Joe MacMillan, in his own words

2 juin 2014 à 7:04

La revue de presse n’est pas la spécialité des lieux, mais comme vous le savez, l’un de mes coups de cœur récents est Halt and Catch Fire. Le fait que l’acteur que je suis depuis plus d’une demi-douzaine d’années maintenant y tienne le rôle principal n’est ni totalement fortuit, ni complètement lié, mais enfin, on en est là, et je vous l’ai dit dans un de mes récents articles sur la série : autant vous attendre à des articles sur la série à intervalles réguliers.

HaltandCatchFire-GeneriquePace-650

Après vous avoir donné mon opinion sur le pilote, puis sur les éventuels faux-pas que la série devrait éviter au-delà, et pour finir, hier soir, un fun fact sur le générique, je continue d’épuiser le sujet et vous livre aujourd’hui une revue de presse totalement subjective parmi les interviews menées par Lee Pace, qui d’autre.
J’ai eu envie de relever des choses qui ne semblaient pas venir d’éléments de langage ; c’est facile, après trois interviews on voit vite les propos qui reviennent en boucle comme une leçon bien apprise, surtout avec une formulation semblable. Une fois qu’on a fait le tri, on trouve quelques citations très intéressantes sur la façon dont il envisage sa carrière (ça, ce sont les informations qui m’intéressent et dont je me doute que la plupart d’entre vous n’a rien à cirer), mais aussi sur son rapport à Joe MacMillan : son personnage dans Halt and Catch Fire, donc.

Ce sont ces 5 citations que j’ai donc rassemblées dans ce court article qui a quand même, admettons-le, essentiellement pour vocation de vous rappeler que la diffusion de la série a commencé… et qu’il n’y a plus la moindre excuse pour ne pas jeter un oeil au pilote !

HaltandCatchFire-puce-550

« The piece maker could not be more different than the pie maker in a thousand, thousand ways. »
« Le faiseur de composants ne pourrait être plus différent du faiseur de tartes d’une centaine, centaine de façons. »
(TVLine ~ 30 mai 2014)
J’admets bien volontiers que c’est l’élégance des termes qui me plaît ici ; l’idée de comparer les deux personnages sur la base de ce qu’ils produisent est d’autant plus originale que ni l’un ni l’autre ne sont des personnages qui sont mis en avant pour ce qu’ils fabriquent (Joe est avant tout un commercial, et Ned essentiellement un détective croqueur d’orteils), mais la vision qui transparait ici est sur ce que chacun crée dans l’intimité de son esprit et/ou de son espace safe, pas de ce pour quoi ils sont reconnus. C’est une belle façon de voir. Ça fait évidemment une jolie formule à sortir en interview et je la place en première position parce que je serais à peine étonnée si on me disait qu’elle sort du cerveau d’un conseiller de com. Mais admettons.

HaltandCatchFire-puce-550

« I recently rewatched the pilot and barely recognized the character. We all have these massive experiences in life that change you — you’re going down one road for a while and then you turn left and you turn right, and that’s what makes up your lifetime. »
« J’ai récemment revu le pilote et à peine reconnu le personnage. Nous avons tous ces expériences massives dans la vie qui vous changent — vous allez tout droit sur une route pendant un temps et puis vous tournez à gauche et vous tournez à droite, et c’est ce qui forme votre vie. »
(Buzzfeed ~ 30 mai 2014)
On vire un peu dans le métaphysique, et on n’apprend, en définitive, pas grand’chose de précis. Mais si on s’arrête une minute sur cette phrase, on peut apprécier les bénéfices évidents qu’offre une interview sur une série du câble (pas facile de parler avec autant d’aisance de la trajectoire parcourue quand on n’a pas vu soi-même les scripts de la fin de la saison). On entend déjà rarement un acteur de série dire qu’il a revu des épisodes, la promotion et les projections s’estompant au-delà dudit pilote, mais qu’ici, il sorte du tournage depuis quelques semaines à peine (la wrap party était fin avril je crois) et puisse regarder en arrière comme sur une expérience fraîchement vécue donne pas mal de sel à cette constatation. Il y a quelque chose d’encore à vif dans cette déclaration, qui fait plaisir quand on commence soi-même une série.

HaltandCatchFire-puce-550

« Who cares about any of that stuff? All we have to do is make the most awesome machine that we could make. And if we succeeded at that, people will want it. Then we’re in. And then we can build the next thing and the next thing and the next thing. Then we’re bringing about the millennium. That’s innovation. That’s the whole spirit that drives Joe MacMillan. »
« Qui s’intéresse à ce genre de choses ? Tout ce que nous avons à faire c’est créer la machine la plus géniale que nous puissions faire. Et si nous y parvenons, les gens vont la vouloir. Et alors ne pouvons construire la prochaine et la prochaine et la prochaine. Et alors nous créons le millénaire. C’est ça l’innovation. C’est tout l’état d’esprit qui dirige Joe MacMillan. »
(TVLine ~ 30 mai 2014)
Que ceux qui s’inquiètent pour le côté corporatif soient rassurés : même Joe MacMillan s’y intéresse en fait très peu. Son ambition est ici décrite comme une force éminemment positive, enthousiasmante, un tourbillon dans lequel on n’a qu’une envie, se jeter à pieds joints. On se sent comme des Gordon Clark devant un tel exposé, les yeux scintillants et l’envie d’en être !

HaltandCatchFire-puce-550« He’s the future. That’s Joe. The good and the bad and all the unknown is what he is. »
« Il est le futur. Voilà ce qu’est Joe. Le bon et le mauvais et tout l’inconnu c’est ce qu’il est. »
(Blog AMC ~ 29 mai 2014)
Joe MacMillan, détaché de ses techniques pour obtenir ce qu’il veut et des démons forcément terrifiants (même si au stade du pilote on ne les cerne pas du tout), devient une sorte de prophète, de demi-Dieu. C’est n’est pas très rassurant d’une certaine façon (je vous renvoie à mes craintes sur les erreurs potentielles que pourrait faire la série), et pourtant ça envoie méchamment du rêve, parce que le personnage se transcende pour une cause, un objectif, une ambition, se désincarne totalement… et c’est inspirant d’imaginer suivre un personnage comme ça.

HaltandCatchFire-puce-550« Joe’s a machine. […] He’s going to add value. He’s going to be compatible, fully compatible, with all systems. He’s going to absorb new information. »
« Joe est une machine. […] Il va apporter une plus-value. Il va être compatible, totalement compatibles, avec tous les systèmes. Il va absorber de nouvelles informations. »
(Hitflix ~ 30 mai 2014)
Il est très possible qu’il s’agisse là de ma citation préférée de tout l’univers. Si je perçois un jour Joe MacMillan de cette façon, il sera devenu mon personnage de fiction favori de tous les continents, je pense. J’aime beaucoup plus cette vision de lui que celle qui est montrée dans le pilote d’un être hanté par quelque chose de traumatique ou vengeur. A en croire Lee Pace, Joe est beaucoup plus enrichissant à regarder qu’un simple requin dans un univers de corporations peu prêteuses, il est plus qu’un type qui s’est fixé un ambitieux objectif, il personnifie son ère et son univers professionnel. Il ne fait qu’un avec non seulement son objectif, mais aussi avec le support qui est le sien, l’informatique.

Quand on écoute Lee Pace parler de Joe MacMillan, on a l’impression d’entendre de nouvelles promesses que celles formulées dans le pilote. Certes, c’est le jeu : en interview, 9 fois sur 10, un acteur va prendre un ton de psychanalyste pour décrire son personnage, et nous rappeler que son point de vue sur lui n’est pas représentatif de la série. C’est la fonction qui veut ça.
Mais je trouve que les descriptions et les détails que donne Pace de son personnage offrent un éclairage plus positif sur ses motivations (et moins Don Draper-like, puisque comparer les deux est requis par la loi). Joe MacMillan est peut-être une créature avec ses parts d’ombre, mais il est animé d’un idéal, chose que j’ai du mal à dire de la plupart des anti-héros de ces dernières années. La fin justifie les moyens, mais si cette fin est magnifique et portée vers un tel désir d’aller de l’avant, Halt and Catch Fire a la possibilité d’être renversante, et pas juste complexe et intéressante.

La lecture de ces différentes interviews donne en tous cas un ingrédient dont le pilote avait manqué pour nous présenter Joe MacMillan : de l’émotion…

par

,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *