Still haven’t found what I’m looking for

18 septembre 2012 à 23:21

Pas facile, ce défi, hein ? Ouais, je trouve aussi. Des pilotes, plus on en reviewe, plus il en vient. Notez bien que je ne me plains pas mais, bon, faut tenir le rythme ! Ca se calmera sans doute quelque part en novembre… enfin, je l’espère ! Et encore, dites-vous que vous ne faites que les lire, whisperintherain et moi devons les écrire ! C’est de l’organisation, et quand les intégrales et les coups de coeur s’en mêlent, c’est un peu compliqué, forcément.
Aujourd’hui, direction l’Irlande et le Royaume-Uni avec Moone Boy, une étrange série dont, je préfère autant vous prévenir, je ne sais pas trop quoi penser… En espérant que la review de whisper soit plus claire que la mienne !

Alors, de quoi parle Moone Boy ?
Bonne question. Je ne suis pas très convaincue de savoir y répondre. Difficile d’en déterminer le héros, par exemple, tant ce premier épisode semble partir dans plusieurs directions.

A première vue, j’aurais dit que le personnage principal de cette étrange dramédie est Martin, un garçon sur le point de fêter ses 12 ans, et pour qui l’école n’est pas un lieu de tout repos. Mais en réalité, vu que Chris O’Dowd est au générique de la série et qu’il incarne l’ami imaginaire de Martin, on pourrait penser que c’est lui, le personnage central de la série. Sauf que non, parce que l’épisode s’attarde tellement sur le père de Martin, que le petit garçon en deviendrait presque anecdotique. Et finalement le petit monde de Moone Boy semble dépourvu d’un héros clair et défini ; pour beaucoup de séries, on pourrait penser que ce n’est pas une mauvaise chose, qu’il s’agit d’un ensemble show, mais ça ne s’applique pas vraiment au cas présent ; j’ai ressenti cette absence de focus comme un échec pour m’attraper.

L’idée de l’ami imaginaire me plaisait pourtant beaucoup. Quand j’ai entendu parler de la série pour la première fois, j’ai trouvé le concept poétique et émouvant. Dans les faits, la présence de Sean, le meilleur ami invisible de Martin, est si sporadique et si peu significative qu’on pourrait presque, si ce n’était pas ironique, la qualifier d’inexistante. Moone Boy n’est donc ni Wilfred dans les années 80/90, ni Calvin & Hobbes. Et c’est tout le problème ! Comment apprécier une série qui ne se donne aucun mal pour, dans le pilote, nous faire ressentir le genre de lien qui unit un enfant à son ami imaginaire ? C’est injuste, mais c’est comme ça : d’autres sont passés avant, sur un thème similaire, et Moone Boy ne parvient pas à rivaliser.
Je pensais que dans ce cas, d’une façon plus générale, ce serait l’imaginaire de Martin qui prévaudrait ; l’utilisation de ses dessins en début d’épisode me l’avait en tous cas laissé espérer. Mais là encore, ce point de vue est largement délaissé, et les séquences pendant lesquelles le jeune garçon imagine des choses vont être reléguées au rang des gadgets transitoires d’un acte à l’autre de l’épisode.
Pour un peu, les déboires de Martin, martyrisé par deux affreux à l’école, pourraient en réalité servir de pont afin de nous mener doucement vers l’intrigue du père. Mais ce n’est pas le cas, puisque les séquences dédiées à celui-ci seront entrecoupées de scènes totalement anodines concernant Martin et l’une de ses soeurs. Ce qui est dommage car j’aimais énormément l’idée d’un club entre pères désespérés, mais l’idée n’est pas allée très loin non plus pendant l’épisode, du fait du temps d’antenne réduit.

Le problème de Moone Boy, évidemment, c’est que j’en attendais quelque chose de précis, trop précis peut-être. Pas sur le plan du ton, où je me retrouve bien dans le côté dramédie pas trop outrancière mais ponctuellement drôle, mais plutôt du point de vue de l’histoire et des personnages. C’est comme si la série avait dû choisir une direction mais qu’elle s’y était refusée : à trop vouloir en dire, on finit par ne plus rien dire du tout. Pour ce pilote, j’attendais de toute évidence des choix plus marqués, plus radicaux, dans le point de vue de l’enfant ou de son ami imaginaire. Mais en-dehors de quelques petites remarques sarcastiques ou affectueuses, Sean n’apporte rien au cours des évènements.
…Mais peut-on réellement reprocher à une série de n’être pas celle que l’on voulait ?

A mon goût en tous cas, Moone Boy manque de fantaisie, ou de nostalgie, ou de tendresse. Le pilote avait le choix des armes mais n’en a dégainé aucune. Le plus effrayant, c’est que rien n’indique au vu de cet épisode que Moone Boy ne sera pas constitué de 6 épisodes totalement indépendants, ce qui, grosso-modo, en fait une sorte de Malcolm tiède et vaguement rétro. Un deuxième épisode a été diffusé à la suite du pilote vendredi, mais toute envie de m’y atteler m’a abandonnée à l’issue du visionnage du pilote.

Est-ce que j’aurais mieux donné sa chance à Moone Boy si je n’avais pas lu son pitch ? Probablement que j’aurais été plus ouverte en lançant l’épisode, et que j’aurais placé mes espoirs un peu moins haut pour le personnage de l’ami imaginaire, par exemple. D’autres points, par contre, m’auraient probablement déçue, comme la place très restreinte des dessins de Martin, mettons. On ne saura évidemment jamais ce que j’en aurais pensé si j’étais venue à Moone Boy vierge de toute idée préconçue…
L’expérience de ce pilote n’aura donc pas été concluante, mais me conforte dans ma volonté de vouloir éviter au maximum de me renseigner sur une série avant de la découvrir. J’aurais donc retenu au moins une chose de ce pilote…

par

, , , ,

Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *