Lorsque l’enfant paraît

21 février 2015 à 8:43

On ne compte plus le nombre de séries dans lesquelles une grossesse surprise vient chambouler les plans d’un couple. Le poncif revêt cependant différents traitement, du plus classique au plus déjanté, et en démarrant le premier épisode de Catastrophe, j’ai essayé de laisser la porte ouverte aux possibilités.

Catastrophe-UK-650

L’originalité essentielle de la comédie britannique dans ce domaine est de n’en avoir aucune. Catastrophe fait tout ce qui est attendu d’elle dans ce premier épisode, à savoir démontrer que ce couple a un plan, perturber ce plan par une grossesse surprise, et les forcer à se lier autour de cet évènement. L’avortement est évidemment à peine évoqué comme une option, comme il se doit, parce que tout le monde n’a pas la chance de s’appeler Obvious Child.
Mais ce que cet épisode introductif n’a pas en hardiesse, il le compense par un ton charmeur.

Sharon et Rob ont ainsi décidé dés le départ que leur histoire ne durerait que quelques jours, jusqu’à ce qu’il retourne aux USA dont il est originaire ; à l’annonce de la grossesse accidentelle de Sharon, il revient pourtant prestement au Royaume-Uni où elle vit. Ils sont toutefois proches dés leur rencontre fugace, partageant une belle complicité due essentiellement à leur franchise l’un avec l’autre, et avec eux-mêmes, qui évite tout malentendu ou moment de flottement. Et, du moment où ils sont réunis à nouveau, ils font très rapidement front ensemble, sans passer par les sempiternels tâtonnements du genre, ou pas plus d’une seconde.
Cela permet à Catastrophe d’adopter à la fois un ton très moderne, mais aussi un rythme certain, et d’introduire des angles plus intéressants que l’habituelle valse-hésitation des relations naissantes. A ce titre, la comédie fait le pari de ne pas être une comédie romantique à la vont-ils-ne-vont-ils-pas, et met très tôt ses personnages dans la position d’un couple déjà solide… Tout paradoxal que ce soit ! Et ainsi, le premier épisode, au lieu de simplement s’enquérir des décisions de Sharon et Rob, s’offre le luxe d’avoir toute une intrigue chez un couple d’amis, à l’occasion d’un dîner chaotique.

Le rire dans Catastrophe ne repose pas sur les tribulations d’un couple qui se cherche, mais peut-être plutôt sur la façon dont ils se sont trouvés sans le faire exprès. Leur alchimie est évidente, et plus important encore, ils ne l’ignorent pas. Sharon et Rob sont attachants ensemble… non parce qu’on les veut ensemble, mais parce qu’ils sont très bien ensemble. Et ça, pour une allergique à la romcom, ça permet de regarder la série avec plaisir.

En fait le seul défaut que je vois à ce premier épisode de Catastrophe, c’est que j’ai passé tout l’épisode à me dire que dans le remake américain, ce sera forcément Connie Britton qui incarnera le rôle de Sharon. Pourvu que je sois la seule à y avoir pensé…!

par

, , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *