Not live from New York

20 mai 2010 à 17:19

Ça fait depuis samedi soir que la saison de Saturday Night Live s’est finie. Wow, c’est moi où ça manque sérieusement d’air autour de ce blog ? Je sais pas, je me sens comme oppressée… non ? Que moi ? Bon bah je continue. J’en étais où ? Oui : SNL ne reviendra pas avant septembre. Ouh et puis, il fait lourd aussi, non ? Quelqu’un peut ouvrir la fenêtre ? Je le ferais bien mais je pense que si je bouge, je vomis. Ah non je me sens pas bien là. Punaise, je sais pas si c’est la grippe carabinée que j’ai réussi à choper hors-saison ou quoi, mais la vache, je déguste. On disait quoi ? Ah, j’y suis, pas de SNL avant l’automne. Oh écoutez j’ai des bouffées de chaleur et des frissons en même temps, je vais pas pouvoir continuer…

En attendant que j’aie fini de cagouler quelques vieux épisodes qui mettent trois plombes à cagouler parce qu’ils n’intéressent que moi (les joies du c2c, cagoule to cagoule), me voilà donc en pleine crise de manque parce que SNL, a pu. C’est emmerdant parce que je suis en pleine période monomaniaque. J’avais réussi à m’en sortir après avoir passé le mois de mars à faire une autre fixette monomaniaque (qui avait eu pour résultat une semaine spéciale remplie de sketches), et je pensais que je m’étais calmée. Le problème c’est que plus je vois de vieux épisodes, pire c’est. Et là, comme je vais manquer d’inédits ET de vieux épisodes parce que je commence à avoir fait le tour de toutes les cagoules disponibles, on va commencer à entrer dans la phase de désintoxication forcée.
Je déteste cette phase.

La désintoxication est d’autant plus difficile que rien ne la justifie. La monomaniaquerie SNL ne met pas ma santé en danger, et presque pas ma santé mentale. C’est vrai que j’ai cité SNL 712 fois ces derniers jours, sur ce blog comme à mon entourage (celui qui s’est montré résistant à mes microbes, du moins), mais à part ça, quel est le problème, hein ? J’ai ramené une clé USB remplie d’extraits et de sketches à une amie l’autre jour et on a passé au moins 3 heures devant, c’est vrai, mais je l’ai pas forcée, et elle pouvait arrêter quand elle voulait ! C’est simplement pas juste d’essayer de me faire arrêter !

Et surtout, la désintoxication téléphagique a une particularité : au lieu d’un sevrage complet, c’est le sevrage d’une seule émission qu’il faut opérer, et il faut trouver par quoi on la remplacera. Et c’est toujours là que ça coince. Parce que si on aime tel programme ou tel autre en ce moment, c’est, d’une part, parce qu’il répond à un besoin (après avoir passé un mois absolument pourri de chez pourri, avec au programme de ma vie des décès, des cancers et d’autres joyeusetés du même acabit, pour changer j’ai envie de me marrer), et c’est, d’autre part, parce qu’on pense qu’il n’a pas son égal. Si on pensait qu’il a son égal, on regarderait déjà l’égal, et on ferait une obsession dessus aussi.

Donc tout le défi est de réussir à remplacer une addiction par une autre en attendant qu’arrive la rentrée.
Vu que nous sommes en mai, à chaque série qui finit sa saison, je sais que nous sommes plus nombreux dans ce cas… et ça ne me réconforte pas le moins du monde. Cet état de fringale insatiable avant des mois et des mois est un état que je ne souhaite à personne. Même pas à des gens qui aiment les vampires. Même si ce serait pas mal qu’ils arrêtent de nous casser les cou*lles avec leur promo à coups de gourdin pour la saison 3.

Inutile de dire que dans l’état de monomaniaquerie où je suis rendue (je me trimbale avec une clé USB de sketches de SNL, je pense que tout est dit…), bien des barrières mentales sont tombées.

A l’heure où je vous parle, j’ai regardé en moins de 24 heures toute la première saison de 30 Rock, et j’envisage sérieusement de me lancer dans la deuxième. C’est marrant parce que je regarde 30 Rock uniquement quand je suis malade… hasard ou coïncidence ? Hm, je ne crois pas aux coïncidences…

Vu ma piètre opinion sur Tina Fey comme sur ma première expérience de la série (à qui j’avais pourtant donné, dans ma bonté, 6 épisodes pour me convaincre la première fois, donc j’avais quand même persisté avant de conclure que je n’aimais), je ne vous en voudrai pas si vous prévenez les services psychiatriques.
Et pourtant, eh oui, 21 épisodes en 24 heures. Heureusement que c’est une comédie de 20mn et que je suis alitée, quand même, sinon ce serait effrayant.
Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis ou qui, du moins, ne sont pas capables de le nuancer.

Pis si j’ai fini les 4 premières saisons pour la rentrée de l’automne, ya des chances que tout ça finisse même avec un post To be continued…, par-dessus le marché. D’façons il est pas exclu que j’attrape un rhume quelconque quand le temps va se rafraîchir alors, euh, bon.

Il y a encore beaucoup de choses qui me chiffonnent dans 30 Rock, la moindre n’étant vraiment pas l’omniprésence de Tina Fey. Elle a ses bons moments, mais elle en a aussi beaucoup où elle est très irritante, parfois juste parce qu’elle est là, parfois parce que franchement elle se la pète un peu, la petite mère. En général, dans un épisode, les passages que où je me détends le plus sont ceux tournant autour de ses collègues (à la notable exception de Tracy qui m’énerve encore plus qu’elle), ce qui est quand même assez symptomatique. Le problème ne tient même pas dans le personnage lui-même mais dans la façon de tout ramener à lui en permanence.

Alors que pardon, mais j’avais espéré que 30 Rock parlerait de télévision. Or, dans un nombre incalculable de fois, on parle relativement peu du show. Et je crois qu’en fait c’est de là que vient ma déception d’origine avec la série, et qui reste un vrai casus belli : j’attends plus de cet univers. Du vitriol, de la caricature, de la dénonciation, plus de références… et plus de pédagogie, aussi. Comment Tina Liz monte-t-elle son show hebdomadaire ? Quelles sont les choses qui lui font obstacle ? Comment se déroule la semaine, l’émission, l’après-émission ? Au final on n’a qu’assez peu d’éléments là-dessus. Comme on passe un temps énorme à se préoccuper des soucis de célibataire de cette pauvre Liz (qui, soit dit en passant, a par contre très bon goût en matière d’hommes, je tiens à le préciser parce que c’est pas souvent dans les séries que je peux dire ça), ainsi qu’à nous faire comprendre à quel point son boulot est hyper stressant et l’empêche de s’épanouir dans sa vie personnelle (j’adore les tirades régulières sur l’amitié qu’elle nous sort, c’est d’une hypocrisie quand on voit qu’elle ne pense qu’à ses petits tracas), l’émission passe systématiquement au second plan. Passé un tiers de la saison environ, les coulisses deviennent carrément un gadget et plus du tout le moteur de la série. Le moteur, c’est Tina/Liz. Take it or leave it.

J’ai lu que 30 Rock, avant de parvenir à l’antenne, était passée par plusieurs stades de recalibrage et de réorientation avant de voir le jour. Ce qui est finalement assez révélateur des faiblesses de la série, finalement.
D’un pitch qui n’avait rien à voir avec une émission de divertissement (ce devait être au départ un journal télévisé), on est passé à un très évident SNL-like, sauf qu’on refuse de se mouiller pour parler vraiment de SNL ou du système des émissions du même type. Par la même occasion, j’ai aussi appris qu’il existait quelque part un pilote avec Rachel Dratch dans le rôle de Jenna, je paierais cher pour voir ça. Bref.
Parmi ces différentes étapes, apparemment, il y en a une qui était plus orientée vers le show (et où il était même envisagé de mettre à disposition de vrais sketches du TGS sur le site de NBC), et ça c’était exactement ce qui m’aurait plu, pour le coup. Avoir un équilibre entre la semaine folle des personnages, et le résultat final. Or là, plus la saison avance, moins on en voit.

Mais oui mais si on prend un thème, j’aime autant qu’on l’exploite !
Au-dessus de Tina Fey, il doit y avoir un network executive bien plus doué encore que le fictif Jack Donaghy, parce qu’à chaque fois qu’on tient un sujet sur les coulisses du show, Tina le laisse s’échapper et transforme sa série potentiellement piquante sur le milieu qu’elle cherche à dépeindre en Ally McBeal du monde télévisé. C’est très décevant de voir qu’à chaque fois qu’on pourrait faire quelque chose de couillu, on en revient toujours aux états d’âme de Liz qui a quand même, il faut le noter, le bon goût de ne pas rentrer chez elle à pied dans les rues de New York avec du Vonda Shepard en fond sonore. C’est déjà ça. Mais sinon, tout le reste est similaire : personnages déjantés mais vraiment pas productifs, univers dont on ne cherche pas à tirer quoi que ce soit mais juste à utiliser comme prétexte, discordes internes et affaires de cœur…C’est très agaçant.

Je sais bien que dans les grandes lignes (Saturday Night Live) comme dans les petites (l’épisode impliquant le late Late Show de Conan O’Brien), on implique des émissions de la même chaîne, et qu’on n’a pas envie de se tirer dans le pied, mais si c’est pour rester dans un registre de lèche-bottes, c’est pas la peine. Dans ce cas je ne vois pas l’intérêt de prendre le milieu de la télévision pour sujet si c’est pour que Liz fasse trois épisodes sur un mec qui est… comptable ! Pour réemployer ses termes : ça ne marche que dans Ugly Betty, ça ! (et encore, ça ne marche plus)

Parmi les éléments qui m’ont fait rester devant l’écran, outre mon état de santé qui m’y a littéralement clouée, il y a quand même quelques bonnes nouvelles et c’est, en fait, ce que je n’avais pas vu la première fois que j’ai regardé les 6 premiers épisodes de la série (qui pourtant, du point de vue de l’exploitation du contexte télévisuel, sont les plus aboutis).

Le principal atout de 30 Rock, c’est la présence d’Alex Baldwin. Mais à bien y penser, ce qu’on aime chez son personnage de Jack Donaghy, c’est d’avoir l’impression d’y retrouver un Baldwin à la fois fidèle à lui-même, et en même temps complètement caricatural. Et on s’aperçoit alors que c’est le cas de la plupart des autres personnages qu’on connaissait : Tina/Liz, Jane/Jenna, et bien évidemment Tracy/Tracy. En fait, la première saison de 30 Rock exploite ses personnages aussi bien qu’elle aurait dû exploiter son contexte ; on sent un parallèle solide avec la réalité, et en même temps outrancier, qui rend grand service à chaque personnage. Et certainement simplifie la vie de ses interprètes, mais qu’importe.

J’attendais de 30 Rock un peu plus de piquant, il est vrai, mais ce que les dialogues n’apportent pas de ce côté-là, on le retrouve sans aucun doute dans le rythme, parfaitement maîtrisé. Sur 21 épisodes, pas un ne présente de longueur, de dialogue un peu superflu, de moment où on a le temps de se demander où sont passés les mouchoirs. C’est l’un des atouts de la série sur sa forme. On ne se rend même pas compte qu’il ne se passe rien, on est trop occupés à rebondir d’une rapide scène à une autre rapide scène, ce qui accentue l’impression de se faire servir des dialogues futés, ce qu’ils ne sont pas toujours. Mais quand ils ne le sont pas, le rythme entretient l’illusion.

Du coup, quand on réussit à passer la barrière psychologique que représente l’omniprésence de Tina Fey, on réalise donc qu’on tient une série correcte, voire un peu plus. Je n’y vois toujours pas le phénomène que beaucoup de ses fans cherchent à dépeindre, mais je comprends quand même que ça soit divertissant.

Évidemment, il aurait été naïf de croire que j’allais retrouver avec 30 Rock ce qui me manque quand je ne regarde pas SNL. D’autant qu’il est évident que pendant tout phénomène de désintoxication téléphagique, on est dans l’impossibilité totale d’avoir un coup de cœur équivalent à celui qu’on vient de quitter sous la contrainte. Je savais que je n’aimerais pas autant 30 Rock que Saturday Night Live, déjà parce que j’avais vu 6 épisodes de la série l’an dernier et que je savais quand même à peu près à quoi m’en tenir, et aussi parce que le contexte ne s’y prête pas du fait de la désintoxication. Pourtant, si je me suis tournée cette semaine vers 30 Rock pour de mauvaises raisons, je pense que la comparaison lui a aussi profité dans le sens où son sujet proche (bien que sous-exploité) m’a permis de lui donner une vraie chance. Quand on se désintoxique téléphagiquement, c’est rare de trouver des circonstances de ce genre pour le faire en douceur.

Je n’ai donc pas changé d’avis sur 30 Rock, il s’est juste un petit peu adouci, et c’est déjà pas mal.
Maintenant, la grande question, c’est : est-ce que je tente la même chose avec Parks & Recreation ? L’obstacle est ici différent parce que le lien avec SNL est seulement Amy Poehler (yikes !), et qu’en plus il s’agit d’un mockumentary. Mais tant qu’à donner une seconde chance à des séries, autant profiter de l’appel d’air créé par le vide que laisse SNL…?
Rha punaise, ‘va falloir tenir jusqu’en septembre. Si je survis à ma grippe, en revanche je ne suis pas convaincue de survivre à ça.

Et pour ceux qui manquent cruellement de culture : la fiche 30 Rock de SeriesLive.

par

, , , , , ,

Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *