Dans l’oeil de l’espion

16 novembre 2009 à 6:36

Il y a plus d’une semaine, j’ai eu la bonne idée de me lancer dans la découverte d’une série coréenne dont j’avais entendu grand bien. C’est un cercle vertueux typiquement téléphagique : on tente un type de séries, et comme la tentative est fructueuse, on en tente plus encore… Et en l’occurrence, après Over the Rainbow, je me disais que vu le nombre de références à la série IRIS sur les divers site de cagoulage de dorama, je ferai bien d’y jeter un œil.
Grand bien m’a pris. Une fois de plus.

Assez proche, dans l’esprit, des meilleurs épisodes d’ALIAS, IRIS propose un univers sombre, complexe, et sans complaisance de l’espionnage. Même s’il faut pour cela jouer avec la narration et perdre le spectateur sur les premières longueurs, exigeant de lui les qualités d’un marathonien au lieu de miser sur une efficacité immédiate. Et c’est tout à l’honneur de cette série qui semble résolue à tomber le moins possible dans la facilité.

Tout commence avec une mission assignée au héros, Kim Hyun Joon, et excusez du peu, il s’agit simplement de perpétrer un assassinat politique qui permettrait à la Corée du Nord et la Corée du Sud de se réunir. Ça fait un peu beaucoup même pour un homme aux épaules si carrées. En soi, l’exposé de la mission donne d’ailleurs une bonne mesure de l’intelligence de la série ; référence historique, placement de l’intrigue, cette séquence est déjà riche en enseignements sur ce qu’il y a à attendre de l’intelligence de la série. La mission se poursuit, et Hyun Joon atteint sa cible. La scène d’action qui s’en suit est réussie à son tour, avec ce qu’il faut de panique et de violence pour prendre IRIS très au sérieux sur ses intentions : il y aura du mouvement, mais pas de gratuité.

Ce qui m’a un peu perdue sur le moment, c’est que sans avertissement, sans rien, au bout de 12 minutes, Hyun Joon perd conscience et le spectateur se réveille sur un campus verdoyant, paradisiaque. Il faut un bon moment pour comprendre s’il y a eu flashback ou flashforward, mais l’histoire de ralentit pas pour si peu et les tribulations de Hyun Joon et son ami Jin Sa Woo se poursuivent. Si un inévitable élément féminin est introduit, c’est une fois de plus avec intelligence (et pas avec pour seule intention d’instaurer un triangle amoureux pour divertir l’audience féminine qui se serait aventurée devant IRIS), ce qui rend très passionnant ce nouveau chapitre de l’histoire, tout déroutant soit-il dans la chronologie du pilote.

Je vais tenter de m’arrêter là dans les spoilers, mais les dernières minutes de l’épisode s’avèrent plus convaincantes encore. Plus fortes. Plus violentes. Plus prometteuses quant à la suite des évènements. On ressort de cette heure de pilote à la fois essoré et impressionné.

Ah, quand les Coréens mettent des sous dans une production, ils ne le font pas à moitié ! Tourné dans je ne sais combien de pays et avec je ne sais combien de millions, IRIS tient ses promesses. C’est toute la différence entre une production pleine de sous, et une production pleine d’investissements. A chaque étape, casting, écriture, réalisation, tout est léché et vivant, intelligent et divertissant, sobre et époustouflant.

Des séries comme celles-là, on a envie de les présenter au monde entier. Si j’essaye de parler de dorama ces derniers temps dés que je le peux, c’est en sachant qu’une personne sur quinze ou vingt va vraiment lui donner sa chance. Mais dans le cas d’IRIS, on se dit qu’une diffusion en Occident serait plus que méritée. Et je suis certaine que ça marcherait, en plus, parce qu’il y a quelque chose d’universel dans IRIS, capable de sortir du marché local, efficace et sensé dans sa réalisation, pas du tout imperméable pour le spectateur qui n’est pas habitué aux productions asiatiques. C’est énervant, à la fin ! Quel gâchis ! Pourquoi on ne permet pas aux gens de découvrir des séries comme celle-là ! Je comprends que jamais des Kimi wa Pet ou 1 Rittoru no Namida ne pourront faire l’unanimité, mais quelque chose du calibre et de l’ambition d’IRIS…!

Bon, faites-moi plaisir, et faites-vous une faveur, ne laissez pas les diffuseurs occidentaux vous avoir ; donnez sa chance à IRIS. Satisfait ou remboursé. Je ne pense pas qu’on puisse être déçu.

par

, , , , , , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

2 commentaires

  1. Livia dit :

    Série aux allures alléchantes pour laquelle tu communiques vraiment ton enthousiasme !
    Je n’ai pas l’habitude d’essayer les dramas asiatiques avant la fin de leur diffusion dans leur pays d’origine (histoire d’être certaine qu’il existera des sous-titres anglais pour tous les épisodes) ; mais avec ce billet, IRIS vient de rejoindre ma pile de séries à voir. Et vu la thématique très intéressante proposée (de l’espionnage), je crois que je vais vite essayer de trouver le temps pour la découvrir !

    Merci pour le partage de cette trouvaille coréenne (et pour bouleverser mes plannings téléphagiques déjà compliqués). ^_^

  2. ladyteruki dit :

    Une trouvaille coréenne en échange d’une autre…

    Vu la popularité d’IRIS en Corée et au-dehors, je pense que tu n’as pas à craindre l’arrêt intempestif du sous-titrage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.