Aucun signe

10 janvier 2014 à 21:14

Intelligence-US-650

Désespérant.
C’est. Véritablement. Désespérant.

Quand une série s’apprête à démarrer avec un certain buzz derrière, même s’il est plus généré par le network et son budget publicitaire que par des critiques extatiques, on a envie d’imaginer qu’il va apporter quelque chose de nouveau et/ou d’intéressant. Indirectement, on se dit que si le network se donne du mal, c’est sûrement parce que dans le fond, la série doit avoir quelque chose qui peut nous impressionner, sur la forme ou le fond.

Mais Intelligence prouve que ce n’est pas le cas.
Sur le fond, rien de très épatant pour commencer : un homme monolithique qui n’a été transformé en humain que grâce à un background vaguement émouvant, une séduisante partenaire avec laquelle il va pouvoir échanger quelques petites piques sans intérêt, des missions risquées dans lesquelles, heureusement, ses capacités hors du commun ne seront jamais sérieusement remises en question, et enfin, pour faire bonne mesure, une patronne avec qui il faudra se fritter de temps à autres, plus ou moins sérieusement. Intelligence ne débarque avec aucune idée, zéro. Même son concept de départ, elle l’a trouvé ailleurs (paraît-il dans un bouquin… ou pendant un marathon de Chuck).
Pour ne rien arranger, tout ce petit monde est incarné par des acteurs ne sortant surtout pas des clous, de Josh Holloway qui (comme moi !) ne desserrera pas les dents pendant trois quarts d’heure, à Marg Helgenberger qui pour une raison obscure a quitté son personnage des Experts pour finir par l’incarner ailleurs, en passant par Megan Ory qui se contente d’être jolie et/ou de rester dans l’ombre de Holloway, selon les scènes. C’est fade à en pleurer.

Quant à la forme, elle est terriblement banale, en dépit de ses tentatives pour mettre en images de la lecture de données (sur un mode assez similaire à ce que je me rappelle avoir vu dans Unforgettable). C’est sûrement très joli, mais ça n’a plus rien de bluffant. Je fais partie de ces spectateurs désabusés, je suppose, mais ajouter des animations et des filtres et des pixels partout, ça n’impressionne plus personne, surtout si ça n’aboutit à rien de vraiment intéressant. Certes, à une époque, Les Experts ont réussi à révolutionner la fiction policière grâce à des effets incroyables, mais c’était il y a bientôt presque 15 ans ! Il en faut plus pour épater le spectateur à présent.

Il n’y a pas dans Intelligence de véritable mythologie ; même si la série nourrit très perversement nos espoirs en fin de pilote, difficile d’imaginer quelque chose d’aussi creux finir par construire quoi que ce soit de fascinant sur des personnages aussi unidimensionnels. Et clairement, il n’y a pas grand’monde pour essayer de se donner de la peine, alors on imagine mal comment quoi que ce soit de captivant pour découler de cette formule si générique. Par plusieurs aspects, on joue ici dans la même catégorie que le pilote d’Almost Human, sur la concurrence : derrière les idées high tech, le héros super viril avec un talon d’Achille dans son passé reste le même. On est supposés avoir envie de le suivre alors qu’il n’est personne et qu’il n’apporte rien, qu’il ne semble rien ressentir sauf tout d’un coup quand on veut rappeler son background, et que ses actions font de lui une sorte de superhéros pour lequel on ne s’inquiète jamais (ce qui est toujours problématique dans une série d’espionnage). En revanche, si je suis prête à regarder encore quelques épisodes d’Almost Human, il faudra me supplier pour Intelligence.
Il n’y a pas de propos, il y a du vide. J’ai mieux à faire d’une heure par semaine que de l’occuper avec du vide ; appeler sa série Intelligence et n’en faire preuve d’aucune, c’est d’une tragique ironie.

Mais malgré ce tableau très sombre, ce n’est pas cela qui est désespérant.
Ce qui est désespérant, c’est que j’espérais autre chose… je ne sais pas quoi ! Il semblerait que cette saison, je passe mon temps à attendre une série bluffante qui n’arrive pas. On est en janvier : ça commence à faire long.

par

, , , , , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *