Vallée de la mort qui tue

2 septembre 2011 à 20:00

Dépasser les appréhensions. Surmonter les obstacles. Repousser les limites.
Tenter Death Valley.


Ha ha ha, même pas peur.
Si, un peu.
Faut dire que là c’est quand même le jackpot : une série policière, un mockumentary, des zombies et des vampires. Que des trucs bien à la mode mais qui me font hurler d’horreur, quoi. C’est même étonnant qu’il n’y ait pas d’ado tellement la formule semble concentrer tout ce que je n’aime pas à la télévision.

Et pourtant Death Valley n’est pas si mal. Pour une série policière mockumentaru avec des zombies et des vampires, je veux dire. En fait, déjà, les zombies sont moins flippants qu’attendu parce qu’ils sont plus vifs (ce qu’excpose assez bien la première séquence de course-poursuite), et que quelque part, ça les dé-zombifie. Ils sont juste moches, gluants et amateurs de chair fraîche, mais ils n’ont pas ce côté profondément malsain des zombies de The Walking Dead, paradoxalement ça les rend plus supportables qu’un regard torve et des gestes lents, bien que de toute évidence ils soient moins humanisés que les vampires et les loups-garous (peu représentés, les loulous, dans cet épisode, en fait), ça retire un peu de leur pouvoir de nuisance psychologique sur la pauvre créature impressionnable que visiblement je suis.

Autre élément, le cast. Là comme ça, ça n’a l’air de l’air, évidemment, quand tout le monde parle toujours des superstars de la télévision qu’on attend et qu’on attend comme le Messie (s’pas, Ringer ?), mais quand on a vu Tania Raymonde grandir, forcément ça fait toujours plaisir de la trouver dans un rôle un peu badass comme ça. Et puis, personnellement, Bryan Callen fait partie de ces acteurs que depuis plus d’une décennie, j’aime bien retrouver à l’écran ici ou là. Il n’a rien de spécial, il n’est pas un acteur incroyable, il m’est juste sympathique. Donc voilà. Ca fait toujours plaisir.

Death Valley trouve un juste milieu entre l’action un peu gore (…bon d’accord, pas qu’un peu, mais ça pourrait largement être plus violent ; j’ai vu Battle Royale quelques heures plus tôt, faut dire) et l’humour, ce qui n’était pas un mélange facile. L’équilibre est d’ailleurs par moments hésitant (l’un des personnages est trop grotesque par rapport aux autres) mais globalement ça fonctionne parce que ce n’est pas de l’humour trop lourd, tout en restant potache, et cela n’entache jamais l’action qui elle est toujours bien sympa.

Je suis ressortie du visionnage du pilote avec un peu la même impression que celle que j’avais eue avec NTSF:SD:SUV::, un vrai moment de détente (je n’ai réellement flippé ma race que dans la bande-annonce des épisodes suivants) pas prise de tête. Ah, c’est sûr, yaura toujours des gens pour vous dire que c’est pas très intellectuel, mais en même temps ce n’est pas abrutissant pour se mettre à la portée du plus petit dénominateur commun, juste décontracté, et c’est comme ça que j’aime ce genre de séries. On ne peut pas regarder du Game of Thrones ou du Shinya Shokudou tout le temps non plus, mais au moins on n’a pas l’impression d’être pris pour un abruti.
En fait, je vais même vous dire : c’est typiquement la série qu’il doit être sympa de regarder avec des copains et une bonne pizza (pourvu d’avoir le coeur bien accroché). D’ailleurs j’aurais ptet moins les jetons si j’avais quelqu’un à côté de moi avec qui rire de ces trucs-là (un peu grassement, certes).

par

, , , , , , , ,

Pin It

1 commentaire

  1. Nakayomi dit :

    L’impression qui ressort de ces premières impressions c’est justement que les miennes (de premières impressions) sont plutôt justes… Surtout quand je vois la conclusion (le doublé pizza et potes)… Hum non, décidément, si je me suis aperçu avoir loupé quelques oeuvres qui pourraient m’intéresser dans cette rentrée, Death Valley n’en fera définitivement pas partie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.