5 séries (et plus !) d’Afrique francophone

14 décembre 2013 à 21:00

UneSemaineenAfrique-650

Jusqu’à présent, cette semaine, nous avons essentiellement parlé de pays africains où l’on parle l’anglais ou le portugais… et encore, on est loin d’avoir fait le tour du sujet ! Mais mettons-les de côté pendant un moment pour parler de séries venant de pays francophones, car il y en a, bien-sûr !
Je vous ai donc préparé une petite liste de séries africaines, dont beaucoup sont tournées dans notre langue. Évidemment, cette liste ne saurait être exhaustive ! Avant tout, j’ai essayé de vous offrir un aperçu de la diversité des séries nous venants de pays d’Afrique francophone, en vous proposant des fictions très différentes. A partir de là, il est toujours possible d’explorer…

Avant de se lancer, un petit mot sur le peu que je sais du sujet qui nous occupe aujourd’hui, pour culture téléphagique.
Dans les pays d’Afrique francophones comme dans le reste de l’Afrique subsaharienne, la télévision a longtemps été dominée par des séries importées ; le marché africain est l’une des cibles de choix des pays d’Amérique du Sud, notamment. A l’instar de l’Angola dont nous parlions plus tôt cette semaine, les telenovelas y ont été nombreuses, conduisant à un sentiment proche de l’envahissement. Ces dernières années, les télévisions se sont donc motivées pour essayer de produire plus de fictions maison, avec un investissement criant de la part de certaines chaînes à cet égard. Une stratégie qui commence à porter ses fruits, puisque les séries locales attirent de plus en plus de public.
Comme lorsque les telenovelas dominaient les grilles, ce sont encore, bien souvent, les femmes au foyer (et dans un second temps les ados et jeunes adultes) qui sont la cible privilégiée des chaînes, preuve que le concept de ménagère dépasse bien des frontières. Les diffusions des séries s’intercalent donc bien souvent dans les horaires traditionnels pendant lesquels les femmes sont considérées plus disponibles, soit après la préparation des repas de midi ou du soir. Les plus gros producteurs de séries en Afrique francophone seraient, pour ce que je vois, le Côte d’Ivoire, le Burkina Faso et le Mali, qui exportent plusieurs de leurs fictions dans le monde africain francophone (rarement au-delà).
J’en profite pour préciser (mais peut-être l’aviez-vous senti dans l’interview d’hier) que sur le vocabulaire, les Africains sont très flexibles : ils utilisent indifféremment plusieurs termes pour qualifier les séries. Ainsi, au cours de vos futures recherches, vous croiserez peut-être les termes « série », évidemment, mais aussi « film » ou « théâtre » (en particulier pour les comédies, ce qui a du sens quand on sait que ce sont souvent des troupes qui en sont à l’origine). En revanche les formats varient assez peu, avec généralement des épisodes de moins d’une demi-heure, parfois 50 minutes, rarement plus. La préférence pour le format d’une demi-heure va jusqu’à pousser de nombreuses séries à avoir des intrigues réparties sur des épisodes en deux parties de façon presque systématique. Pour finir, le rythme de diffusion, dans beaucoup de pays, peut être assez variable : elles peuvent être diffusées à raison de 1 à 3 épisodes par semaine (Dinama Nekh est par exemple à l’antenne en milieu de semaine puis le samedi). Il n’y a pas l’air d’avoir de règle à proprement parler.

Les Rois de Ségou (Mali)
Il y a des genres dont la télévision africaine n’est pas aussi friande que d’autres contrées : la série historique en fait partie. Les Rois de Ségou constitue l’une des exceptions (on aura le temps d’en aborder une autre avant la fin de notre semaine spéciale). La série se déroule au 17e et 18e siècle, et raconte l’histoire du royaume bambara (note : c’est également dans cette langue qu’elle est tournée), qui domine la région pendant 2 siècles. L’intrigue commence alors que le royaume, déjà constitué, se solidifie progressivement en mettant fin aux querelles entre villages ; un nouveau chef est choisi en signe de nouvelle union. Il s’agit de Biton Coulibaly, qui va prendre des décisions très contestées…
En France, la série a pu être vue grâce à TV5 Monde, qui d’ailleurs propose encore les épisodes de la seconde saison sur son site.
Tundu Wundu (Sénégal)
Les comédies de proximité ont longtemps eu la part belle parmi les fictions africaines ; aujourd’hui l’heure est à la diversité. Tundu Wundu, une série qui a démarré le mois dernier, est un thriller qui met en scène Badara, un ex-étudiant promis à un brillant avenir, qui a été accusé puis condamné pour le meurtre de Draman, le mari de l’élue de son cœur. Libéré pour bonne conduite après un an de prison, il tente de prendre un nouveau départ. Mais l’oncle de Draman, un homme politique influent, est bien décidé à lui faire payer son crime. Il soupçonne également Badara d’avoir mis la main sur une forte somme d’argent… Pour Badara, une seule échappatoire : prouver une fois pour toute son innocence.
Soignée visuellement, Tundu Wundu pourrait plaire aux téléphages à la fois curieux et exigeants. On trouve facilement les épisodes en ligne.
L’avocat des causes perdues (Burkina Faso)
Et un legal drama, ça vous tente, un legal drama ? Direction le Burkina Faso, dans ce cas, lancée en 2008. La série s’appuie sur une réalité sociale : de nombreux accusés sont condamnés par le système judiciaire du pays, faute d’avoir pu se défendre convenablement. La série questionne aussi les problématiques de la réinsertion, notamment dans le cadre des « petits » délits comme le vol. Le rôle-titre est celui de Maître Sawadogo, qui se bat pour réduire les peines de ses clients.
La série est également diffusée par TV5 Monde, et apparemment il existe même des DVD puisque la chaîne avait organisé un concours l’an dernier !
Les Immigrés (Congo)
Dans cette liste, c’est certainement un ovni, car non seulement la série est tournée en français, mais elle est tournée… à Paris ! Dans un sujet corollaire à celui que nous touchions hier avec Usoni, Les Immigrés raconte comment ses héros, venus d’Afrique, vivent leur arrivée et leur installation dans la capitale française. Loin de proposer de l’escapisme (bien que certaines de ses intrigues touchent au soapesque), la série aborde des problématiques bien réelles sur l’immigration.
Là encore, la 2e saison est toujours visible sur le site ô combien précieux de TV5 Monde ; le reste peut être trouvé en taquinant votre moteur de recherche préféré.
TEENAGER (Côte d’Ivoire)
Vous ne devinerez jamais… il s’agit d’un teen show ! (les majuscules sont comprises dans le prix) TEENAGER est actuellement dans sa deuxième saison sur les ondes ivoiriennes, et raconte les préoccupations d’ados et préados : les personnages ont entre 10 et 17 ans. La série se déroule dans un lycée, et aborde des problèmes classiques (mauvaises fréquentations, alcool, drogue, sexe) en s’enorgueillissant de porter un regard parental sur ces questions. Inutile de dire qu’on ne cause pas exactement d’un Gossip Girl à l’africaine, peut-être plutôt d’un Secret Life of the African Teenager. Mais si on ne regarde pas des séries étrangères pour aborder le point de vue d’autres cultures, alors à quoi ça sert ?
Je vous jure que je n’ai pas d’actions chez TV5 Monde, mais là encore, le site de la chaîne propose des épisodes de la série.

Comme je vous le disais, bien d’autres auraient pu être mentionnées, pour leur originalité et/ou leur succès : Dou, la famille sur une famille polygame, ou Commissaire Balla au Mali ; Dinama Nekh, une dramédie du Sénégal sur deux jeunes femmes au style de vie mbarane ; Super Flics, une comédie policière, et Dr Boris (inspirée par H, apparemment) nous venant de la Côte d’Ivoire ; Noces Croisées (que vous connaissez déjà) ou Inspecteur Sori (dont le pilote avait été recalé en 2001 pour ressembler trop à un épisode de Navarro, allez me dire après ça que les télévisions africaines n’ont pas bon goût !) au Burkina Faso, et ainsi de suite.
Bon, de vous à moi, les inventaires à la Prévert, c’est rébarbatif, alors je vous laisse, si vous en avez envie, aller chatouiller votre moteur de recherche préféré avec ces titres ; de nombreuses séries sont disponibles plus ou moins facilement en streaming… et même, parfois, légalement ! Ahem. Bref, comme toujours, je vous encourage à faire vos propres découvertes. N’hésitez pas d’ailleurs à venir me conter vos aventures en commentaire ci-dessous, ou sous un futur article Friday Night Highlights !

Et pour la suite ? Eh bien rendez-vous demain pour notre dernier article de cette semaine spéciale consacrée à l’Afrique. Eh oui, déjà…

par

, , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

1 commentaire

  1. Mello dit :

    Merci pour cette sélection!! Je compte me mettre aux séries africaines prochainement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *