Pilote au mérite

1 janvier 2015 à 17:08

Première review de pilote de l’année et, osons le dire, je commence par celle qui était long overdue. The Leftovers faisait pourtant partie des séries qui m’intéressaient l’été dernier mais, connaissant le pitch, je m’étais dit que ce serait sûrement plus prudent d’attendre d’être dans le bon état d’esprit.
C’était une décision bien inspirée. L’épisode inaugural de The Leftovers n’est pas seulement déprimant, il est aussi désorientant, et c’est une combinaison risquée quand on est soi-même pas franchement au mieux de sa forme. La réalisation est pour beaucoup dans cette impression, qui retranscrit, sans doute même plus que la douleur de ses personnages, leur état d’hébétude généralisée, quelle que soit leur réaction à un moment donné. C’est vraiment l’émotion dominante dans cet épisode, quand bien même il se déroule 3 ans après les évènements. Et même si on reste cantonnés au petit monde de Mapletown (une décision osée à l’heure où la plupart des séries se ruent sur n’importe quelle occasion d’internationaliser leur intrigue et donc leurs ventes), on sent bien que c’est généralisé à toute la planète, quand bien même « seulement » 2% de la population s’est évaporée.

TheLeftovers-650

Mais s’il pose une ambiance lourde et, par conséquent, fascinante, nous permettant de nous placer très vite dans un contexte pourtant inconcevable, ce sentiment de stupeur joue aussi un peu contre ce pilote. Il faut dire qu’il se double d’un problème autrement plus grave : au mystère de la disparition de 2% de la planète, s’ajoutent toutes sortes de micro-secrets, comme s’il fallait toujours au spectateur qu’il gagne au mérite la moindre information sur les personnages. Ils sont pris de court et impuissants, ça, c’est net, mais est-ce nécessaire que le spectateur ressente la même chose vis-à-vis des protagonistes ? La moindre révélation s’arrache comme avec des tenailles dans ce pilote : comment certains personnages sont connectés (et en faisant l’erreur d’aller sur Wikipedia je découvre qu’on n’en sait pas encore la moitié), leur fonction dans le monde, comment ils ont vécu le jour J… et sans même parler de l’étrange secte numéro un et de l’étrange secte numéro deux ! Franchement, pourquoi faut-il supplier pour avoir des informations de base sur ces entités alors qu’on est supposés y suivre des personnages ? C’est déjà assez compliqué que certains aient abandonné leur droit à la parole…

Alors, comme l’ambiance de The Leftovers est à la pesanteur et la lenteur, ça n’arrange rien, c’est sûr. Ce devrait être intrigant mais je ne l’ai pas ressenti comme mystérieux, juste comme une frustration artificielle. J’ai l’impression que, comme dans trop de séries « à la clé », on veut me faire du chantage à l’information pour que je m’implique, ce que j’étais tout-à-fait prête à faire sur la base des seuls axes dramatiques. J’étais même prête à accueillir à bras ouverts la découverte des deux sectes (pour l’instant je les appelle comme ça, mais clairement l’une est plus sectaire que l’autre), ce qui semblait pourtant un peu overkill, mais il faut dire que je suis fascinée par les fictions sur les sectes (qui existent en trop petit nombre encore, je dois dire, si jamais un exécutif de chaîne passe dans le coin…).

Globalement, je crois que ce qui m’ennuie, c’est d’avoir affaire à une série qui a trop envie de se lancer dans un Flash Forward là où il y avait un vrai vivier d’écorchés vifs, et donc un potentiel dramatique autrement plus prenant. Ce potentiel n’est pas totalement jeté aux orties, bien-sûr, mais s’en écarter dés le pilote, et tenter de nous semer dés le départ avec des carences d’informations, comme s’il fallait gagner le droit de se placer aux côtés des personnages, ça gâche quand même beaucoup l’effet. La moindre des choses dans un épisode d’exposition, c’est quand même un peu, on s’excuse, d’exposer. C’est toujours le même problème : on attend quelque chose d’une série et, quand bien même les résultats sont louables, on n’a une nouvelle fois pas obtenu ce qu’on attendait, mais moins. J’accepte qu’on me délivre autre chose que ce que j’espérais ; mais pas moins.
Le pilote de The Leftovers n’est pas pour autant à jeter, et j’ai l’intention de poursuivre au-delà, mais il faudra que la saison cesse de faire des cachotteries sans raison pour vraiment réussir son objectif. Et pour le moment, c’est pas gagné.

par

, , , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *