La boussole pointe vers le bonheur

10 février 2012 à 1:16

Il ne vous aura pas échappé que je regarde beaucoup, beaucoup de pilotes. Certains me plaisent. D’autres non.
Et d’autres encore, une fois de temps, viennent bouleverser mon univers.

J’avais eu un excellent mois de janvier, de ce côté-là : entre Smash, Touch, Äkta Människor… je considérais ce début d’année avec énormément d’enthousiasme. Mais il faut être réaliste : tous les pilotes ne sont pas forcément des enchantements. Le coup de coeur n’est pas la norme, mais l’exception. On peut trouver de bons pilotes sans avoir nécessairement de coup de coeur, d’ailleurs, et il faut se résoudre à ne pas toujours s’en prendre plein les yeux ou le coeur. On a tellement l’habitude de se plaindre de ci de ça ou d’autre chose, moi la première (n’ai-je pas une rubrique toute entière dédiée à mes coups de gueule ?), qu’on a tôt fait de se souvenir que le coup de coeur ne nous attend pas toutes les semaines ou presque.
Ce mois de janvier rempli de pilotes excitants et réussis n’était pas voué à se prolonger pendant les 11 mois suivants.

Et tant mieux. Qui peut dire ? Un coup de coeur de plus et peut-être que je vais m’effondrer, submergée par le ravissement de trop ! Combien de pilotes incroyables et renversants mon coeur peut-il encaisser ?
Eh bien je vous avoue que je commence à me dire que 2012 va me faire mourir d’extase téléphagique. Car les enfants, il faut que je vous parle de 30° i Februari. C’est une merveille.

A plusieurs reprises, dans l’histoire de ce blog, j’ai souligné combien je me méfiais des résumés trouvés çà et là sur des séries non-anglophones, quand je ne les ai pas encore vues. L’un des exemples les plus évidents, c’est Naznaczony : une série étrange au pitch insondable, dont j’ai été, au terme du pilote, incapable de confirmer si les résumés lus ici et ailleurs étaient exacts.

Il en va de même pour 30° i Februari (prononcer « 30 grader i Februari ») qui avait toutes les apparences de la gentille série feelgood et familiale, et qui se révèle être un drama plein d’âme, de coeur, d’humanité, et à ce titre se montre parfois douloureux.

A l’instar d’Äkta Människor, la série fonctionne comme une chorale dont les voix ne se croisent pas ou peu, en tous cas dans le pilote. Chaque groupe de personnages fonctionne comme une entité indépendante qui se construit tout en élaborant un angle sur le sujet de la série : l’expatriation de Suédois en Thaïlande, qui apparait comme un pays de Cocagne à la plupart d’entre eux.

Ainsi l’épisode s’ouvre sur le couple Bengt et Majlis, deux personnes âgées qui partent en vacances en Thaïlande (ils font le voyage avant les autres personnages, d’ailleurs), le fauteuil de Bengt se prenant dans la neige devant leur maison, et Majlis tentant de faire preuve de patience malgré les protestations de son mari, tendue vers un seul but, partir au soleil. C’est l’histoire de leur couple, à vrai dire, cette image de départ : Majlis est à la fois attentionnée, docile et optimiste, là où Bengt est un négatif dans l’âme, un fardeau non pas de par son état de santé mais par son tempérament désagréable. C’est dire si leur voyage ne sera pas une partie de plaisir (et encore, ils n’ont rien vu). Il fera preuve d’une certaine brutalité verbale à son égard à plusieurs reprises dans cet épisode, et le regard brouillé de Majlis ne trouvera d’instants de répit et de lumière que dans la contemplation de la Thaïlande qui a visiblement ravi son coeur. Mais il y a fort à parier que son admiration pour le paysage soit liée à une méchante envie d’échapper à son époux, qu’elle a trainé au soleil pour qu’il n’ait pas à subir l’hiver suédois dans son état, et qui trouve le moyen de la traiter comme une voleuse.
Majlis s’impose comme un personnage à la fois brisé et sur le point de renaître. La camera comme le scénario s’intéressent peu à Bengt, que l’on n’aperçoit finalement qu’avec le regard de sa femme. Elle, par contre, est certainement en train de vivre sans le savoir une aventure qui va la changer. C’est une transition qu’on a instantanément envie de vivre avec elle.

Plus subtile au départ est l’histoire de Chan. On le voit très peu lors des scènes en Suède. Il n’est que le vendeur de spécialité thaïlandaises ambulant qui se chauffe les mains en attendant les clients, pendant quelques secondes. La première fois qu’on le voit, on trouve triste la vue de ce petit bonhomme qui vend de l’exotisme par -15°C dans sa fourgonnette. C’est un contrepied ironique, presque.
Finalement notre homme se décide à partir. Lui, la Thaïlande, il connait. Il y a laissé un fils qui doit aujourd’hui être un adolescent, et il part à sa recherche ; il le trouvera dans un squat rempli de junkies. Non, 30° i Februari ne parle pas que de soleil, mais de la même façon que Majlis est à l’aube d’un nouveau commencement, Chan et son fils Pong sont sur le point de tout changer aussi. Le pilote ne nous en dira pas plus sur eux, mais il se passe immédiatement quelque chose de très fort dans cette quête, qui évite un certain nombre d’écueil pendant son maigre temps d’antenne.

Il y a des années, Chan vivait à Happiness. Happiness est un bungalow situé sur un petit coin de sable, aujourd’hui en bien piteux état. C’est là que Kajsa et ses filles avaient passé des vacances inoubliables… Mais quand Kajsa, surmenée, fait un AVC qui la diminue fortement, elle convient avec sa fille Joy de tout plaquer et de retourner à Happiness le bien nommé. Chan étant aux abonnés absents, elle décide d’acheter le bungalow pour une bouchée de pain. (pour le moment, je n’ai pas l’impression que quelqu’un d’autre ait acheté l’endroit ; soit les résumés étaient trompeurs, soient ils se révèleront vrais bien plus tard)
L’histoire de Kajsa et Joy (la petite Wildas est adorable mais n’a pas une grande valeur dramatique pour le moment) est magnifique. La mère et la fille correspondent quasiment par télépathie, et cela, hélas, leur sera fort utile dans cette scène déchirante pendant laquelle Joy tente de réapprendre à sa mère à parler… Kajsa est un beau personnage également, au départ une architecte surmenée et un peu, pardon pour le jeu de mots, froide, mais qui prend son AVC comme un rappel à l’ordre. Difficile de ne pas être ému par la façon dont l’accident est traité dans cet épisode, avec énormément de sensibilité mais sans en faire des tonnes non plus. La décision elle-même de partir pour la Thaïlande, de revenir aux fondamentaux, quelque part, se fait dans le silence, avec simplement des échanges de regard et une video de vacances. Ce qui se passe dans ces scènes décisives est non seulement puissant mais de très bon augure pour la suite, indiquant que 30° i Februari a une façon de faire les choses dénuée de toute lourdeur, mais pas d’émotion.

Enfin, le personnage de Glenn offre un parcours qui s’annonce aussi touchant que les autres. Glenn n’est pas gâté par la nature, il le sait, et a parfaitement conscience de la misère amoureuse dans laquelle cela le plonge. Inscrit sur un site de rencontres, il commence à correspondre avec une Thaïlandaise, et les choses s’emballent. Glenn embarque pour la Thaïlande, une bague dans la poche, bien décidé (en dépit du fait qu’il ait menti sur sa photo) à épouser cette jolie Karn qui semble si jolie et aimante.
Une fois arrivé ce n’est évidemment plus le même refrain. Karn travaille dans un bar dont on sous-entend fortement que c’est un bar à hôtesses, mais surtout, il prend peur parce qu’il a utilisé la photo d’un superbe sosie de Clooney, et s’enfuit. Quand une jeune femme rencontrée dans une échoppe le pousse à revenir faire sa demande au bar, et le traine dans les rues totalement imbibé de whisky, inutile de préciser que personne n’y croit…
La solitude mais aussi la lucidité de Glenn, son envie sincère d’être aimé et de rompre la solitude dés que quelqu’un fait preuve d’un peu de gentillesse à son égard, sont incroyablement touchantes. On imagine mal que l’aventure aille aussi loin, mais il a cette sorte de naïveté qui le pousse à tenter le coup, à acheter une bague, prendre l’avion, tenter le tout pour le tout. Il n’est pas amoureux mais il a tellement envie de l’être…

Les destins de ces personnages vont donc être changés par la Thaïlande. Mais plus qu’une aventure familiale à l’autre bout de la planète, ou même une invitation au voyage bourrée d’exotisme destinée à un public qui se les pèle sérieusement en cette période de l’année, 30° i Februari est surtout une invitation à chercher le bonheur là où on pense le trouver, et à aller y puiser la force de se changer soi-même.

Il y aurait long à dire de la puissance de la réalisation de ce pilote, toute en douceur et en patience, occupée à observer les visages de ses personnages et à attendre qu’ils expriment, par un geste, un regard, leur émotion du moment. J’apprécie toujours quand une série se montre capable de ne pas chercher à meubler ses silences, mais plutôt de les exploiter pour qu’ils trahissent quelque chose d’insaissable autrement, et 30° i Februari réussit prodigieusement bien à capter de menus mais importants détails de cette façon.
L’émotion contenue dans ce pilote est incroyable. Je vous parle d’un coup de coeur de la trempe de The Circuit ou Capitu, là. Le truc qui vous renverse et qui vous change. Dont vous ne ressortez pas indemne.


Ah, et ce thème, ce thème…
30° i Februari, la promesse de 10 épisodes superbes qui pourraient me faire m’effondrer, submergée par le ravissement de trop. Mais, mourir de bonheur ? C’est ce que j’appelle une belle mort.
Alors c’est une affaire entendue, je passe les prochaines semaines en Thaïlande.

par

, , , , , ,

Pin It

6 commentaires

  1. Enak dit :

    Tu l’as fais en VOSTM cella-là ou t’as réussi à trouver un ST ?

  2. ladyteruki dit :

    Je l’ai fait en VOSTM aidée des sous-titres suédois (ça me fait bosser comme ça). J’ai bon espoir de les soumettre à un suédophone qui s’est proposé dans les commentaires pour Äkta Människor. Je lui envoie un mail ce weekend.

  3. Mystical dit :

    Ton article m’a donné envie de découvrir cette série et plus encore les très belles images de la vidéo que tu as partagé. Mais c’est sur que sans sous titres, je ne suis pas sure d’avoir envie de me lancer. (et même avec les sous titres anglais, j’ai à chaque fois l’impression de perdre énormément )

  4. Élodie dit :

    Bonjour,

    Merci pour ton blog. Je m’inscris à ton fil RSS et 30 grader i februari m’a bien fait envie!

  5. gouig dit :

    mort de rire…

    Je me demandais ce qu’était VOSTM et google m’a directement renvoyé à ton post du 5/02!

    Je regarde de ce pas Äkta Människor avec les ST anglais. Merci à toi!

  6. ladyteruki dit :

    Ce n’est pas facile de parler d’un coup de coeur, on a souvent tendance à être dépassés par l’émotion et du coup je suis contente d’avoir réussi à faire passer l’essentiel dans mon post, et surtout, de vous avoir donné envie d’aller plus loin en termes de fiction suédoise. Allez, on désespère pas, avec un peu de chance, à force de tanner tout le monde avec 30° i Februari comme je l’ai fait avec Äkta Människor, des sous-titres vont finir par apparaitre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *