Leçons d’Histoire

25 mars 2019 à 11:54

Tipeee

Jamais je n’ai caché avoir de grandes difficultés à m’asseoir devant une série historique. Il y a plein de facteurs qui entrent en ligne de compte, dont évidemment la préférence personnelle. Malgré tout, parfois, certaines séries historiques m’apparaissent comme regardables… quand d’autres personnifient tout ce qui fait que j’ai du mal avec ce genre.
Knightfall appartient à la seconde catégorie.

Tout dans son premier épisode n’est que lourdeur, absence d’idées, et reconstitutions creuses. Le faux sang y gicle partout mais ne nous raconte rien. Il n’y a aucun enjeu personnel qui ne puisse nous toucher. Chaque personnage y est un cliché, prêt à venir jouer son rôle dans une intrigue aux rouages prévisibles, sans le moindre souffle de vie. L’alignement de poncifs de Knightfall use, parce qu’il n’y fait aucun doute que le cahier des charges a été respecté… mais à quel prix ?
Est-il est possible d’imaginer une nouvelle façon de présenter des séries historiques ? Je sais, je sais qu’on est précisément sur History, mais justement : une chaîne dont la mission première est de parler d’Histoire n’aurait-elle pas vocation à avoir réfléchi à de nouvelles façons d’en parler ? Je ne dis même pas meilleures, juste nouvelles. Juste pas éculées. Knightfall veut nous donner une leçon d’Histoire qui par comparaison rend passionnants les cours d’histoire-géo litaniques de Mme Martin au collège.

Knightfall est le genre de série historique qui donne mauvaise réputation aux séries historiques, peut-être parce qu’elle se refuse à comprendre qu’une fiction passionnante ne peut être un simple cours d’Histoire. Les meilleures séries du genre (les seules dignes d’exister, si vous me demandez mon avis) sont celles qui dressent un parallèle avec le spectateur moderne, soit parce que l’Histoire se répète, soit parce que la nature de l’être humain se répète (et si le premier épisode de Knightfall a tenté une quelconque métaphore de ce style, ce dont je doute, elle est nébuleuse). Or si la série historique, surtout aussi grandiloquente que Knightfall, se refuse à délivrer des pistes de réflexion autant que des moments de sincère émotion, alors elle n’a aucune raison d’être sinon que de délivrer un discours rigide sur des événements passés.

Pour être honnête, j’ai plus de difficultés avec le manque d’émotion que le manque de réflexion. Suis-je supposée m’ébahir devant la bravoure de ces soldats de Dieu ? Suis-je sensée ressentir la torture intérieure de ce Templier qui bien qu’animé des plus grands idéaux de son ordre, est incapable de respecter son propre vœu de chasteté ? Faut-il que je m’inquiète de l’emplacement du Graal, ou de la façon dont Nogaret va faire entrave à cette quête ? Dois-je ressentir de l’effroi devant la découverte de l’identité de la maitresse du héros ?
Si c’est le cas, alors Knightfall devrait faire plus que rendre ces choses visibles : l’épisode introductif devrait les rendre poignantes, d’une façon ou d’une autre.

La fiction n’a pas pour vocation de remplacer un documentaire. Il est encore très mal compris par pas mal de production historiques qu’elle porte ses propres missions, et Knightfall ne les a pas pas même effleurées, par soucis de faire de la reconstitution à grand spectacle. A un moment, il faut qu’on accepte de dire aux séries historiques que mettre des millions dans des décors (deux fois) et des costumes ne vaut rien, si l’on n’a pas mis un semblant d’âme dans les scénarios.

par

, , , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

1 commentaire

  1. Mila ♥ dit :

    Mmh… En général, je suis bien plus friande de séries historiques que toi, si bien qu’en général, je me dirais que j’accrocherais peut-être plus que toi malgré tout, mais je dois dire que les échos que j’avais eu de celle-là n’étaient déjà pas bien glorieux, alors tu enfonces un peu le clou dans le cercueil pour le coup. Oh well^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *