Le cri du cœur

2 mai 2016 à 12:00

Kate MacDougall est une habituée des enquêtes criminelles. Ce à quoi elle ne s’attendait pas, en revanche, était de trouver un cadavre d’enfant… dans son propre jardin.
Séquelles faisait partie des séries proposées aux professionnels pendant Séries Mania ; une excellente opportunité de découvrir la série en parallèle de sa diffusion québécoise en ce printemps. Alors, oui, je sais : on part encore de la découverte d’un corps d’enfant, et cela peut sembler être un cliché usé jusqu’à la corde pendant cette édition du festival, fort encline à faire disparaître ou éliminer des mineurs. Mais je vous rassure, Séquelles a aussi quelque chose de plus personnel à proposer.

Sequelles-SeriesMania-650

Car de toute façon, le premier épisode de Séquelles interdit formellement à Kate d’enquêter sur ce décès. Il y a deux facteurs à cela, l’un évident… et l’autre qui va vite le devenir. Car bien-sûr, Kate MacDougall ne va quand même pas enquêter sur un décès qu’elle a découvert à deux pas de son propre porche, ce ne serait pas très déontologique. Mais surtout, l’enquêtrice est sérieusement remise en question par son entourage professionnel suite à une mise à pieds décidée avant même que le crime ne soit commis. Forcée de quitter la section des Crimes Majeurs, et de choisir un poste plus quelconque ressemblant à un placard, Kate est également contrainte à suivre une thérapie qu’un comité d’éthique de la police pense lui être bénéfique. Notre héroïne suit donc les ordres, mais visiblement à contre-coeur ; amère, Kate MacDougall a donc quitté Montréal, et accepté un poste situé près du chalet qu’elle possède.
Le premier épisode de Séquelles fait un excellent travail pour montrer combien elle est diminuée par ces changements imposés. En fait il tient tellement de place dans cette exposition de la série que l’enquête n’a pour ainsi dire pas avancé quand se conclut l’épisode. Ce qui est au cœur de Séquelles, ce n’est donc pas cette petite victime découverte la gorge tranchée, mais MacDougall, son ressenti, sa colère, et, malgré tout, son insistance à vouloir s’occuper de l’affaire, ce bien que son partenaire (et ami), son patron (et ex-amant), et le responsable de la cellule des Crimes Majeurs (et, estime-t-elle, ennemi juré qui a manipulé la commission d’éthique pour l’évincer), l’enjoignent à raccrocher les gants.

Séquelles nous raconte donc à quel point cette demi-mise à pied est invivable pour son héroïne, qui s’est fait une réputation, qui plus est, dans la résolution d’enquêtes portant sur des meurtres d’enfants. Vous aussi, vous pensez que ça ne peut être un hasard si l’enfant a été découverte derrière la maison de l’enquêtrice ? Eh bien cette possibilité sera à peine murmurée dans le premier épisode, c’est vous dire si vraiment l’enquête ne va pas très loin, au moins pour le moment.
Non, Séquelles préfère amplement insister sur la rancune de Kate MacDougall, sur ses séances de thérapie (pas aussi fructueuses qu’espéré, sûrement), et sur la raison pour laquelle, bien que performante, l’héroïne de la série est profondément cassée.

Ce qui se profile (sans vouloir faire de jeu de mots), c’est avant tout un portrait détaillé de ce personnage, le meurtre de la fillette apparaissant pour le moment plus comme un révélateur qu’un angle que la série souhaite aborder en profondeur. Pour quelle raison MacDougall a-t-elle été écartée par sa hiérarchie ? On n’en obtient pour le moment que des bribes. Qu’est-ce qui rend l’enquêtrice si performante ? On commence à comprendre que c’est surtout son acharnement au travail, plus qu’un don particulier, qui est la cause de ses succès passés… et sûrement de ce qui l’a fait basculer. Au bout du compte, timidement, le premier épisode de Séquelles tente de poser la vraie question qui fâche : quelle raison peut bien motiver Kate MacDougall à se s’investir à ce point dans les enquêtes portant sur des enfants ?

Séquelles est donc une série hautement dramatique avançant à couvert, masquée derrière les apparences d’un thriller policier. Même si je ne doute pas vraiment que la mort de la petite fille à la gorge tranchée finisse par connaître une explication par la suite, je dois admettre que je trouve très courageux de la part de Séquelles de démarrer sa toute première scène sur ce sujet, pour finalement s’en désintéresser presque totalement par la suite, pour se passionner réellement, sincèrement, et douloureusement, sur ce qui anime le personnage de l’enquêtrice.
Car finalement, dans toutes ces séries policières qui ont jalonné Séries Mania, trop peu souvent un scénario nous donne l’occasion de nous demander pourquoi tous ces gens sont si impliqués dans la résolution des énigmes tragiques qui se posent à eux.

Si l’on part du principe qu’un flic fait ce métier par vocation et non à titre alimentaire, alors pourquoi a-t-il choisi ce job plutôt qu’un autre ? Qu’est-ce qui le pousse à sortir de chez lui à toute heure sur un simple coup de fil à propos d’une affaire en cours ? Qu’est-ce qui justifie à ses yeux de passer des nuits entières à attendre des résultats d’autopsie ou de laboratoire ? Qu’est-ce qui l’anime quand il découvre d’atroces scènes de crime et ne rend pas immédiatement sa plaque ? Qu’est-ce qui peut le motiver à tout sacrifier, y compris sa vie familiale et/ou amoureuse, afin de comprendre comment un innocent a été kidnappé vingt ans plus tôt, ou enterré vivant dans le sable, ou attaché aux pales d’un hélicoptère ? Si ce n’est pas le salaire, alors il nous faut croire que c’est quelque chose d’intime, pas juste de grands principes abstraits, qui habite ces personnages. Séquelles interroge ces explications personnelles, ou en tous cas, commence lentement à les explorer dans ce premier épisode.
L’explication n’est pas nécessairement inédite, pour autant que je puisse en juger d’après les premières pistes évoquées dans cet épisode inaugural, mais elle a le mérite d’exister. Elle a, en outre, le mérite d’être complète et profondément réfléchie, au lieu de se limiter à un élément de background simpliste balancé en deux minutes, ce qui est souvent le cas par ailleurs.

Oui, Séquelles commence comme 712 autres séries que vous avez vues ces dernières années. Mais elle va tellement plus loin que je serais très étonnée si elle finissait comme elles.

par

, , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *