Rock of ages

22 août 2014 à 8:23

D’aucuns pourraient penser que j’ai un biais négatif envers les séries sud-coréennes… hm, oui, je peux imaginer d’où pourrait venir une telle idée, surtout quand je ne rédige pas de bilan de saison sur l’une des rares à me visser à mon siège (Gaegwachunsun ; pour ma défense j’ai écrit très peu de reviews cet été, on en reparlera à la rentrée). D’aucuns pourraient aussi aller se figurer que je suis mal lunée en ce moment et, bon, ce genre de diagnostic ne relève pas d’un doctorat en psychologie, j’ai eu l’occasion de vous parler de ma panne téléphagique dans Friday Night Highlights.
Les chances pour que je dise du bien d’une série sud-coréenne en ce moment sont donc infinitésimales, mais ça n’a pas effrayé Al qui, dans notre Ask A Telephage de la semaine dernière, a demandé une review du pilote de Dakchigo Kkotminam Band. L’aventure c’est l’aventure.

DakchigoKkotminamBand-650

Résultat ça pourrait être pire.
Nan alors je dis pas, ça pourrait être beaucoup mieux : dés qu’il est question de romance, et a fortiori de romance dans une série pour ados/jeunes adultes coréens, je botte en touche et ça n’a rien de nouveau. C’est d’autant plus irritant que Dakchigo Kkotminam Band est une sausage fest comme j’ai rarement vu et où le seul personnage féminin avec plus d’une minute de temps d’antenne est uniquement là pour motiver les garçons à se fritter. C’est d’ailleurs assez parlant, pardon pour le jeu de mots, qu’elle n’ait pas grand’chose à dire… à part lancer quelques flatteries à son béguin ; le reste du temps, le simple fait d’exister suffit amplement. La pauvre fille ne sait même pas marcher droit, ce qui lui permet de littéralement tomber dans les bras des garçons quand elle n’arrive pas à aligner un pied devant l’autre : on n’en est pas à un cliché près. C’est même pas qu’on atteint un stade où le personnage féminin est une « fausse chieuse », comme on en trouve plein dans les séries du genre, qui va être un peu caractérielle et se fritter artificiellement avec un ou plusieurs enjeux masculins, expliquant pourquoi elle, plutôt qu’un poteau électrique, a les faveurs de personnages masculins en question ! Non, notre héroïne est aussi transparente que possible, et ça me fait enrager parce que si on est supposés shipper des personnages, autant qu’ils aient, vous savez, de la personnalité. En temps normal, un personnage féminin creux qui sert de prétexte, ça m’énerve ; dans le contexte d’une série qui flirte avec la romcom, c’est tout simplement sexiste au premier degré.
Le pire c’est que Dakchigo Kkotminam Band réussit plutôt bien à nous dépeindre des personnages masculins différents, quand bien même ils ne sont guère profonds, et à nous les rendre sympathiques.

C’est même l’atout principal de ce pilote qui nous raconte comment un groupe de 6 copains qui ont un groupe de rock, et qui sont des mauvais garçons en tout point en-dehors d’un critère : les scénaristes les ont à la bonne.
Et même si les gars du groupe Eye Candy (absolument) sont quand même en grande partie des poseurs qui s’inventent un mode de vie « alternatif », la façon dont leurs nombreuses séquences en commun sont écrites permet de sympathiser avec eux. Ce sont des losers charmants, dans leur genre, et le très habité Byung Hee, leur leader, est un parfait exemple de pauvre type qui se la raconte, mais qui n’est pas un mauvais bougre, dans le fond : il est juste dans son trip, en rajoutant pour exister. C’est touchant, en un sens. Pas franchement original, mais humain.
Ça a bien plus d’intérêt à mes yeux, finalement, qu’une série musicale comme Dream High. L’idée n’est d’ailleurs pas vraiment d’accompagner Eye Candy dans sa quête de succès (ce point étant assez clairement écarté dans le pilote, en tous cas), mais plutôt sa future rivalité avec un autre groupe, qui se traduit par quelques scènes musicales qui assurent la vente de produits dérivés, mais qui n’implique pas de tomber dans le discours du « rêve qu’on peut réaliser », si courant dans les séries musicales pour ados et jeunes adultes.

Oscillant entre un portrait de ces 6 amis un peu à la dérive (en grande partie parce qu’ils le veulent bien), qui correspond tout-à-fait aux attentes d’un épisode d’exposition, et la mise en place d’intrigues sans grande inspiration mais qui vont vraisemblablement captiver le spectateur pendant une poignée de semaines, Dakchigo Kkotminam Band fait le pari de parler de lycéens un peu atypiques à la télévision sud-coréenne (toutes proportions gardées, ils se battent, ils baisent, ils se maquillent) tout en mettant en place tous les éléments d’une série adolescente hyper conventionnelle ; c’est, quelque part, tout à son honneur d’essayer de faire du neuf avec du vieux, surtout en mettant l’accent sur les personnalités « décadentes » de ses héros. Le problème, c’est que ça n’est justement que ça : du neuf avec du vieux.
A noter que le teaser de fin d’épisode laisse envisager des ingrédients plus dramatiques, mais pas au point d’être un game changer.

Ça pourrait donc être pire. Ça l’a déjà été. Mais c’est pas encore avec ce genre de série que je vais vaincre ma préférence pour les séries japonaises en ce qui concerne l’Asie.
Alors Al, je m’en tire comment ? Défi remporté ?

par

, , , , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

1 commentaire

  1. Al dit :

    Défi remporté, un grand merci ! 😀
    Je mentirais si je disais n’avoir pas espéré que tu aies le coup de foudre, mais je mentirais si je disais que j’y croyais, à ce coup de foudre.
    C’est très intéressant d’avoir ton point de vue, parce que tu imagines bien que je n’ai pas du tout le même. Mais si j’ai perdu pas mal de mon objectivité à propos de cette série, permets-moi d’objecter un peu :
    – les ingrédients plus dramatiques du teaser sont un game changer,
    – je vois moins la série comme présentant une future rivalité, mais vraiment une histoire d’amitié et de famille (mais c’est peut-être seulement ma vision des choses).
    Ceci dit, c’est sur le point du personnage féminin que je suis le plus en désaccord avec toi. Peut-être que le pilote ne lui rend pas justice, c’est tout à fait possible, parce que le but du pilote est justement beaucoup plus d’établir ces amitiés, pour mieux les égratigner par la suite. Su Ah se révèle en tout cas par la suite un personnage très intéressant. Et si – à mes yeux toujours – le côté romcom de la série est assez secondaire, il est très bien traité, du point de vue du personnage féminin particulièrement. (Les Coréens sont par exemple les rois du baiser « volé » (je dirais « forcé ») sur fond de musique romantique où la fille reste trop surprise pour faire quoi que ce soit (ou il lui est comme interdit d’y prendre plaisir), mais cette série évite l’écueil.) (Oui, je réalise que c’est terrible de complimenter une série pour sa décence, c’est qu’on part de loin en matière de romcom coréenne – asiatique.)
    Bref, le but de ce défi n’était de toute façon pas de te faire aimer quelque chose, mais plus, de façon égoïste, d’avoir ton point de vue sur quelque chose. Donc merci encore ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *