Back where we left off

17 novembre 2012 à 23:55

C’est un exercice bien périlleux que de tenter de revenir sur le devant de la scène avec un nouveau sitcom, après en avoir eu un premier qui ait connu le succès. Fran Drescher ou Reba McEntire le savent bien, qui ont tenté par tous les moyens de revenir sous les projecteurs (et parfois, ça a exigé du temps et de la patience) et de retrouver la formule qui avait fait leur gloire télévisée.

C’est en fait si difficile, qu’une fois que ces « anciennes gloires du sitcom » retrouvent un projet, la tentation est grande de multiplier les références à leur succès initial.
On peut le voir avec Happily Divorced, qui consacre énormément de temps aux clins d’oeil, sous toutes les formes possibles. C’est, étrangement, ce qui fait que Happily Divorced est plus agréable à regarder que Living with Fran, d’ailleurs : le nombre d’allusions et de guests est vertigineux, tandis que Living with Fran avait préféré ne faire appel à la grande famille d’Une Nounou d’Enfer qu’à titre affectueux, plus comme une façon de profiter de l’occasion pour rebosser entre vieux amis, que comme une technique visant à faire appel à la nostalgie des spectateurs.
On ne me fera pas croire que Renee Taylor se pointe dans un rôle extrêmement proche de celui de Sylvia Fine au cours de plusieurs épisodes de Happily Divorced pour une autre raison que faire des appels du pied aux nostalgiques d’Une Nounou d’Enfer, par exemple. C’est impossible à avaler, tout simplement parce que les répliques se déchaînent à chaque apparition pour souligner la parenté avec la série « originale ». Le but est avoué.
Après tout, on est sur TV Land ; le simple fait d’offrir à des vieilles gloires du sitcom la possibilité de lancer une nouvelle série est une façon totalement assumée de faire du neuf avec du vieux.

Paradoxalement, ce n’est pas déplaisant. On pourrait blâmer Happily Divorced pour cette façon décomplexée de faire appel à un succès passé pour créer un succès actuel, on pourrait l’accuser de manquer d’originalité, mais c’est très précisément ce que l’on cherche, en réalité, quand on regarde une série avec Fran Drescher. Alors cette façon de faire appel à la mémoire du spectateur, en dépit des apparences paresseuses que cela peut avoir pour quelqu’un d’extérieur à tout cela, ça fonctionne incroyablement bien.

Jusque là, Malibu Country semblait éviter cette technique. Il était pourtant clair que les méthodes de création de la série étaient les mêmes : l’actrice qui reprend un personnage similaire, répondant d’ailleurs au même nom (c’est rarement un signe trompeur), et qui produit la série qui signe son retour…
Mais les références de Malibu Country à Reba étaient absentes des deux premiers épisodes, ce qui était même assez surprenant. La série jouait sur les références à la carrière de Reba McEntire, puisque son héroïne est également chanteuse de country, et ça s’arrêtait là.

…Jusqu’au 3e épisode, diffusé hier. Comme souvent, les dialogues ont commencé à tirer partie des gimmicks inhérents à Reba ; parmi les coupables généralement désignés, et c’était déjà le cas dans Reba, on trouve la couleur de cheveux de l’actrice/chanteuse, son accent de l’Oklahoma bien profond, ou son caractère un peu, hm, rigide. Ici c’était l’accent.
Quand soudain, vient une réplique sur le fait que « chewing ice » avec l’accent donne l’impression de dire « chewing ass ».

Mes yeux ont roulé sur la table. Vous savez d’où elle vient cette réplique ? Du making-off de la 5e saison Reba ! Meta !

Et finalement il semble qu’on ne puisse y échapper. Malibu Country n’a pas besoin de ces références pour faire des scores décents, et probablement que la série ne compte pas dessus pour attirer son public, mais il semble inévitable de faire référence à un sitcom passé pour donner un supplément d’âme à l’actuel. Dans le cas qui nous occupe, il ne s’agit pas d’appâter les spectateurs avec cela, parce qu’il faut vraiment avoir été totalement mordu de Reba (au point d’avoir vu les making-off, quand même) pour saisir cette référence. Mais malgré tout, impossible de faire sans.

Comme je le disais, ce n’est pas désagréable. Quelles que soient les raisons pour faire appel aux souvenirs (qu’on présume émus) des spectateurs, que ce soit pour créer artificiellement un attrait vers la série, ou juste pour entretenir une forme de connivence, ces pratiques fonctionnent. Elles ne fonctionnent à vrai dire que dans cette configuration : la star de sitcom qui revient dans un nouveau sitcom. C’est inconcevable dans les dramas, et décrédibilisant au possible. Mais ça fonctionne, et en tant que spectatrice, j’admire qu’une série soit capable d’établir ce genre de relations avec le public, sans complexe ni faux-semblant.

Dans le fond, nous regardons ces séries parce que nous avons vu les précédentes, parce que nous aimons leur interprète principale, parce que nous voulons avoir l’illusion de suivre des histoires se déroulant dans le même univers, même si les situations ont changé. Nous voulons l’illusion d’une unité dans l’univers de ces séries.
A vrai dire, c’est aussi la raison pour laquelle je regardais Partners ; je regrette que cette dernière n’ait pas plus ostensiblement tiré partie de ses points communs avec Will & Grace. C’est peut-être étrangement ce qui l’aurait sauvée : assumer sa parenté.

par

, , , , , , ,

Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *