Disinterest

2 juin 2016 à 23:32

Person of Interest a entamé sa dernière saison, qui s’achèvera plus tard ce mois-ci. C’est le moment qu’a choisi ma timeline Twitter pour parler de la série ; jusqu’alors, à l’exception de quelques aficionados, c’était le silence complet. Mais vous savez ce que c’est, surtout en fin d’année télévisuelle : il suffit d’une annulation pour que les langues se délient. En outre, Person of Interest effectue son dernier tour de piste en célébrant son 100e épisode.
C’est portée par l’ensemble de ces facteurs, qui sont un peu plus motivants que le mutisme habituel autour de la série, que j’ai décidé d’enfin faire un peu de place dans mon emploi du temps pour un revisionnage du premier épisode de Person of Interest. J’avais en tête depuis un moment de lui accorder une nouvelle chance, mais l’envie manquait ; il semble à présent que si je ne m’y mets pas maintenant, je ne le ferai sans doute jamais…

PersonofInterest-650

Vous l’aurez compris, « enthousiasme » n’est pas le maître-mot de cette review. J’ai pourtant essayé d’aborder ce nouveau visionnage avec un oeil neuf : j’ai tenté de garder l’esprit ouvert, et cela a impliqué par exemple que je me refuse à relire ma review initiale d’il y a 5 ans, avant de me remettre devant le pilote. Chez moi, ça compte comme de la bonne volonté !
Mais rien à faire, Person of Interest ne me captive pas. Et bien que, maintenant, je relise ma première review et la trouve un peu dure (mais pas trop dure), je n’ai pas vraiment changé d’idée à son sujet.

Le véritable problème est que j’ai en fait très envie de m’en faire une toute autre opinion. Ce que j’entends sur la série me donne à penser que sur le long terme, je pourrais avoir envie de la suivre. Le problème, c’est l’intervalle entre ce long terme et maintenant ; voir Jim Caviezel faire la tronche en jouant les espions du dimanche pour un étrange personnage très secret, ça ne me motive pas spécialement à prendre mon mal en patience.

C’est là tout le problème des revisionnages : le temps a passé, la réputation de la série a évolué, mais nom d’un chien ce pilote m’est toujours aussi difficile à surmonter. Je n’ai pas grand’peine à imaginer que la série ait profité de la marge de progression qui était initialement la sienne. Toutefois il m’est difficile de me prendre par la main pour me forcer à observer la transition ennuyeuse que cela implique pour moi qui ai déjà toute la peine du monde à rester devant un seul épisode sans soupirer à m’en contusionner le poumon droit. Toute la partie de ce premier épisode consacrée aux ripoux est par exemple usante à l’extrême car en dépit du concept original de la série, reposant sur l’utilisation de la videosurveillance à des fins de vigilante, c’est surtout à une suite de clichés qu’on assiste.
En fait, paradoxalement, la réputation de Person of Interest aujourd’hui, avec le recul, fait du tort à mon visionnage plus que mon absence de patience : le problème, c’est que maintenant je regarde la série en attendant d’y trouver des perles dissimulées à mon regard la première fois. J’espère qu’il va m’être révélé quelque chose qui m’avait échappé la première fois. Je le dis souvent : ce que j’aime dans un épisode inaugural, c’est de percevoir un potentiel. Et ce revisionnage me donne envie de percevoir le potentiel qui a clairement permis à la série de survivre 5 saisons ; il doit donc bien y avoir quelque chose ! Même si ce quelque chose s’est effectivement développé avec le temps, il doit bien se loger quelque qualité qui m’était invisible voilà 5 ans.
Mais rien à faire. Je continue de m’ennuyer plutôt qu’autre chose.

Il faut parfois admettre qu’un revisionnage ne suffit pas à se réconcilier avec une série. Parfois, ce n’est pas un problème de timing : c’est tout simplement que la série et le téléphage sont incompatibles. Sans que cela ne présume rien sur l’un ou l’autre… du moins je l’espère.

par

, , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.