What is (the fuss about) The Event ?

24 septembre 2010 à 18:28

Bon, voilà, ça y est, je l’ai vu votre pilote de The Event, vous êtes contents maintenant ? Votre matraquage (« what is The Event ? », eh bah euh, une série pourquoi ?) dés que j’allais sur un quelconque site d’information téléphagique anglophone, ça commençait à me gonfler. Si vous vouliez en rajouter dans la promo pour vendre votre série dans 200 pays, c’est gagné. Si vous vouliez en rajouter dans la promo pour faire monter artificiellement l’attente des spectateurs, c’est gagné.
Par contre, si vous vouliez en rajouter dans la promo parce que votre produit valait le coup, vous vous êtes plantés.

Quand on crée de la demande, il faut que derrière, l’offre suive. Or The Event est pénible de bout en bout. Sa narration décousue, destinée à artificiellement créer un effet de compte à rebours totalement inutile, qui laisse présager d’une suite de mises en haleine factices assez usante. Épisode un : compte à rebours avant un micro-évènement. Épisode deux : compte à rebours avant le micro-évènement suivant. Et ainsi de suite jusqu’à ce que tous les spectateurs soient morts d’une crise d’apoplexie à force d’attendre qu’il se passe le vrai Event. Une recette qui symbolise, en gros, l’accomplissement de saisons et de saisons et de saisons de thèses conspirationnistes et autres mystères insolubles, genre X-Files, Lost, ou plus récemment Flash Forward et Persons Unknown. On notera à la lecture de cette liste que le genre est casse-gueule, c’est un peu la consécration ou le néant qui attend The Event avec une technique pareille.
Je penche pour le néant.

Tout ça donne l’impression de brasser du vide. De mon point de vue, attention aux spoilers dans les deux prochains paragraphes, les scénaristes semblent avoir procédé comme suit :

Phase 1 – L’histoire : dans le pilote, un jeune homme voit sa future épouse disparaitre mystérieusement, tandis que le père de celui-ci, attaqué par un groupe mystérieux, est contraint à un détournement d’avion (il est pilote de ligne) afin de percuter la maison de vacances du Président des USA, lequel est sur le point de donner une conférence de presse importante sur la libération de prisonniers mystérieux, sur conseil d’une mystérieuse scientifique. Un mystérieux agent tente d’arrêter le jeune homme pour de mystérieuses raisons.

Phase 2 – On reprend les mêmes, on mélange, et on recommence : alors en fait le jeune homme monte dans l’avion et l’agent tente de l’arrêter. Mais ça rate et le jeune homme est soulagé, l’avion décolle. On retourne dans le passé pour voir le jeune homme demander la main de sa belle à son beau-père. Les amoureux partent en vacances pour qu’il puisse faire sa demande dans un lieu paradisiaque. Retour dans l’avion, après le décollage, le jeune homme brandit une arme et veut entrer dans le cockpit, un marshall embarqué à bord tente de l’intercepter. Retour en arrière, on voit le Président fêter l’anniversaire de son fils dans sa maison de vacances en Floride, mais ses conseillers demandent une réunion. Retour en arrière, le Président a eu connaissance d’un rapport sur une prison où 97 personnes sont détenues illégalement, il veut la faire ouvrir. Retour dans l’avion, le jeune homme explique qu’en fait il veut sauver la vie des passagers et que le pilote ne doit pas crasher l’avion… Oh puis attend on va remettre un coup sur la demande en mariage, et puis là on va découvrir que finalement la scène dans l’avion n’était pas finie… Bref on passe son temps à revenir d’avant en arrière avec un petit chrono pour vous dire quand on recule mais jamais quand on avance, ce qui rend l’expérience désagréable plus qu’excitante (ce que je suppose être le but initial de la production).

Si je comprends parfaitement le but de l’exercice, la méthode a de quoi émousser la patience de plus d’un téléphage consciencieux : pour faire trainer les choses, on joue avec la chronologie. C’est peut-être spectaculaire dans une certaine mesure, mais c’est quand même drôlement irritant.

Vous l’aurez compris, la machine The Event n’aura pas pris sur moi, et le fait que j’ai eu du mal à échapper à sa promo (alors même que j’évite les news et trailers de tous poils depuis le printemps) n’a pas aidé, au contraire. Il va donc se passer un gros évènement qui va totalement m’échapper. C’est pas grave, je le prends avec philosophie : contrairement à ma difficulté à prendre du temps pour regarder Mad Men qui me donne d’amers regrets, je sais ce que je rate en arrêtant de regarder The Event dés maintenant, et je le fais sans le moindre petit pincement au cœur. Je l’ai dit, cette saison, je vais être sélective sur les séries au long cours ; c’est pas pour m’embarquer dans un festival de poudre aux yeux et perdre mon temps à essayer d’excuser l’absence de fond par l’excès de forme.
Désolée, Bill, j’étais pourtant contente de te retrouver.

par

, , , , , , ,

Pin It

2 commentaires

  1. Nakayomi dit :

    Je continue à penser que c’est la série qui m’attire le plus cette saison… (Non, tu n’auras pas réussi à émousser mon intérêt… ) Après, c’est pas dit que je sois un grand fan (surtout quand tout le monde n’arrête pas de parler de successeur de 24 et de Lost, vu comment je suis un grand fan de ces deux séries !!), mais bon…

    (Pour le long cour, pour le moment c’est que 13 épisodes… -Comment ça, comme pour toutes les commandes de départ ? Mais euuuh…-)

  2. Nephthys dit :

    La série est à mi-chemin entre Lost & un spy-show ms tu as raison les allers et venus ds le temps sont vraiment lourds au bout d’un certain moment…

    Cela dit, ma curiosité l’emporte et je vais poursuivre la série ^^ !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *