My Yiddishe Momme

16 juin 2016 à 10:12

Vous trouverez peu de téléphage plus obsédé que moi par l’idée que les acteurs de mes séries fétiches mourront un jour. Et que, selon toute vraisemblance, je leur survivrai : c’est le problème d’avoir commencé la téléphagie très tôt.
Au fil des années, déjà, j’en ai vu partir. Ceux qui étaient le plus cher à mon cœur ont eu droit à une photo et quelques mots étranglés dans ces colonnes, fautes de mieux. Dont acte.

AnnMorganGuilbert-650

Et pourtant aujourd’hui c’est un peu plus difficile que les autres fois.

C’est difficile parce qu’il s’agit d’une actrice d’Une Nounou d’Enfer, une série qu’en dépit de ce qui semble parfois être le bon sens, j’aime énormément depuis plus de deux décennies. L’une des premières séries avec lesquelles je suis passée d’un rôle passif (regarder ce qui me passait sous la télécommande) à un rôle actif (chercher à voir tous les épisodes de la série)… puis agressivement actif (tenter d’enregistrer tous les épisodes de la série). L’une des premières séries que je n’ai pas seulement regardées mais aussi apprises par cœur… en VF puis en VO. Et même si un marathon, voilà quelques mois, m’a rappelé que certaines séries vieillissent parfois mal pour cause d’humour oppressif (et j’aime mieux pas en parler, en fait, c’est trop douloureux), Une Nounou d’Enfer est quand même l’une des premières séries à m’avoir donné envie d’écrire sur la télévision. Et ça, pardon, ça veut dire un petit quelque chose pour moi.
Alors croyez-moi quand je vous dis que j’ai maintes fois eu l’occasion de penser à ce que sera ma peine lorsque les acteurs de la série commenceraient à disparaître. Je ne vais pas vous mentir, le jour où Fran Drescher partira, ça va être très très dur. C’est idiot hein, parce que je n’ai jamais été dans la même pièce qu’elle et ça ne se produira probablement jamais, mais enfin, bon, c’est humain. Donc pour ce jour-là, j’ai un plan. Je sais déjà que ça va être très compliqué pour moi, j’ai prévenu mon médecin qui m’a pré-établi une ordonnance d’antidépresseurs et calmants lourds qu’il n’y a plus qu’à dater, j’ai prévu le coup, je devrais pouvoir traverser l’épreuve.

TheNanny-YettaSolo-360En attendant, Ann Guilbert nous a quittés. Concrètement c’était déjà une vieille dame au moment de filmer Une Nounou d’Enfer, il n’y a pas exactement de surprise. Ce n’est pas comme si vous me disiez que Madeline Zima a cassé sa pipe en premier, par exemple. Là ce serait passablement pénible ; j’ai également un accord avec mon médecin si ça se produit.
Dans le cas d’Ann Guilbert, c’est « juste » terriblement triste.
Pour une raison étrange les décès de certaines personnalités du spectacle nous touchent. Ils nous renvoient à l’intimité qu’on avait l’impression de partager en les invitant dans nos salons, nos chambres, nos chambres de bonne ; sur nos écrans cathodiques, nos télévisions à écran plat, nos ordinateurs ; sur nos VHS, nos DVD.

TheNanny-YettaGoodbye-360Le visage d’Ann Guilbert, à travers Une Nounou d’Enfer, m’a accompagnée en tant que téléphage pendant deux décennies ; et en tant que personne, aussi (pas toujours dans la même direction, certes). Parfois je regardais Une Nounou d’Enfer comme on va en pèlerinage, telle Bernadette Soubirous retournant à la grotte. Regarder la série était une façon de me ressourcer (hélas un peu moins ces derniers temps, j’espère n’avoir pas tout-à-fait perdu l’un des derniers bastions de ma passion des premières heures), de revenir aux fondamentaux, voire, dans un moment de creux, un de ces coups terribles pendant lesquels soudain on ne peut rien vraiment regarder, parce que c’était le coup de fouet dont j’avais besoin. Psalmodier les tirades comme des versets sacrés, et retrouver la foi.
La série m’aura vu grandir, et à chaque nouvel emménagement, chaque nouveau compagnon, chaque nouveau tournant, je finissais toujours par mettre un épisode, ou deux, ou dix, et Ann Guilbert a fait partie des visages qui ont suivi chaque transition sans jamais me faire défaut. Ces choses-là comptent au moins autant que celles qui se déroulent à l’écran.

Et quelque part je ne suis pas fière que ce soit uniquement pour Une Nounou d’Enfer que je porte pareille affection à Ann Guilbert. Sa longue carrière a couvert bien plus que cette seule série dans laquelle elle n’apparaissait même pas au générique. Et je l’ai vue ailleurs, plusieurs fois, mais rien à faire : c’est grand’mère Yetta. C’est un peu réducteur et en même temps pour moi, c’est énorme. C’est ce personnage que ma sœur et moi citons sans arrêt dés que nous nous retrouvons dans la même pièce. C’est ce personnage affectueux qui finalement se montre aimant et tolérant pendant toute la série, quoi qu’il advienne. C’est ce personnage loufoque qui me fait rire même quand ça ne va pas. Ce n’est peut-être rien pour vous, etc.

Dans tout ça, je dois résister à la tentation de penser que Fran Drescher est suivante sur la liste. Ce jour se rapproche. Quotidiennement, en fait. Et j’ai beau me dire que j’ai un plan, et un accord avec mon médecin, et tous les tranquillisants de la Terre…
…Je suis pas du tout prête.

par

,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *