin de toujours… Plein d’idées qui permettaient d’aller plus loin que la vie au pub, en somme, même si les personnages hauts en couleur qui le fréquentent peuvent, sur le papier, suffire.
Alors, Sullivan & Son, en dépit du fait que ce soit diffusé une série de TBS et que rien n’est, d’ordinaire, very funny sur TBS, est devenu mon sitcom de l’été. Entre autres parce qu’il n’y a pas beaucoup de sitcoms l’été.

Car il faut bien l’admettre : tout cela ne vole pas bien haut. Le principe est celui d’avoir une bande de personnages et de les retrouver faire les zouaves chaque semaine, accoundés au bar, et pas vraiment d’avoir de l’humour de haut vol. Comme je l’ai dit, c’est une série de TBS, et à l’impossible nul n’est tenu. Mais ça fonctionne quand on s’attache aux personnages, et c’est le cas ici.

Mais reprenons depuis le début : Sullivan & Son commence alors que Steve, un avocat d’affaires travaillant à Wall Street, revient à Pittsburgh fêter l’anniversaire de son père, Jack, un Irlandais typique. Ce dernier tient, avec son épouse coréenne, un pub traditionnel très apprécié dans le coin, qui bien-sûr regorge d’habitués qu’on connait depuis toujours.
Parmi eux, Hank, un vieux ronchon raciste mais pas mauvais bougre dans le fond (on va y revenir), Carol, une mère célibataire dans la cinquantaine et connue pour être une vraie croqueuse d’hommes, Owen, le fils de Carol, le benêt du coin, Melanie, un beau brin de fille aujourd’hui devenue ambulancière, et quelques autres plus mineurs, comme Ahmed et Roy, des amis d’enfance de Steve. Notre héros a également une petite soeur, Susan, qui le jalouse depuis toujours et n’est pas franchement enchantée de le voir.
Steve réalise, en voyant à quel point son père est aimé par ceux qui fréquentent le bar, que sa vie techniquement réussie à New York ne le satisfait pas. Alors, quand pendant la soirée, son père annonce qu’il veut vendre le bar pour prendre sa retraite, Steve décide de le lui racheter, mettant au désespoir sa mère qui était si fière de sa carrière d’avocat.

L’épisode avait donc tout pour plaire, puisque cette fête d’anniversaire était idéale pour montrer l’ambiance dans le pub, et souligner les rapports chaleureux des personnages entre eux. Qui plus est, le passage pendant lequel plusieurs personnages portent un toast en l’honneur de Jack permettait d’en mettre plusieurs en lumière, comme Hank ou Carol. Ces personnages, s’ils ne sortent pas vraiment des sentiers battus et restent parfaitement dans leur cliché, n’en sont pas moins efficaces.

Le pilote était donc bon. Hélas, toutes ses promesses n’ont pas été tenues.
Par exemple, l’un des arguments avancés pour que Steve reprenne le bar de son père, c’est qu’il pouvait continuer à être un avocat en se mettant au service des habitués. Ce ne sera pas un outil très utilisé dans les épisodes suivants, où Steve n’interviendra que de façon mineure, ou, quand ce sera un axe important d’un épisode, ce sera traité de façon pas drôle du tout, comme dans l’épisode où il représente Hank. Donc déjà, voilà un angle qui sera vite oublié. De la même façon, la romance avec Melanie va être presque totalement éclipsée. C’est pas que je courre après les romances, comprenons-nous, mais c’est quand même dommage de laisser tomber cet aspect.
En fait, alors que Steve était au centre du pilote, avec son changement de vie et toute cette sorte de choses, il devient un personnage secondaire, et même si j’en apprécie plusieurs, et si certaines dynamiques qui en ressortent sont assez sympa, ça reste très regrettable que le héros d’une série (et le comédien de stand-up qui a inspiré son pitch, soit dit en passant) soit ainsi relégué en arrière-plan, ponctuant certaines scènes et étant simple témoin de la plupart des autres (avec un personnage très « clown blanc » qui, cela étant, fonctionne plutôt bien au milieu des autres gugusses).

Une grande partie de l’humour de Sullivan & Son repose sur des stéréotypes raciaux ; Steve, qui a du sang irlandais et du sang coréen, donc, va ainsi souvent être renvoyé à son appartenance à l’un ou à l’autre (« Mom, all my life I’ve been a perfect Korean kid. What if I’m really just… Irish ? »). De la même façon, sa mère est une Coréenne froide, sévère et exigeante, composant ainsi le portrait d’une Tiger Mom assez classique ; à l’inverse, Jack est le type le plus jovial et facile à vivre du monde.
Le fait que le personnage de Hank soit un raciste est, dans ce contexte, plutôt amusant : il fréquente un bar tenu par un couple mixte, il y retrouve chaque jour des personnages d’éthnies variées (Roy est black, Ahmed est… je vous fais pas un dessin), et pourtant, pour « les autres », les étrangers qu’il ne connait pas, il a des termes très cassants et caricaturaux à l’extrême.
Ce n’est probablement pas très politiquement correct, mais ça m’a fait rire de voir tous ces clichés être tournés en ridicule dans le pilote (et les épisodes suivant) par les premiers concernés. De la même façon que son statut de femme facile est totalement assumé par Carol, les personnages ne s’excusent pas d’être ce qu’ils sont, et personne ne sermonne vraiment Hank pour ses sorties racistes (son toast du pilote est truffé de propos de ce genre, mais tout le monde en rigole). Peu importe, dans le fond : sa façon de penser ne l’empêche pas d’être un type sympa au quotidien. Alors il peut bien penser ce qu’il veut, personne n’est blessé et, au contraire, on le prend comme une sorte d’attraction, « aha, notre Hank va encore sortir un truc sur les Mexicains ». J’ai beau jeu de ne pas me choquer, puisque je suis blanche (comme le dirait Hank, « technically, Italians are white people too »), mais je trouve que cela permet de relativiser, de se dire qu’un propos raciste, s’il n’est pas pris au sérieux, ne fait de mal à personne, que ce sont les actes qui comptent. C’est d’ailleurs un peu ce qui ressortira du procès de Hank.

Mais parmi les vraies réussites de Sullivan & Son, il y a deux éléments qui ne déçoivent jamais.
D’abord, le couple Carol/Owen. Autant Christine Ebersole ne fait que confirmer qu’elle est géniale, autant pour moi, Owen Benjamin est un petit nouveau totalement inconnu ; mais ensemble ils font des étincelles. Ils sont aussi hilarants qu’ils peuvent être attendrissants. C’est un tandem qui fonctionne très bien, et qui apporte très souvent de vrais passages drôles, du genre à me faire m’esclaffer tant il peut être absurde que le fils encourage sa mère à avoir des aventures d’un soir ou que tous les deux forment un duo musical ambigu. C’est là encore parfois de mauvais goût, mais ça fonctionne.
Et puis, l’autre grande réussite, c’est justement le rôle de la mère de Steve, Ok Cha, qui capitalise à elle seule 80% des meilleures répliques de la série. Non seulement l’actrice, Jodi Long, est absolument parfaite (et incarne son personnage avec suffisamment de doigté pour ne pas le rendre totalement prévisible), mais en plus le personnage est systématiquement hilarant. C’est l’avantage des personnages sarcastiques, ils ont souvent le beau rôle, comme Niles le maître d’hôtel l’a appris à une génération de téléphages. Encore faut-il qu’ils soient bien écrits, et c’est ici le cas, sans conteste. Impossible de ne pas jubiler devant certaines de ses répliques.

Pour finir, cette première saison de Sullivan & Son aura vu défiler pas mal de guests venus de l’univers des sitcoms, comme Billy Gardell (Mike & Molly), John Michael Higgins (Happily Divorced), Ted McGinley (Mariés, Deux Enfants), ou encore Chris d’Elia (Whitney), sûrement le plus tordant de tous les guests… voire peut-être de tous les épisodes. Et il s’avère que, dans un sitcom, les guests, eh bah… j’aime ça, voilà. Ca fonctionne et ils sont ici toujours très bien utilisés (à l’exception peut-être de Gardell… qui de toute façon n’est pas un grand génie de l’humour), et ne sont pas juste là pour montrer leur tête et faire un peu de promo (parce que soyons honnêtes, ça pourrait y ressembler) mais bien pour enrichir l’épisode et participer à l’ambiance de la série. On n’est pas dans le pur name-dropping, en somme, même s’il est certain qu’à un moment je m’attendais à ce que quelqu’un de The Big Bang Theory finisse par passer une tête.

Alors, même si Sullivan & Son n’est pas la plus grande série de tout l’univers, ou même de l’année, ou de l’été d’ailleurs, elle est quand même la plus sympathique de la chaîne (certes, la compétition n’est pas féroce…), et elle a ses bons moments. Même si la première saison était un peu inégale, et si Steve Byrne s’efface un peu trop souvent au profit du reste du cast. La deuxième saison, prévue pour le courant de l’année 2013, devrait lui  donner une opportunité de corriger tout ça.
Et même si elle ne le fait pas, après tout, vous savez quoi ? Je m’en fiche. J’aime bien cette petite bande, et à raison de 10 épisodes par saison, c’est un engagement qui ne mange pas de pain.

par

, , , , , , , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.