Pitch Story

18 mai 2009 à 19:32

Il y a des pitchs dont on a l’impression de les lire partout. Les projets s’accumulent, mais très peu sortent de l’ordinaire. Et même parmi ceux qui se montrent un tantinet originaux, la plupart ne verra de toutes façons jamais le jour. Un bête exemple : regardez les projets annoncés au compte de la FOX en 2009, et regardez la grille qui vient d’être annoncée pour la prochaine saison : 6 nouveautés, pas une de plus. C’est dans l’ordre des choses, certes, m’enfin.

A la faveur d’une insomnie, cette nuit, je faisais tout justement le tour des différents projets pour 2009, tels que fichés sur SeriesLive. C’était plus pour le fun que pour réellement m’attacher à l’un ou l’autre ; ne parlons même pas de pronostics. Mais durant ce petit voyage dans le monde de l’improbablement visible, j’ai été frappée par les ressemblances entre un grand nombre d’histoires présentées sur lesdites fiches-projet.

Alors là, stop, non, je vous arrête tout de suite : on ne va pas entrer dans le débat « un pitch est par définition réducteur, il ne faut pas s’y fier » ; je le sais pour être la première à le dire et notamment lorsque le pitch fait référence à d’autres séries (sur l’air de « la série serait un croisement entre Desperate Housewives et Alerte à Malibu« , mettons… ça ne veut tellement rien dire que c’était même pas la peine de le lire). Non, vraiment, je parle d’une question de fond. Le nombre de séries en milieu policier, si on prend l’exemple des séries dramatiques, est absolument hallucinant. J’ai vu passer tant d’annonces de projets (sur SL et ailleurs) commençant par les mots « la série s’intéressera à une équipe d’enquêteurs/policiers/agents » que je suis infoutue d’en avoir retenu un seul, en définitive. Côté comédie, c’est l’increvable pitch avec une famille loufoque et/ou difficile à vivre qui a de quoi sidérer.

Ça m’a ramenée à ce post ô combien et comme toujours instructif de Seriocity qui m’avait pour ainsi dire foudroyée sur place, lorsque son auteur, une scénariste confirmée (cf. fiche IMDb), relevait comme tenant de l’exception que certains pitchs ne l’avaient pas effleurée dans la première cuvée de l’année. Et surtout, la démonstration que chaque année, des équipes différentes de scénaristes proposent les mêmes idées les unes après les autres (« We pitch this show every year, and we’re not the only ones ») m’a paru absolument ahurissante. Ceci impliquant d’autre qu’un pitch n’est jamais vraiment nouveau. Voilà qui remet quand même pas mal de choses en perspective.

Vous vous rendez compte de ça ? Quelle que soit l’histoire que vous portiez en vous, elle a déjà été proposée à un moment ou à un autre à une autre chaîne ! C’est juste qu’elle a été refusée, mais ça, le public l’ignore. Et quand débarque Heroes, tout le monde a l’impression que c’est nouveau, alors que Kay et son staff y ont déjà pensé. Parfois, à force d’insistance, en frappant à diverses portes saison après saison, une série finit par voir le jour, et cela peut être lié à des facteurs ô combien divers : la popularité du scénariste a augmenté (dans l’intervalle, pour vivre, il a en effet pu se faire remarquer sur d’autres shows), la mode est plus propice au genre choisi (pitcher CSI dans les années 90, est-ce que ç’aurait pris ? c’était pas forcément le moment), la réécriture parfois en compagnie de nouveaux collaborateurs a porté ses fruits et le nouveau calibrage contente plus facilement la chaîne, etc…
Je trouve à la fois angoissant et terriblement fascinant de songer qu’aussi loin qu’on réfléchisse (ou presque), l’idée aura déjà existé, été pitchée, écrite, peut-être même qu’elle aura eu un feu vert pour un pilote… et tout ça sans même que le public ne le sache.

Le cœur de la question, c’est en fait que le plus important n’est évidemment pas le pitch. C’est par lui que tout commence mais il ne suffit pas à lui seul. Ce qui importe, c’est le traitement qui en est fait.
Entre deux séries au pitch similaire (et c’est vrai qu’à l’approche de chaque saison, imparablement, on est frappés par les similitudes entre deux, trois voire quatre projets, même contexte, même pitch ou quasiment, on dirait qu’ils ont tous fait de l’espionnage industriel c’est pas possible autrement, eh bien visiblement même pas puisque tout le monde y a pensé avant), ce qui fait la différence, ce n’est pas la situation de départ mais l’angle par lequel la production va l’aborder.

Alors, en cette période où aux annonces de projets en tous genres (auxquels il convient de ne pas s’attacher) succèderont bientôt (ça a donc déjà commencé) les annonces de grilles, mais aussi à une époque où on parle de réduire les budgets, et de restreindre les équipes d’auteurs, il est bon de se rappeler qu’un pitch n’est, en définitive, qu’un élément très limité de la série. On ne peut pas se fier à un pitch.
Vous savez, c’est comme Anatomy of Hope, l’un des rares projets que je surveille du coin de l’oeil, tapie dans l’ombre… sur le papier, l’idée est superbe. Et puis on réalise que c’est J.J. Abrams qui serait aux commandes et paf ! On déchante.

N’oublions pas que de toutes façons, tant que toutes les grilles ne sont pas annoncées (et à plus forte raison en ce moment que les chaînes, ABC en tête mais pas seulement, font les poubelles les unes des autres), rien ne sert de prendre quoi que ce soit pour argent comptant. J’aimerais d’ailleurs bien trouver des statistiques mettant en relation le nombre de pilotes réellement écrits sur le nombre de séries réellements parvenues au bout du chemin de croix. Et ça sans parler des Nikki & Nora, Faceless et autres Pretty Handsome qui sont venues au monde mais sont mortes-nées sans aucune forme de baptême.

D’ailleurs, je sais pas si c’est une impression, mais avant cette année, je n’avais pas senti d’engouement si flagrant pour les projets. Il y a toujours eu des projets en cours, pour les saisons, les mid-seasons, les grilles d’été… mais les annonces semblaient relayées avec moins d’entrain, et suivies avec moins d’assiduité par les téléphages. On retenait quand un « grand » lançait son nouveau projet, ou quand un acteur très connu se préparait à faire son « retour », mais ça s’arrêtait souvent là. J’y vois le signe (mais je peux me tromper) que les spectateurs espèrent la nouveauté comme un ange tombé du ciel (attention à ne pas amortir la chute !), mais c’est aussi, du coup, la garantie que nombreux sont ceux qui se seront déjà attachés à ce pitchs plus ou moins prometteurs, tenant pour acquis qu’on les verra bientôt.
Parce qu’un pitch, ce n’est peut-être pas grand’chose, mais on continue de s’y attacher, à ces petites bêtes !

par

, , , , , , ,

Pin It

Et pour ceux qui manquent cruellement de lecture…

1 commentaire

  1. Nakayomi dit :

    D’ailleurs, cette saison sera médicale ou ne sera pas, apparemment (je me cite moi-même d’ailleurs, désolé)…
    J’avais décidé d’écrire un article (en état de brouillon actuellement) sur les séries que j’attendais sur leur pitch (un peu comme l’année dernière) mais vu le peu d’intérêt suscité, j’ai préféré attendre de voir les séries confirmées… Et pour le moment, y’a toujours rien de très enthousiasmant (cela dit, c’est toujours après que ça se décante, une fois qu’on peut juger sur pièce un peu plus loin que le pitch, que le réel intérêt qu’on peut porter arrive… Pour ma part).

    Et pour le côté surveillance des pitchs… Je dirais que ça fait la deuxième ou troisième année que je surveille de près les divers projets (depuis qu’Eddie est annoncé dans différents projets ! lol ). Même si en fait, c’est presque une mauvaise habitude, à cause de la déception qu’on peut avoir due à l’attente… Sans parler des projets qui nous bottaient bien et qui ne verront jamais le jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *