10 séries japonaises que vous devez avoir vues

6 novembre 2009 à 14:17

Les fiches de séries asiatiques s’ajoutent en permanence à la base de données de SeriesLive, et vous vous demandez par où commencer ? Pas de panique, nous allons nous porter à votre secours. Nos chercheurs ont épluché les sites, forums et autres communautés d’habitués du genre, pour établir une liste de 10 dorama considérés comme incontournables pour briller en société.

Je vous imagine bien avec un nigiri sushi à la main, en train de faire le malin… alors pour y parvenir, voici la marche à suivre.

– 1 Rittoru no Namida :
1 Rittoru no Namida L’histoire : Aya Ikeuchi est une adolescente de 15 ans qui s’apprête à entrer au lycée. Hélas, ses projets vont être contrariés par une maladie dégénérative qui lui fait perdre le contrôle de son corps.
Les acteurs principaux : Erika Sawajiri, Hiroko Yakushimaru, Ryo Nishikido.
La fiche : 1 Rittoru no Namida

L’impact :
au début était le best-seller : les carnets d’une jeune adolescente frappée par la maladie. L’histoire est adaptée pour la télévision, et s’avère être un succès d’audience à sa sortie en 2005. 1 Rittoru no Namida reste gravé dans les mémoires comme l’archétype du drame-dramatique-qui-fait-pleurer. Inoubliable également, son générique de fin intitulé Only Human, où défilaient les photos de la vraie Aya, auteur du journal intime qui a inspiré cette série. Trois ans plus tard, une remake est apparu sur le petit écran chinois.
– Densha Otoko :
Densha Otoko L’histoire : Tsuyoshi Yamada est un otaku fan d’animation et féru d’internet qui fait la rencontre de Saori, une jeune femme élégante et ravissante avec laquelle il n’a rien en commun. Pourra-t-il tout de même ravir son cœur ?
Les acteurs principaux : Atsushi Itou, Misaki Itou, Miho Shiraishi.
La fiche : Densha Otoko

L’impact : inspirée par un topic sur un forum japonais, Densha Otoko a d’abord été un roman, puis deux manga, puis un film, puis une pièce de théâtre, avant d’être adapté en série télé. Inutile de dire que le statut de culte n’est pas usurpé. La série a également reçu de nombreuses récompenses.
 
– Gokusen :
Gokusen L’histoire : Kumiko Yamaguchi est une toute jeune prof de maths, dont la jolie tête est remplie de beaux idéaux. Mais elle hérite, hélas, de la pire classe du lycée.
Les acteurs principaux : Yukie Nakama
La fiche : GokusenL’impact : manga, animation, série de plusieurs saisons, et depuis cet été, film sur grand écran… les tribulations de Yankumi ont commencé en 2002 et ne se sont jamais vraiment arrêtées, et vu les audiences, le public japonais semble en redemander.
 
– Kamisama, Mou Sukoshi Dake :
Kamidama, Mou Sukoshi Dake L’histoire : L’histoire de deux personnages qu’a priori tout oppose : Masaki Kano, jeune lycéenne on-ne-peut-plus normale, et Keigo Ishikawa, compositeur et producteur de talent apparemment en pleine gloire. Ces deux personnages n’ont normalement aucune raison de se rencontrer, mais cela se produit, et ils tombent même amoureux. Malheureusement, ce conte de fée moderne a aussi son dragon maléfique à combattre : le virus du SIDA.
Les acteurs principaux : Kyouko Fukada, Takeshi Kaneshiro.
La fiche : Kamisama, Mou Sukoshi Dake

L’impact : vu le turn-over que connait la fiction japonaises avec ses quatre rentrées télévisuelles par an, quand on vous recommande systématiquement une fiction qui a plus de 10 ans, c’est bien qu’il y a quelque chose. Mais quand en plus cette fiction promet de traiter de prostitution adolescente et se trouve être l’une des premières au Japon à parler du VIH…
 
– Orange Days :
Orange Days L’histoire : C’est la dernière année d’université pour Kai Yuuki ; la dernière année d’insouciance avant d’entrer dans le monde du travail, où il se cherche déjà une place. C’est à ce moment que Sae entre dans sa vie : elle est caractérielle, passionnée, très douée en violon… et sourde. Par le jeu du hasard, ces deux-là vont vivre ensemble les derniers mois de leur jeunesse.
Les acteurs principaux : Satoshi Tsumabuki, Kou Shibasaki, Eita.
La fiche : Orange Days
L’impact : couverte de récompenses et grand succès d’audience, Orange Days aurait pu se contenter d’être une bonne série, mais c’est avant tout une chronique très honnête de la jeunesse japonaise.
 
– Nodame Cantabile :
Nodame Cantabile L’histoire : Megumi Noda, alias Nodame, étudie le piano dans l’un des plus grands conservatoires du Japon, et y rencontre Shinichi Chiaki, également élève en section piano, mais dont le rêve de toujours est de devenir chef d’orchestre.
Les acteurs principaux : Juri Ueno, Hiroshi Tamaki, Eita.
La fiche : Nodame Cantabile

L’impact :
quand un manga à succès connaît une adaptation quasi-simultanée en série animée et en série live, on peut estimer que l’histoire est populaire. Quand les acteurs de la série se retrouvent pour filmer un téléfilm, on se dit que la série a vraiment plu. Et quand ces mêmes acteurs se retrouvent pour tourner deux films qui sortent à quelques mois d’écart, là on se dit que Nodame Cantabile n’a plus rien à prouver sur sa popularité.
 
– Hana Yori Dango :
Hana Yori Dango L’histoire : Tsukushi Makino est une élève du très huppé et très cher lycée privée Eitoku. Alors qu’elle souhaitait rester la plus discrète possible, elle va se retrouver confrontée aux F4, une bande de 4 garçons issus des familles les plus riches du pays, qui possèdent tous les droits dans le lycée. Tsukushi va alors s’opposer à eux, ce que personne n’avait oser faire jusque là.
Les acteurs principaux : Mao Inoue, Jun Matsumoto, Shun Oguri, Shouta Matsuda, Tsuyoshi Abe.
La fiche : Hana Yori DangoL’impact : une série adaptée d’un manga, ça arrive souvent. Mais qu’ensuite cette même histoire soit adaptée trois fois à l’étranger (en l’occurrence en Corée et en Chine), là quand même, c’est un indicateur assez clair de l’impact de Hana Yori Dango, série adolescente où tout le monde se retrouve.
 
Kimi wa Pet :
Kimi wa Pet L’histoire : Sumire a un nouvel animal de compagnie : il est vif, il est joueur, il a le poil frisé, et il est… humain. Suite à une étonnante rencontre, elle a en effet accepté d’héberger un jeune inconnu à la condition qu’il devienne son animal domestique.
Les acteurs principaux : Koyuki , Jun Matsumoto.
La fiche : Kimi wa Pet

L’impact :
en dépit d’un pitch en apparence surréaliste, Kimi wa Pet (déjà un succès lors de sa sortie en manga) a été salué pour la relation entre les deux personnages. La popularité de la série doit beaucoup au manga, mais avec sa fin alternative et son ton un peu plus sérieux, le dorama a su se créer une vraie personnalité qui a touché le public (occidental y compris), et a traversé les années.
 
– Great Teacher Onizuka (GTO) [1998] :
Great Teacher Onizuka L’histoire : Eikichi Onizuka était le leader d’un gang de motards, il tente désormais de devenir enseignant. Bien qu’étant très porté sur la chose, il a cependant décidé de bien faire son travail, et s’est fixé des règles de conduites. Mais ce professeur atypique en a-t-il l’étoffe ?
Les acteurs principaux : Takashi Sorimachi
La fiche : Great Teacher OnizukaL’impact : là encore, difficile de nier la popularité d’Onizuka vu que la série est atteinte du syndrome de l’adaptation-du-manga-que-déchire-tout. Transformée en série animée et en film également, l’aura d’Onizuka ne s’est pas éteinte avec le temps et plus de 10 ans après, on se recommande encore les exploits du professeur biker.
 
– Ikebukuro West Gate Park :
Ikebukuro West Gate Park L’histoire : Makoto vit à Ikebukuro West Gate Park, un quartier assez mal fréquenté. Un jour, il se retrouve impliqué dans une série d’assassinats après le meurtre d’une de ses amies. Accusé par la police, il décide mener lui-même l’enquête.
Les acteurs principaux : Tomoya Nagase, Ai Katou, Yousuke Kubozuka, Tomohisa Yamashita.
La fiche : Ikebukuro West Gate ParkL’impact : une autre adaptation d’un manga populaire, Ikebukuro West Gate Park a pour charme principal d’être une série moins idéalisée sur le monde de l’adolescence, voire carrément sombre, sans brosser un portrait dramatique de toute une génération. Une honnêteté primée de nombreuses fois et qui continue, par le bouche à oreille, de faire des heureux.

La plupart de ces séries, il est bon de le souligner, sont populaires auprès des adolescents (japonais ou occidentaux), ou au mieux des jeunes adultes, et donnent, toutefois, une vision un peu limitée de la fiction japonaise. Cependant, il s’agit bel et bien des titres qu’on vous citera le plus souvent lorsque vous demanderez des recommandations.

Néanmoins, si vous n’avez pas trouvé votre bonheur dans ces 10 séries pourtant considérées comme incontournables, ne paniquez pas, la fiction japonaise a encore beaucoup, beaucoup à offrir… et quelques pistes vont sont offertes dans le tag Japon.

Article également publié sur SeriesLive.com.

par

, , , , , , , , , , ,

Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *