Unpop that cherry

17 décembre 2015 à 16:25

Après une énième expérience amoureuse ratée, Jenna fait le point sur sa situation : elle a été licenciée avec de sympathiques indemnités de son précédent job (elle écrivait une colonne lifestyle), elle est célibataire, et elle a besoin de changement. Elle décide donc de tout redémarrer à zéro : non seulement elle va devenir une blogueuse professionnelle, mais elle va aussi être vierge. Une seconde fois.

Heureusement, elle n’est pas seule dans cette aventure : elle peut compter sur ses deux meilleures amies, Kelly et Tara. Bon, elle a leur soutien… mais pas exactement leur compréhension ! Elles ne conçoivent pas trop comment Jenna peut faire vœu de chasteté, surtout depuis que la jeune femme a un nouveau voisin, le séduisant Donovan, qui est bâti comme un Dieu.
Jenna pourra-t-elle se tenir à ses nouvelles résolutions ? Comment gérer une relation amoureuse naissante lorsqu’il faut expliquer qu’on restera chaste ? Tels sont les défis posés à l’héroïne de Born Again Virgin.

BornAgainVirgin-Cherry-650

Born Again Virgin, lancée cet été sur TV One et créée par Ranada Shepard, une scénariste dont c’est la première expérience sur une série et qui était précédemment une exécutive, c’est un peu la série qu’on obtient en essayant d’adapter Sex & the City à une chaîne qui diffuse des téléfilms adaptés de passages bibliques. D’ailleurs même si techniquement, Jenna envisage plus son retour à la « virginité » comme une façon d’assainir sa vie et ses relations avec les hommes, les références à Dieu sont suffisamment nombreuses dans les 20 minutes qui constituent le pilote pour que personne ne soit dupe. On a affaire ici à une série qui vise en particulier des femmes célibataires, oui, mais des femmes célibataires très croyantes.
Si je ne doute pas que la communauté afro-américaine (cible privilégiée de TV One) abrite de très nombreuses spectatrices répondant à cette description, ça reste un sacré défi pour une série. Ce n’est pas la première fois que TV One propose une série originale visant à charmer un public chrétien conservateur (par exemple, le générique de Belle’s se concluait chaque semaine sur l’ensemble du cast en train de prier ensemble avant de passer à table), mais généralement, c’était en s’adressant à une cible familial, tout public. On n’y parlait pas de sexe, même pas du point de vue de l’abstinence. Tenter cette approche pour une série sur des célibataires cherchant l’amour, et où deux personnages principaux sur trois (au moins) indiquent clairement qu’elles vont continuer d’avoir des relations sexuelles, c’est quand même un autre défi. Pour autant, c’est un challenge intéressant que s’est fixé Ranada Shepard, et que finalement peu de séries américaines s’adressant à des Chrétiens conservateurs tentent de relever, donc j’ai envie de dire, more power to her.

L’effort n’est pas palpable que dans l’écriture. Dans Born Again Virgin, il y a une tentative de relever le niveau de production par rapport aux séries précédentes de TV One. Jusque là, la chaîne avait privilégié les sitcoms, genre The Rickey Smiley Show ou Love That Girl!, qui sont d’une part moins chers à produire, et totalement inscrits dans la culture télévisuelle afro-américaine. Belle’s était bâtarde : elle était plus ou moins tournée dans les conditions d’un sitcom, mais sans public ni rires enregistré. Born Again Virgin poursuit la lente progression de la chaîne vers des programmes un peu plus recherchés de ce côté-là, et ça fait du bien à observer même si, concrètement, le budget de TV One ne permettra jamais de réaliser une série extraordinaire.
Côté cast, la série a vraiment trouvé l’héroïne parfaite pour porter le show, en la personne de Danielle Nicolet. Elle est pétillante, présente un personnage doté d’une certaine fraîcheur mais pas naïve ou idiote pour autant, et parvient malgré son énergie à rester suffisamment sobre par rapport aux deux autres actrices, ce qui est vital dans ce genre de configuration.

Dans tout ça, on regarde Born Again Virgin, comme beaucoup de séries de son genre, essentiellement par sympathie pour les personnages, et pour se régaler des dialogues fourmillant de petites répliques vives et bien senties. Si vous aimiez bien Single Ladies (qui semble avoir vécu cette année sa dernière saison, en plus) mais que vous en aviez marre de son côté m’as-tu vu, Born Again Virgin fonctionne un peu sur un niveau similaire : ses héroïnes partagent leur temps entre prendre un café/verre quelque part, et papoter dans le salon de l’une ou de l’autre. La vraie différence par rapport à Single Ladies, c’est que Jenna, l’héroïne de Born Again Virgin, écrit son blog devant nous, ce qui lui donne l’occasion de ponctuer l’épisode de monologues fournissant à l’héroïne une occasion de prendre du recul sur l’action, à la Sex & the City (enfin une vraie raison de dresser des comparaisons avec la série de HBO au-delà de « ya des femmes et on parle de sexe »). Danielle Nicolet a en plus le mérite de rendre ces monologues très vivants.

Du coup, même si Born Again Virgin n’a pas inventé le fil à couper le beurre, il faut quand même reconnaître que ses intentions et ses inspirations sont solides, et que ça donne une série énergique, sympathique et donc pas ratée. D’ailleurs, TV One s’est saignée aux quatre veines pour pouvoir commander une deuxième saison, encore plus longue, de celle qui est désormais sa seule série originale ; la chaîne a bien compris qu’elle tenait quelque chose.

par

, , , , , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *