Give to Uhtred what belongs to Uhtred

12 octobre 2015 à 19:53

Je suis tombée ce weekend sur un article très sérieux qui prétendait que The Last Kingdom est un Game of Thrones s’intéressant à un pan véritable de l’Histoire britannique… le fantastique en moins, du coup. J’ai arrondi mes yeux comme jamais auparavant. Alors certes, j’ai complètement laissé tombé Game of Thrones il y a quelques saisons de cela, mais il me semble que la parenté se limite aux costumes et aux quelques morts sanglantes ; au stade du premier épisode, bien malin qui trouvera que The Last Kingdom partage quoi que ce soit avec la série épique de HBO.
Et c’est bien normal : The Last Kingdom n’est pas simplement une série médiévale, c’est avant tout un revenge drama historique. On n’y suit pas plusieurs dizaines de personnages, mais un seul,  Uhtred. De fait, ce qui compte n’est pas l’ambition d’accéder à un trône (que Game of Thrones présente plus ou moins comme une compétition féroce), et l’accession au pouvoir apparait ici plutôt comme un produit dérivé de la rage du héros. Il faut dire qu’en moins d’une heure de télévision, le pauvre perd son père, puis son père adoptif, et on serait amer à moins.

TheLastKingdom-650

Uhtred n’est en fait pas né Uhtred, et ce nom est initialement porté par le frère aîné de notre héros. Mais lorsque ce dernier est tué par des Vikings fraîchement débarqués en Angleterre, le jeune Osbert est rebaptisé Uhtred et désigné l’héritier de Bebbanburg, à l’âge de 9 ans seulement. Son père décède le lendemain alors qu’il mène ses troupes face à l’envahisseur danois, et Uhtred est capturé par les Vikings. Très vite, la famille de Ragnar, l’un des Danois, se prend d’affection pour le petit, et il passe de simple esclave à fils adoptif. Ce qui est tout dans son intérêt puisque l’oncle d’Uhtred était bien décidé à l’assassiner et ainsi devenir l’héritier des titres et terres de Bebbanburg.
Après avoir vécu l’horreur de l’a guerre, Uhtred grandit donc avec les Danois, jusqu’à ce qu’une nouvelle fois, la violence vienne frapper à la porte. Lors d’une funeste nuit, un Danois renié par Ragnar et désormais allié à Bebbanburg décime toute le clan de Ragnar, capturant simplement sa fille aînée. Uhtred survit au massacre mais est décidé à se venger de son propre oncle, au nom de son père adoptif.

Le problème de ce premier épisode est son saut dans le temps. Il était sûrement nécessaire pour la suite des évènements, aucun doute là-dessus, mais j’aurais aimé qu’on passe un peu plus de temps dans l’enfance d’Uhtred, qui était jalonnée de scènes très intéressantes.
Il faut dire que The Last Kingdom est autant le parcours initiatique de son héros que sa quête de vengeance. Le premier épisode limite ainsi l’essentiel de son exposition à des dialogues pendant lesquels le jeune Osbert/Uhtred fait l’apprentissage du monde dans lequel il vit. Son père, un prêtre chrétien, et finalement Ragnar, seront autant de figures positives qui vont parler avec lui, répondre à ses questions, satisfaire sa curiosité tout en le préparant à son avenir. Le pilote est une succession d’évènements violents, mais à travers les échanges entre Uhtred et les adultes qui ont pour lui de l’affection, on entrevoit bien plus que de la barbarie ; le monde fonctionne d’une certaine façon, les religions et croyances, l’appartenance à une lignée, la géopolitique, ont des conséquences au quotidien, et The Last Kingdom dresse le portrait d’un apprentissage qui n’est pas oscillant entre brutalité et patience. Que cet apprentissage tourne court à la fin du premier épisode est donc un peu dommage, car l’apprentissage a en général une place très limitée dans la fiction télévisée, et pour une fois on avait une belle occasion.
Voilà donc, au bout d’une heure, notre Uhtred à l’âge de l’adolescence, sur le point de prendre une compagne (Brida, une Anglaise capturée pendant la même bataille que lui), et qui se voit une fois de plus dépossédé de ses repères, à la fois affectifs, culturels et intellectuels. Dans un excès de rage, il se souvient de ce que le prêtre de Bebbanburg lui a jadis glissé : qu’il serait en sécurité dans le Wessex. Il se rend donc là-bas, après avoir laissé un message plus que clair à son oncle quant à ses intentions. Il fait assez peu de doute que la suite de son initiation va se faire sous des auspices plus brutaux dorénavant.

En raison de tous ces changements successifs, c’est un peu difficile de se lier à Uhtred (en outre je suis assez peu réceptive au revenge drama en général), et les autres personnages auxquels on pourrait s’intéresser (le père d’Uhtred et Ragnar, surtout) sont rapidement exterminés. La réalisation est quant à elle plutôt simple, avec quelques filtres froids et une camera tremblotante pour essentiels (rapprochant plutôt l’esthétique de The Last Kingdom à celui de Vikings, ce qui en prime est plutôt cohérent), ne s’embarrassant pas d’effets de style (par exemple la production s’est fait chier à amener un faucon sur le tournage pour la première scène, mais on le verra à peine). Ce style très réaliste a cependant ses avantages, puisque les séquences les plus violentes de The Last Kingdom parviennent à surprendre voire même choquer sans chercher à en faire des tonnes ; la mort du père d’Uhtred sera à ce titre un parfait exemple d’antithèse de la surenchère : ici pas d’hémoglobine, mais cela ne rend pas les choses plus agréables à regarder pour autant.

On va être clairs : je ne suis pas dans la cible de The Last Kingdom. Je ne raffole pas de la fiction historique, comme vous le savez, et comme je l’ai dit plus haut le revenge drama m’attire peu. Ce n’est donc pas tant le manque de qualités qui me retient de recommander la série, que l’absence totale d’enthousiasme personnel pour ses thèmes. The Last Kingdom est solide, très solide, sûrement plus que Game of Thrones (qui se regarde plus comme un soap médiéval racoleur ; sérieusement, il faut arrêter de comparer les séries qui n’ont rien à voir entre elles), simplement elle n’est pas pour moi. Tentez le coup quand même, ne vous laissez pas rebuter par mes goûts très limités.

par

, , , , , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *