Blurry ode

24 novembre 2010 à 23:41

Je n’ai jamais vu cette scène. Je l’ai pourtant vue des dizaines de fois.

Année après année je retombe sur cette scène bien précise dans un épisode bien précis qui compte parmi mes quelques centaines de préférés. Je reviens encore et encore à cette scène parce qu’elle m’emmène très exactement là où je veux, en cet endroit précis de moi-même qui est sans surprise et pourtant me surprend. C’est une scène parmi tant d’autres qui me font pleurer, parfois en suppliant que non, s’il vous plait, arrêtez, ça fait trop mal. En réalité je suis venue pour ça mais la vague me submerge, pour la énième fois, et je suffoque sous l’émotion.
Mais j’en redemande parce que de la même façon qu’il y a des scènes auxquelles je reviens, encore et encore, parce qu’elles sont drôles, j’ai besoin de celle-ci pour déclencher la catharsis. Parfois je pleure devant quelque chose parce que je suis fatiguée, ou frustrée, ou anxieuse, ou en colère. Mais devant cette scène, je pleure tout simplement parce qu’elle me touche intimement.
C’est une scène que je connais par cœur. Les soirs où vraiment ça va mal, je psalmodie même les répliques…

Mais pourtant chaque fois que je vois cette scène, je la manque. De peu. Je suis bien devant l’écran mais rien à faire je passe à côté. Non seulement parce qu’en fait, le spectacle est à l’intérieur…

…mais surtout parce que j’ai le regard baigné de larmes et que je ne vois pas vraiment ce qu’il se passe.

par

, ,

Pin It

3 commentaires

  1. S. dit :

    …Je fais fausse route ou il s’agit bien des cadets de Space 2063 ?

  2. ladyteruki dit :

    Exactement. Chapeau bas, d’ailleurs.

  3. S. dit :

    Même flous, j’avais cru reconnaitre personnages et uniformes, mais n’ayant pas revu la série depuis la 1ère diffusion (il y a de cela… 13, 14 ans?) et le coffret dvd n’étant pas encore arrivé, un gros doute subsistait…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *