Murder, he wrote

28 mars 2020 à 19:36

Tipeee

Talentueux, séduisant et sûr de lui, Younes Gibran est un écrivain populaire dont les romans policiers rencontrent le succès, à un tel point que plusieurs d’entre eux ont été adaptés pour le cinéma. A priori, Gibran a tout dans la vie… une réussite qu’il attribue, en partie, au héros de son oeuvre : le détective Helmy. Ce personnage de fiction lui apparaît en effet, dans ses rêves, pour le conseiller sur la tenue de ses affaires ou lui inspirer de nouveaux romans.
Alors que peut-il manquer à Younes Gibran ? Peut-être un alibi.

Le premier épisode de la série libanaise Al Katib (The Writer sur Netflix) est un peu over the top, mais il en émane quelque chose de réjouissant. Rien dans cette mise en place n’est très fin, les personnages sont transparents et l’exposition s’attarde sur des choses que l’on a comprises au premier coup d’œil. Malgré cette insistance à tout expliciter avec des dialogues très écrits, quelque part, on a l’impression de déguster un polar d’Agatha Christie, dont justement Younes Gibran se réclame. Attend-on de ces mystères d’être surpris par la mise en place, après tout ? Eh bien non, ce que l’on attend, ce qui nous intrigue, ce qui nous excite, c’est la conclusion ! Comme au Cluedo, ce que l’on veut, c’est atteindre le moment où l’on saura qui, comment, et où (quoique… dans le cas précis, c’est forcément dans la bibliothèque !).

Alors qu’importe que cette introduction semble à la fois trop en faire sur ce qu’on trouve prévisible ? On pressent que le succès de Gibran n’aura qu’un temps ; quelque part, lui aussi s’en doute, ou pire, le redoute. Il viendra nécessairement un moment où ses romans auront moins de succès, où son génie sera moins apprécié, où sa maîtresse en aimera un autre. Ce moment-là pourrait être plus proche que prévu, mais lui n’en sait rien : c’est un secret uniquement partagé entre l’auteur et le lecteur, entre le scénariste et le téléphage.
D’une certaine façon, Al Katib met en place un héros qu’on a envie de voir dans le pétrin, d’ailleurs. Il est clairement le protagoniste, mais il suffirait d’un rien pour en faire un méchant fabuleux. Son arrogance, sa façon de placer son propre nom dans un tiers de ses phrases, son hypocrisie, et bien-sûr ce sourcil arqué… tout chez Gibran est détestable. Pour l’heure il est magnifique, mais on attend de le voir tomber bas. D’où viendra sa perte ?
Le premier épisode d’Al Katib nous met sur plusieurs fausses pistes, comme tout bon polar sait le faire. Parce que tout magnifique qu’il puisse être, Younes Gibran est dans le fond très vulnérable : sans son immense ego, alimenté par la façon dont tout le monde le considère, qui est-il ? Un homme divorcé qui n’est pas assez présent pour son fils ? Un amant vieillissant dont la jeune maîtresse Tamara finira par se lasser ? Un auteur dépassé que des écrivains plus talentueux comme le jeune Shadi finiront par reléguer au pilon ?
Derrière tout le succès de Younes Gibran, il y a autant de raisons de tomber.

Al Katib propose un premier épisode réjouissant parce que, quand sa dernière image s’affiche, nous ne sommes pas tristes pour la victime de ce polar. Nous sommes curieux, désespérés de savoir lequel de ses pêchés sera reprochés à Younes Gibran pour l’accuser d’un crime que nous sommes presque sûrs de ne pas l’avoir vu commettre. Il en a commis bien d’autres ! Mais pas celui sur lequel son meilleur conseiller, et sûrement son seul ami, va devoir enquêter plus que jamais.

Tipeee

par

, , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

1 commentaire

  1. Mila ♥ dit :

    J’ai aimé lire cet article, mais j’avoue que la série ne m’attire pas trop pour le moment. Question d’humeur, peut-être ? Et j’ai jamais été la plus grande fan de Cluedo, c’est vrai^^ Néanmoins, j’ai aimé te lire, comme toujours ♥

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.