Dur dur d’être élitiste

28 juin 2007 à 11:52

Je fais, au quotidien, de  grands efforts pour persister dans mon élitisme assumé (décomplexé ?) qui consiste à ne regarder que des séries américaines. La plupart du temps, c’est facile : je ne manque pas d’occupation. Et vu que par « ne regarder que », j’entends « les regarder toutes », forcément, j’ai de quoi faire.

Et puis parfois, mon ange d’épaule (celui qui tient la bannière étoilée) part au pipi-room et mon diable d’épaule en profite pour me titiller l’oreille et me murmurer des insanités : « tu as déjà regardé des séries autres qu’américaines (et pas simplement en tombant dessus sur TF1 par hasard, ne me mens pas !), alors pourquoi ne pas continuer ? tu as envie d’un dorama, oh que oui tu en as très envie… Et tu peux ! Oui, il suffirait d’un clic, peut-être deux, et tu aurais ta dose de pilotes, plein de pilotes inconnus, des dizaines de pilotes, tu imagines ça ? »
Il n’existe pas de tapette à mouches pour les diables d’épaule et je le regrette. C’est très certainement une niche commerciale qui gagnerait à être mieux exploitée.

En attendant, je ne peux que succomber. Cycliquement, mais succomber tout de même.

Pourtant, jusqu’à présent, sur ce blog, je me suis fait un devoir de m’en tenir aux séries Etats-Uniennes, à maintenir un minimum de snobisme, quoi, zut, j’ai une réputation quand même (si, un peu) ! Pour un peu, America the Beautiful pourrait être l’hymne de ce blog, en quelques sortes : les visiteurs se devraient de l’entamer en choeur avant de lire un post, la main sur la poitrine, la bannière claquant fièrement au vent quelque part au-dessus de leur PC… Ah, ce serait beau !

Mais non, il faut toujours des trouble-fête pour gâcher l’harmonie ! Des séries bouh, pas bien japonaises par exemple ! Et encore, heureusement que je ne capte plus ZEE TV parce que je vous parlerais de soaps indiens ! D’accord, tant que je n’en suis pas réduite à regarder des séries italiennes, l’heure n’est pas encore venue de m’exiler dans un couvent où je serais privée de télé à vie pour ma pénitence, mais néanmoins l’heure est grave !

La question se pose donc, entière : dois-je ou ne dois-je pas traiter de séries non-américaines dans ce blog ? Leur ferai-je cette faveur ? Oserai-je ces entorses à mon règlement perso ? D’un certain point de vue, la question est ridicule, mais du mien, elle est d’importance.

par

Pin It

2 commentaires

  1. Heather dit :

    Je prône l’ouverture également Lady et serais en plus très curieuse et intéressée de lire tes chroniques sur des séries d’autres horizons.

    L’élitisme se restreint-il aux Etats-Unis ? Je n’y crois pas. D’autant que les codes des séries d’une même nationalité, très similaires, finissent par donner une grille de lecture uniforme au téléphage.

    La téléphagie, c’est aussi la richesse des contenus. Ce n’est pas forcément l’exhaustivité, mais cela se retrouve aussi dans la diversité des nationalités, des approches, des codes. C’est la curiosité inhérente au sériephile qui aime explorer des horizons nouveaux, peu importe la nationalité de la série.

  2. Nakayomi dit :

    Bah, sachant qu’il y a aussi des séries autres qu’américaines (ou anglophones) qui valent le coup, après tout, ce ne serait pas si anti-téléphagique que ça (puisque rien dans le titre n’indique que la téléphagie se doit d’être cantonnée à l’US voire même à la série, à quand de la télé-réalité ? ). Et puis, les doramas quoi… Y’en a qui valent les séries américaines. Avec leurs codes, avec leur façon d’être vue, mais elles n’ont parfois rien à envier à leurs cousines américaines. Enfin, moi, ça me dérangerait pas de voir du pays en tout cas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.