My Secret Disappointment

5 octobre 2014 à 15:05

Parce qu’aucune action sincère de ma part pour me réconcilier avec la fiction sud-coréenne ne doit rester impunie, me voilà aujourd’hui à vous parler du premier épisode de My Secret Hotel, la série qui vit actuellement ses dernières heures sur la chaîne câblée tvN avant que l’adaptation de LIAR GAME ne vienne la remplacer plus tard ce mois-ci.

MySecretHotel-650

Je pensais pourtant sincèrement que je pourrais apprécier My Secret Hotel, vu que son pitch mélangeait une romance à une intrigue de meurtre.
Et effectivement, le pilote s’ouvre sur une cérémonie de mariage pendant laquelle l’organisatrice, Sang Hyo, cavale dans tous les sens dans l’hôtel luxueux où elle travaille, cherchant désespérément son assistant qui a disparu, tout en satisfaisant les demandes de la riche famille qui est au centre du mariage.
Alors que tous les problèmes ou presque avaient été réglés, au moment où le marié arrive à l’autel, un cadavre tombe du plafond, semant la terreur parmi les invités ! Bah quoi, c’est quelque chose de bleu…

Mais c’est là que tout bascule.
D’abord parce qu’une fois de plus, un pilote a démarré par une séquence plutôt satisfaisante, avant d’aller s’embourber dans un retour en arrière. Écoutez, ça ne devrait plus être permis. Est-ce qu’il est encore envisageable pour un épisode d’exposition d’arrêter de faire ça ? J’espère qu’on n’a pas encore atteint le point de non-retour où les scénaristes ne savent plus écrire leur premier épisode autrement, mais certains jours je doute. Et pour le coup, j’avais même pas compris qu’on était revenus en arrière, sur le moment (c’est écrit discrètement sur un coin de carrelage au lieu d’apparaitre clairement à l’écran !!!). La chose est même rendue d’autant plus compliquée que certains dialogues font référence à des évènements qui pourraient très bien s’être passés pendant la cérémonie ; ainsi, Sang Hyo surveille les cameras de surveillance à la recherche d’un pickpocket… alors qu’on sait qu’une invitée du mariage a été volée ! Ça m’a toute mélangée. En fait, c’est la façon qu’a trouvé My Secret Hotel de dire qu’il y avait eu plusieurs cas de vols dans l’hôtel, mais c’est fait de telle façon, qu’on est plus sûrs de rien.
Mais ce n’est pas le pire revirement de situation de ce premier épisode. Car après avoir décidé de revenir en arrière, la série change aussi totalement de ton, et c’est ça mon plus gros soucis.

Au lieu de continuer à s’intéresser à Sang Hyo sur un plan professionnel, comme le faisait le début de l’épisode, on va au contraire se lancer dans une gigantesque romcom sans imagination que je vais tenter de vous décrire. Vous êtes prêts ? Prenez un stylo et n’hésitez pas à faire des schémas.
Donc, Sang Hyo est l’organisatrice de mariage de l’établissement The Secret Hotel (oui les scénaristes sont résolument des créatifs), elle travaille bon gré mal gré avec la directrice de la communication, Eun Joo, même si toutes les deux ne s’apprécient guère. Ambiance qui n’est guère améliorée par le manager de l’hôtel, Sung Gyum, qui fait mine de les courtiser toutes les deux très ouvertement, les mettant ainsi en compétition l’une contre l’autre (super technique de management au passage). Après la fuite dans la presse d’un rapport assez peu favorable pour les mariages de The Secret Hotel, l’équipe convient qu’un peu de pub ne ferait pas de mal et décide de mettre en vedette le prochain mariage organisé dans l’hôtel. Il s’agit de l’union d’une jeune héritière et d’un architecte prisé. Cet architecte se nomme Hae Young, et s’avère être… l’ex-mari de Sang Hyo !
Et du coup tout l’épisode va tourner autour de ça : le fait que Sang Hyo et Hae Young ont été mariés (et pensent encore l’un à l’autre même s’ils ne se sont pas revus depuis des années), que Sang Hyo va devoir organiser le mariage de son ex, que ça la perturbe, et que les avances en pointillés de son manager Sung Gyum perturbent encore plus.

On va avoir droit à toute la panoplie dés le pilote : Sang Hyo qui fait des crises de nerfs, qui s’humilie (car bien-sûr elle va boire et faire des choses embarrassantes), et ainsi de suite.

Au départ, je démarrais My Secret Hotel pour deux raisons : d’une part cette intrigue de meurtre, mais au train où ça va, on ne va pas se pencher dessus tout de suite. Les deux allusions et demies pendant le pilote sont grossières et ne permettent vraiment pas de profiter de cet angle de l’intrigue. Et puis il y avait le fait que l’héroïne, Sang Hyo, était supposée avoir la trentaine, et j’espérais que ça me changerait un peu des séries avec des vingtenaires bégayantes. Mais dans l’épisode il n’y paraît pas beaucoup.
Forcément le résultat final est très décevant.

Alors certes, comme dans tant de dramas sud-coréens, la distribution est bien faite de sa personne, les stylistes ont fait un boulot impeccable, les décors sont très chouettes, et il y a de la musique pop un peu partout, bref c’est pas du travail de cochon (même si la musique n’était pas du tout à mon goût, surtout cette ritournelle qu’on entend sans arrêt et qui répète en boucle « secret, secret, secret… my secret love » ; sérieusement ?!). C’est joli et ça bouge, en gros.
Mais si on en espère plus, on est très déçu, or pour une raison que je ne m’explique pas encore tout-à-fait, je continue de placer la barre juste un peu trop haut pour les séries sud-coréennes que je tente. Et ce, alors même que j’essaye d’être raisonnable en tentant des romcoms supposées être hybrides, plutôt que de la romcom pure.

La Corée du Sud et moi, on n’est pas prêtes de se réconcilier.

par

, , , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *