Good enough ?

8 janvier 2015 à 20:12

La country avait Nashville, maintenant le hip hop a Empire ; c’est pratique. Et si les dynamiques en présence sont différentes (il n’y a qu’un seul lead féminin dans Empire), le résultat est le même : on peu trouver un primetime drama sur les coulisses d’une industrie musicale, quel que soit le genre qu’on préfère. Par contre, pour ceux qui persistent à préférer la polka, je fouille dans mes archives sur la télévision tchèque et je vous tiens au courant.

On y trouve quelques clichés, un peu de surjeu, trop de musique pour être honnête, beaucoup de drama, de la jalousie, et de l’argent (ostensiblement mis sous nos yeux si possible). Tout ce qu’il faut pour un primetime soap, donc. A vous de voir si vous aimez les primetime soaps.

…Il s’avère hélas que ce n’est pas trop mon cas. Mais j’ai découvert qu’Empire avait pensé à moi, avec Jamal, un personnage un peu plus fouillé que les autres, un peu plus touchant que les autres, un peu plus sincère que les autres. Ce n’est pas assez pour avoir le coup de cœur pour toute la série, mais se prendre d’affection pour un personnage, c’est déjà un bon début ! Cela permet en tous cas de tenir pendant tout le pilote, malgré les scènes parfois un peu prévisibles (et malgré le va-et-vient temporel parfois peu identifiable).

Empire-2015-650

A tous ceux qui se demandaient si les comédies « Black » allaient longtemps se contenter d’être des productions discount de Tyler Perry, produites à la chaîne ; à tous ceux qui se demandaient si les dramas « Black » un peu plus soignés allaient devoir se limiter à BET ou VH1 ; à tous ceux qui, enfin, attendaient des fictions « Black » ambitieuses sur le câble premium voire les networks, perdant ainsi la notion souvent péjorative du terme… à tous ceux-là, la saison 2014-2015 aura été une fantastique réponse.
Désormais il y a toute une palette de séries à regarder, de la plus confidentielle sur TV One avec The Rickey Smiley Show au primetime drama de FOX avec Empire, en passant par toutes les gammes : If Loving You Is WrongSingle Ladies, PowerBlack-ish, Being Mary Jane, Survivor’s Remorse… On a maintenant le choix. Et ça fait un bien fou.

Alors on n’a pas besoin de tout aimer, on peut choisir ce qu’on préfère sans se sentir obligé de sacrifier nos préférences. On peut aussi exiger le plus, et non se contenter du minimum.
On peut exiger d’Empire qu’elle creuse ses personnages aussi bien qu’elle a établi le personnage de Jamal, par exemple. Attendre qu’elle développe son côté dramatique et pas simplement ses intrigues de vengeance et de complots ; qu’elle mette en avant la musique pour ce qu’elle inspire aux personnages et pas juste pour plaquer des pauses musicales dans la narration. Et si elle ne le fait pas ? Il n’y a pas à avoir de remords à claquer la porte. Il y a mieux ailleurs… et ça n’est pas prêt de s’arrêter.

par

, , , , , , , , , , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *