Split second

5 novembre 2016 à 8:32

Plus tôt cet automne, la chaîne CBC lançait Kim’s Convenience, l’une des rares séries canadiennes mettant en scène des personnages principaux asiatiques… eh bien il y a quelques jours, sa concurrente City répliquait avec sa propre série, Second Jen, dont les deux héroïnes sont également asiatiques.
Commandée pour le site de la chaîne en tant que digital-first, la comédie s’est ensuite retrouvée sur les grilles de City et apparaîtra également dans celles d’OMNI un peu plus tard ; Second Jen suit les mésaventures de deux jeunes adultes, amies depuis toujours, et qui décident de tenter de voler de leurs propres ailes. Dans le pilote, Jen et Jen (mais on l’appelle plutôt Mo) sautent le pas et se dénichent leur premier appartement… hélas, les choses ne vont évidemment pas tourner comme elles l’avaient espéré.

secondjen-650

Si l’on met de côté le charme de Jen et Jen Mo, qui sont adorables et pleines d’énergie, Second Jen n’a malheureusement pas grand’chose dans le ventre. Ses personnages sont assez clichés : il y a l’héroïne sage (et sa famille étouffante), sa meilleure copine un peu plus délurée, leur voisin mignon mais introverti, leur voisin tellement dalleux qu’il en devient inoffensif, leur proprio mal aimable… Les dynamiques qui sont ici mises en place n’ont pas grand’chose à apporter au genre.
A cela il faut ajouter des gags qui dégagent bien souvent une lourde impression de déjà vu, et des déboires qui n’arrangent pas du tout l’impression de totale redite du lot. Second Jen, notamment de par les interactions entre Jen et sa mère, répète ce qu’ont déjà dit pas mal de séries prenant pour sujet une famille d’origine asiatique vivant en Amérique du Nord (et je ne parle pas que du rapport d’Appa et Janet dans Kim’s Convenience, mais déjà de la dynamique d’All-American Girl voilà 20 ans, et même des enjeux intrafamiliaux de Sullivan & Son…), ressassant les mêmes stéréotypes sur les parents asiatiques froids et/ou autoritaires.
Les quelques (rares) bonnes idées de Second Jen sont qui plus est totalement desservies par un manque de moyens évident, qui ont pour conséquence une camera paresseuse. Je ne dis pas qu’une réalisation imaginative aurait sauvé ce premier épisode, mais cela aurait au moins fait remonter sa moyenne.

Et pourtant, sous la surface de Second Jen, on sent que toutes sortes d’idées sont en ébullition, qui ne demandent qu’à être mises en valeur. Le fait que les deux héroïnes soient issues de deux cultures asiatiques différentes (elles sont, évidemment, de « seconde génération » : les parents de Jen sont chinois, ceux de Mo philippins), ou leur rapport défaitiste au monde de l’emploi, pourraient offrir des intrigues intéressantes, uniques, et donc riches en gags inédits. On en voit parfois un vague frisson traverser une scène autrement banale pendant ce premier épisode de Second Jen (quand Jen assure la traduction pour Mo, par exemple), même si cela peine à être concrétisé par quelque chose de réellement drôle et/ou incisif.

La vérité c’est que Second Jen est une série immature, ce qui ne risque pas de s’arranger avec une saison de seulement 6 épisodes. C’est quelque chose qui est sûrement en partie dû à l’inexpérience de ses deux créatrices et interprètes principales, mais aussi au peu de foi que City semble avoir placé dans ce projet (en interview, les deux jeunes femmes n’hésitent pas à souligner la façon dont leur projet a été amputé par la chaîne, notamment en diminuant l’aspect feuilletonnant et en atténuant le character development). Contrairement à Kim’s Convenience, dont les ingrédients ont eu l’opportunité d’être peaufinés sur les planches pendant des années avant d’arriver à la télévision, Second Jen exécute un démarrage en côte, et cela se ressent. Il y a une raison pour laquelle des vétérans sont souvent assignés sur des « premières séries » en support des créateurs d’origine…

L’immense sympathie qu’elle inspire ne peut pas changer ce fait : Second Jen a du cœur, mais est dépourvue sur quasiment tous les autres plans. Seuls ceux qui se seront attachés à ce premier épisode profiteront vraiment de l’expérience au-delà ; les autres spectateurs risquent d’être très déçus.

par

, , , , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *