Belle plante en pot

3 mai 2015 à 15:00

Il y a 7 ans disparaissait Josefine, la petite fille d’Eva Thörnblad, quasiment sous les yeux de celle-ci et au cœur de la forêt de Silverhöjd. Présumée noyée, sa mère la croit pourtant portée disparue depuis tout ce temps. Aussi, lorsqu’Anton, un enfant vivant également à Silverhöjd, est porté disparu à son tour, Eva revient dans sa ville natale avec un secret espoir : comprendre enfin ce qui est arrivé à sa propre fille, à travers l’enquête autour d’Anton.

Jordskott-SeriesMania-650

Jordskott est pleine de bonnes idées, ça se sent au terme de son premier épisode. Mais pour en avoir la conviction, il faut justement aller au bout de ce premier épisode, et cela demande une dose de patience hors-normes. Hors. Normes.

Rempli à craquer de clichés, l’épisode introductif de Jordskott en rajoute en effet des tonnes dans le mystère, le non-dit, l’effet vaporeux et la question en suspens. Et si, intellectuellement, je comprends bien que la série cherche à ménager sa monture, dans le fond j’ai aussi beaucoup l’impression d’un épisode qui ne veut rien dire, et qui cherche juste à me duper pour revenir la semaine suivante… C’est un procédé qui, s’il fonctionne parfois, commence à susciter de graves crises d’allergie chez moi, parce que j’ai le sentiment que tout le monde y a recours ces derniers temps (et évidemment, non, pas tout le monde, mais suffisamment de séries pour déjà frôler l’overdose). Les promesses derrière les silences obstinés de Jordskott sont peut-être suivies d’effet, mais au stade du premier épisode, c’est encore trop peu.

Quels secrets recèle la forêt de Silverhöjd ? Il faudra évidemment poursuivre Jordskott pour le savoir, bande de petits malins ! Mais on peut, dans la toute dernière minute du pilote, deviner que la réalité va s’y frotter à quelque chose d’un peu plus surnaturel, ce qui est un soulagement vu le nombre d’histoires de disparitions observées pendant Séries Mania.
Peut-être qu’en effet, un visionnage en-dehors du festival serait plus profitable à Jordskott, loin de la proximité de Disparue, de La Casa del Mar, ou de Betoolot. Sûrement aussi qu’un marathon serait plus favorable pour regarder Jordskott, loin des lenteurs du pilote d’exposition qui se refuse à en dire trop, et pour pouvoir aller au-delà de la méthode de cliffhanger sur laquelle la série semble reposer au bout de sa première heure. Laisser la série prendre racine, pour voir un peu jusqu’où elles courent…
Mais, hey, vous savez quoi ? C’est justement un luxe qu’on peut s’offrir, pour une fois, alors rendez-vous prochainement pour le bilan de la saison !

par

, , , , , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.