It’s painful to be the King

14 décembre 2015 à 7:36

Nouvelle technique de torture : me faire regarder une série française doublée. On n’arrête pas le progrès.

Lorsque comme votre serviteur on ne vit plus que de VO et d’eau fraîche (au pire, de sous-titres quand la surdité guette), regarder Versailles relève vraiment de la gageure. Car outre l’ironie tragique, et elle n’aura échappé à personne, qui consiste à tourner en anglais une série sur la grandeur culturelle de la France, c’est très difficile de prendre avec sérieux une fiction où les voix semblent de pas ressentir la même émotion que les visages. Sans parler de remettre en cause la qualité du doublage (ce dont je suis bien incapable vu que je dois voir une série doublée par an, et encore : en moyenne), c’est un problème qui semble inévitable quand on demande à deux acteurs une même interprétation. J’y suis simplement plus réceptive à mesure que je contourne la procédure en allant droit à la source.
Mais les faits sont là : le doublage est à présent pour moi un motif de rupture d’immersion, que je le veuille ou non. Et je ne saurais parler de mon visionnage du premier épisode de Versailles (ce que je m’apprête à faire) sans le mentionner, car cela teinte le regard que je porte sur la série.

Versailles-650

En 1667, Versailles n’est qu’un pavillon de chasse et Louis XIV, hanté par la Fronde, s’y est réfugié avec sa Cour. Les intrigues l’ont pourtant poursuivi jusque dans cette forêt qu’il chérit tant, et sa vie est encore et toujours en danger ; lassé de fuir les tentatives de meurtre et excédé par l’insolence des nobles français, et animé de rêves de grandeur, le Roi Soleil décide de ne plus retourner à Paris. Il va se faire construire un palais splendide qu’il a vu en rêve, y voir grandir son fils à naître, et y déplacer sa Cour.
Plus personne ne doutera de son autorité, de sa grandeur, de sa magnificence… et plus personne ne songera à le tuer. Du moins l’espère-t-il.

Versailles démarre donc sans le château du même nom, mais avec un jeune roi terrifié et amer, ce qui n’a rien d’une charmante combinaison. Si l’on n’avait si souvent attenté à sa vie, on pourrait le qualifier de capricieux, mais la série prend tout le temps nécessaire pour nous décrire une personnalité bien plus complexe… bien que le caprice soit aussi inhérent à la fonction.
Mais ce qui l’anime avant tout est âcre, sombre et calculateur ; le premier épisode nous le montre avant tout poussé par ses démons, et rarement par quoi que ce soit de positif. La chose particulièrement criante dans les scènes avec la Reine ou ses maîtresses (oui pluriel, bien-sûr pluriel) où c’est sans romantisme qu’on nous montre un homme qui aime décider, dominer, posséder, mais qui n’ouvre son cœur pour personne. C’est ainsi qu’à mon sens il faudrait montrer les rois, mais que j’ai l’impression d’avoir trop peu vu jusqu’à présent, les maîtresses en particulier étant généralement montrées comme des amours ou passions contrariées, rarement comme des propriétés.
Louis tente en permanence, dans ce premier épisode, de prendre le contrôle alors qu’il sent qu’il n’en a aucun : c’est sa garde qui décide de sa sécurité, de là où ce qu’il doit faire, de la ville où il doit vivre. Et on voit au début de ce pilote la peur, entretenue depuis bientôt trois décennies par son entourage, devenir une humiliation pour le Roi ; c’est, sans aucun doute bien plus que la naissance imminente d’un nouvel enfant, ce qui décide le souverain à concrétiser sa vision à Versailles.

Dans Versailles, il existe un autre personnage animé par le négatif. Monsieur, le frère du roi, est ainsi un homme tenaillé par un appétit d’accomplissement ; un appétit qui ne peut en réalité que l’ulcérer de vivre dans l’ombre d’un frère qu’il aime et respecte, mais qui ne le lui rend jamais. Pour soigner sa frustration, il se réfugie dans la frivolité, et dans sa passion avec Chevalier, son amant, dont l’ambition perverse et le sens de la démesure le confortent. Monsieur oscille en permanence entre ses différents désirs, et c’est un personnage fascinant dans toutes ses contradictions.
Le reste de l’entourage du Roi jouit de moins de détails : Fabien, chargé de la sécurité de Louis XIV, ne se présente que comme une brute qui pourtant ne tire de plaisir que de son dévouement ; Bontemps, premier valet de la Cour, un homme discret de par sa fonction, et de par sa personnalité ; la Reine, une étrangère isolée affectivement, et plus encore par la naissance à venir d’un nouvel enfant dont tout le monde attend de connaître le sexe ; ou encore Madame, épouse de Monsieur et maîtresse principale du Roi, qui semble éprise du souverain. Ce n’est pas franchement la complexité qui les étouffe à ce stade, et ils ne sont de toute façon, dans ce premier épisode, que des figurants dans l’histoire entre le Roi et son frère, qui occupe le devant de la scène.

Versailles-RoiSoleil-650

Versailles ne lésine pas sur les dorures, les toilettes et les décors, et avec pareil budget, on n’en espère pas moins. Tout cela ponctué de ce qu’il faut de nudité [féminine] parce que, eh bien, on est en 2015 et c’est la loi ; si vous avez déjà vu The Tudors, rien d’inédit je vous rassure.
Au-delà du portrait croisé des Abel et Caïn de la Couronne de France, la série ne propose en revanche pas grand’chose à ses spectateurs. C’est de l’escapisme assez pur, sans le moindre propos sur la société de l’époque (et donc encore moins celle d’aujourd’hui, comme certaines séries historiques savent le faire avec finesse), son contexte géopolitique (ce n’est pas faute d’introduire des éléments fournissant une opportunité de le faire), ou même la nature humaine (trop de ses personnages apparaissant comme binaires).

Ne rêvons pas, Versailles parle à peu près uniquement de Versailles, et si « assister » à la conception de l’édifice a ses bons côtés, à plus forte raison parce que le Roi s’investit personnellement dans les détails, cet épisode introductif demeure à la surface de bien des thèmes potentiels qui s’offraient à lui. Il ne s’agit pas là d’un crime, mais il en faudrait un peu plus pour me séduire.

par

, , , , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *