5 films que vous ne trouverez pas dans le Secret Diary… (Part. 2)

27 janvier 2013 à 23:28

Dans le Secret Diary of a Secret Cinephile, il manque des « classiques ». Des films dont tout le monde parle, et que tout le monde a vus (ou que tout le monde fait mine d’avoir vu… parce que, hein, z’allez pas me faire croire). Sauf moi ? Ah, mais peut-être vont-ils s’ajouter ?
Certains, oui. D’autres, même pas en rêve. Voyons donc quelques uns des films que, non, je vais pas m’amuser à regarder, c’est pas la peine d’insister. J’y ai mûrement réfléchi, vraiment, et tout bien considéré… non. Et tant pis si ma culture cinématographique doit se révéler incomplète.

Ce soir :
5 films que vous ne trouverez pas dans le Secret Diary…
parce que n’y pensez même pas

The Exorcist – Levez la main, ceux qui sont surpris ? Mouais, je m’y attendais un peu. C’est sûr que je n’ai pas commencé par le moins évident, je vous le concède bien volontiers. Le truc c’est que, pendant 30 années, les films d’horreur, j’ai bien tenu mes distances avec, et il me semble, je peux me tromper hein, mais il me semble que c’était pas forcément la plus mauvaise de mes idées, voire, peut-être, que c’était mon instinct de survie qui se manifestait. Le peu que je sais de ce film ne m’encourage pas vraiment à me mettre devant. Il faut dire que je n’ai qu’un goût trrrès modéré pour tout ce qui peut me filer les chocottes (on l’a vu avec les vampires et les zombies), surtout dés qu’on effleure le domaine fantastique (parce que par contre, avoir le sang glacé devant un drame où l’horreur prend un visage on-ne-peut-plus humain, là par contre, là oui, avec « plaisir »). C’est pas vraiment que je craigne le vomi de soupe, soyons clairs, mais enfin, niveau ambiance, torticolis et tout le tremblement, je le sens pas du tout, ce film-là. Après je pourrais me forcer, hein… mais je crains ensuite de ne plus dormir pendant un mois et de faire quotidiennement dans mon froc en attendant qu’on m’interne. Alors bon, on va dire que The Exorcist, on va passer.

The Godfather – Je me rappelle avoir écrit quelques posts sur des séries en rapport avec la mafia, dans le cadre de la préparation d’un SeriesLive Show (c’était il y a des lustres), et vous avoir dit, en substance, que les histoires de mafia, j’en avais rien à carrer. Ca n’a jamais vraiment évolué ; oui, je suis allée au bout de The Black Donnellys, mais vraiment à reculons à certains moments (et par certains moments, je veux dire beaucoup de moments)… et ce n’était même pas une série où il est question de mafia non-stop ! Vous me mettez devant le pilote des Soprano, je ne tiens pas, par exemple ; je l’ai vu une fois, je n’y reviendrai pour rien au monde, rien. Alors, au risque de vous désespérer de mon cas, une triologie de films sur un parrain, non, ça ne va pas être possible. Ou alors ça va faire comme avec certains films que je me force à voir, ou qu’on me force à voir, et je vais piquer du nez au bout de 10 minutes et alors là on aura tout gagné. Alors bon, on va dire que The Godfather, on va passer.

Pulp Fiction – Je ne me sens aucun atome crochu avec la filmo de Quentin Tarantino. Je me souviens qu’avec l’un de mes ex, je m’étais tapé les deux volumes de Kill Bill, c’est un vrai souvenir de bonheur intense… surtout si on remplace le terme « bonheur intense » par « grosse purge ». Donc comment vous dire ? La perspective de retrouver à la fois Tarantino ET Thurman dans Pulp Fiction, ça ne m’électrise pas des masses, je ne vais pas vous pipeauter. Quelque part, dans le fond, je suis consciente qu’il est tout-à-fait possible que ces deux films n’aient pas grand’chose ou rien à voir, mais je ne le sens pas du tout. Et d’ailleurs, le bloquage se fait à un tel niveau que, quand je joue à des trucs comme le Trivial Pursuit, ou WhatTheMovie (un petit jeu que j’aime bien parce qu’il me donne plein d’idées de film à tenter), même quand je sais reconnaître qu’on parle de Pulp Fiction, je ne me souviens jamais du titre. A chaque fois, il faut que j’aille voir la filmo de Thurman ou de Travolta sur Wikipedia, et là, là oui, j’ai le titre, ok. Et ça dure comme ça depuis des années, je passe mon temps à oublier, sitôt réapprise, l’existence de ce film aussi sec ; à la rigueur, ptet qu’un jour je tenterai quelque chose comme Inglorious Basterds, parce que, enfin non chais pas, on verra, je veux pas m’avancer… mais Pulp Fiction, je ne le sens vraiment pas. Alors bon, on va dire que Pulp Fiction, on va passer.

Die Hard – Quand j’étais petite et que je ne voulais pas prendre une bouchée de nourriture avec un couvert qui avait déjà été utilisé par un autre membre de ma famille, ma grand’mère avait coutume de dire que j’étais « narreuse ». J’avais toujours pensé que ça voulait dire « faire la difficile », en fait ça voulait dire « facilement dégoûtée » ; et maintenant que je le sais, je suis prête à endosser pleinement cette étiquette : oui, en matière de films, je suis vachement narreuse, comme fille. Les films d’action, moi ça me dégoûte. C’est pas le même dégoût que devant un film un peu gore, évidemment, mais c’est, disons, un dégoût intellectuel ; similaire à celui que je ressentais quand je tombais sur TFHein à l’époque où j’avais encore la télé, pour vous donner un repère. Il y a quelque chose qui me répugne dans les films d’action : l’impression qu’on nous prend pour de parfaits benêts uniquement capable de comprendre des one-liners à la con et des grosses explosions. Dans ce contexte, je ne pense pas m’avancer beaucoup en disant que la franchise n’est pas du tout faite pour moi. Trop narreuse (pis quand même, manger dans des couverts utilisés par quelqu’un d’autre, bah c’est dégueu, merde, famille ou pas famille). Alors bon, on va dire que Die Hard, on va passer.

Rashoumon – Dans le fond, je ne sais même pas pourquoi on dit que les gens ont un « talon d’Achille », parce qu’en réalité, tout le monde en a deux, des talons ; et moi c’est le cas, j’en ai bel et bien deux en matière de cinéma : les vieux films, et les films étrangers (nan mais en vrai, je connais l’histoire d’Achille, hein, c’est juste pour la blague). Ce qui est original, parce que je suis la première à bondir vers des séries étrangères, et pour tout vous dire je ne suis pas non plus à la traine lorsqu’il s’agit de mater une vieille série (tenez, hier aprem, je me suis fait le pilote de K2000 ; on déconne, on déconne, mais il a déjà 31 ans, ce pilote), mais il n’est plus à prouver que mes standards en termes de séries sont très différents de ceux qui sont les miens, ou qui, disons, commencent progressivement à être les miens, en matière de longs métrages. Et c’est d’ailleurs quelque chose que j’ai aussi envie d’interroger pendant le défi de cette année, et on y reviendra… Mais soyons clairs : un film de 1950 en noir et blanc tourné au Japon, c’est un énorme répulsif pour moi. Mais encore, bon, à la limite, je pourrais envisager de regarder un film nippon qui a plus d’un demi-siècle dans la poire, s’il ne s’agissait pas en plus d’un film en costumes. Je veux dire : y a-t-il UNE seule chose attrayante dans ce film pour la pauvre cinéphile en formation que je suis ? Alors bon, on va dire que Rashoumon, on va passer.

Répétons pour la forme que ce ne sont que des exemples, et qu’il y a d’autres films dans le même cas (ne serait-ce que ceux appartenant à la filmo de Jake Gyllenhaal, comme on a eu l’occasion de le dire dans la première partie ; c’est bon, j’ai vu ce que ça donnait, on n’y reviendra plus). Mais avec ces cinq-là, on a quand même une bonne vue d’ensemble des films que, bon, vous pouvez me suggérer, hein, on est en démocratie et tout, mais je les regarderai pas. Je vous le dis comme je le pense : ça n’arrivera pas. Au moins on joue franc-jeu !

Bon, et puis, j’avais dit « deux volets », mais en y réfléchissant, je me suis rendue compte qu’il y a une autre catégorie de films que vous ne trouverez jamais dans le Secret Diary. Il y en a plus, qu’est-ce que je fais, je vous le mets ?

par

, ,

Pin It

5 commentaires

  1. Somyo dit :

    Je te traiterais bien d’impie pour refuser de voir Pulp Fiction, cette perfection qui contient en plus Uma. Mais ça serait oublier le nombre de cinéphiles qui ne connaissent pas Pushing Daisies. Donc tu es pardonnée, pour l’instant.

  2. ladyteruki dit :

    …Pour l’instant. *lève les yeux en attendant que le couperet tombe*

  3. Mystical dit :

    L’exorciste, je l’ai trouvé très décevant ce film, peut être parce que je l’ai pas vu à la même époque que sa sortie.
    Le Parrain, jamais vu, & de même les histoires de mafia, ça me saoule plus qu’autre chose, donc il y a peu de chances que je vois un des films de cette trilogie un jour.

    Pulp Fiction. Je crois que j’ai vu ce film, genre sans en avoir envie & j’en ai aucun souvenir. Et même si je ne l’ai pas vu, ça ne me tente pas plus que ça. Et puis Quentin Tarentino, j’ai jamais compris son succès, même si j’ai regardé avec plaisir Kill Bill.

    Bon par contre Die Hard. Je suis tombé dedans alors que j’avais 14 ans. Les copines affichaient sur leur mur du New Kids on the Block, du Leonardo Di Caprio (avant le succès de Titanic, quand il jouait dans Quoi de neuf Docteur) ou du Johnny Depp ( 21 Jump Street), et moi c’était Bruce Willis. Elles me regardaient d’un oeil bizarre, c’est vrai ça, s’amouracher d’un acteur qui aurait pu être mon père à l’époque. Mais le premier Die Hard était un film culte pour moi à cet age la. Un sacré « héros » américain, de l’action comme j’ai toujours aimé, des bons méchants occidentaux etc. Donc la c’est différent, je dirais quand même que seul le premier Die Hard vaut le coup car il y a une ambiance assez oppressante, on est loin des cops shows de l’époque avec le mélange couple de flics, de l’humour & de l’action. (type Arme Fatale).

    Mais je suis moi même assez « Narreuse » sur certaines choses, donc je comprends en même temps que t’en ai pas envie. Ça m’a fait pareil sur les James Bond. Je n’ai juste vu que les plus récents de force. (et j’ai apprécié en partie, tout en critiquant à mort XD)

  4. Arakasi dit :

    Tu n’as pas peur de te faire des ennemis, toi ! Tu tapes en plein dans les films cultes, là. Pour le coup j’ai vu tous les films de la liste excepté Die hard qui ne me dit pas grand chose non plus.

    Alors bon, autant je peux comprendre pour L’exorciste, parce que les films d’horreurs, on les aime ou on ne les aime pas, pas de raison de se forcer. Ils ne m’ont jamais fait le moindre effet, si ce n’est Ça, qui n’est pas vraiment un film d’horreur mais qui m’a traumatisée, gamine.
    Pulp fiction c’est aussi compréhensible, le cinéma de Tarantino, c’est comme les films d’horreur, on accroche ou on n’accroche pas. Si tu dois n’en regarder qu’un, je te conseille Reservoir dogs, qui reste excellent même pour ceux qui n’aiment pas son style. C’est violent, mais ça n’a rien de gore.

    Par contre, Rashomon, The Godfather sont des excellents films, du genre excellence de l’excellence, tu n’as aucune excuse.

    J’ai envie de te conseiller tout plein de films, du coup. (Et je veux la troisième catégorie !)

  5. bw dit :

    Quand je vois tout le ramdam que tu fais autour d’un House of lies ou d’un Pushing Daisies et que tu me sors etre facilement dégoutée par un Die Hard(1&3) ou un Pulp Fiiction.

    J’attend impatiement la suite, cette rubrique est vraie tranche de rigolade

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.