The footy show

17 avril 2017 à 18:00

De plus en plus de télévisions de la planète s’interrogent sur la notion de « diversité », et l’Australie en fait partie, pour l’essentiel sur la télévision publique. Celle-ci propose depuis la semaine dernière The Warriors, une dramédie sportive également proposée aux accrédités de Séries Mania.

On y suit un groupe de quatre footballeurs australiens qui commencent à partager, au début d’une nouvelle saison, la maison dédiée aux nouvelles recrues. Trois d’entre eux viennent en effet de rejoindre l’équipe, le dernier est plus expérimenté mais a été assigné aux rookies afin de les superviser dans leur entrée dans ce nouveau monde. Il faut dire que désormais, ces jeunes hommes partis de rien font partie du monde professionnel, où les enjeux sportifs ne sont rien en comparaison des enjeux médiatiques et financiers.

thewarriors-seriesmania-650

The Warriors, qui est également le nom de l’équipe qu’ils intègrent, est une série avec deux qualités essentielles : elle a du cœur, et elle est la seule série sportive à s’intéresser aux origines (supposées ; apparemment c’est l’objet d’un débat entre historiens du sport) du football en Australie. Deux qualités… mais pas beaucoup d’autres.

Je vous accorde que c’est déjà pas si mal, et qu’on aurait pu s’en tirer plus mal : avoir du cœur, pour une dramédie, c’est quasiment l’essentiel, non ? Eh bien oui et non, car The Warriors obtient ces résultats sans vraiment se donner beaucoup de mal, par exemple en présentant des personnages pour le moment très sommaires, et aux réactions un peu simplistes. Lorsque l’un de ces personnages est un grand gaillard plein d’innocence enfantine, et heureux comme pas deux de commencer une carrière de rêve qui change totalement sa vie, c’est même un peu trop facile.

Bien plus intéressante est la façon dont The Warriors utilise ses deux personnages centraux aborigènes, ainsi qu’une marn grook et un rapide voyage dans un musée du footy, pour raconter l’histoire du sport dans toute sa fameuse « diversité ». C’est là une merveilleuse façon de proposer une série qui parle à la fois d’un sport national aimé par tous, et de spécificités propres à la culture aborigène qui n’a jusque là jamais eu droit à sa propre série sportive.
Evidemment, se pose à partir de là un petit problème, inhérent au fait qu’il s’agit d’une série avec des composantes culturelles très spécifiques. Ses références aussi bien à des événements sportifs passés connus uniquement des Australiens ou ces fameuses thématiques aborigènes, vont probablement échapper à des spectateurs étrangers. Or le visionnage de The Warriors étant proposé aux professionnels présents à Séries Mania, quelqu’un chez ABC espère vraisemblablement qu’elle s’exportera, ce dont je ne suis pas convaincue. La Nouvelle-Zélande, peut-être, mais les exécutifs néo-zélandais ne viennent pas à Séries Mania pour faire leur marché en fiction australienne, donc bon…

Quant à vous, à qui je m’adresse, your mileage may vary. En-dehors de la plus pure des curiosités (et je ne crache jamais sur la curiosité, comme vous le savez), il me semble que l’intérêt de The Warriors pour un téléphage francophone, puisque vous en êtes, est très limité. Mais je ne demande qu’à être détrompée.

par

, , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.