Refaire / Défaire

3 décembre 2010 à 23:23

On se plaint des remakes américains… mais, mes pauvres petits, c’est rien, ça. C’est une partie de plaisir, même ! Quand les Américains se piquent de refaire Skins, Being Human (brrrr…), ou commencent à lorgner vers Misfits… mais je dis allez-y. Mais c’est pas grave. Ya pire dans la vie !

Imaginez des Espagnols en train de lancer un remake des Craquantes, par exemple.
Ah, là ça rigole plus. Bah vous avez raison : il faudrait une loi pour interdire le remake de sitcom américain. Là, on est dans la criminalité internationale, là d’accord. Et je comprends mieux pourquoi ça faisait des semaines que j’avais cagoulé le pilote de Las Chicas de Oro sans y toucher. Ça s’appelle l’instinct de conservation. Mais puisque j’en étais à mettre la fiche à jour (j’ai pas fini mais ça commence à avoir de la gueule, si vous voulez y jeter un œil), je me suis dit que, bon, piske j’avais le pilote, hein ?

Le problème, c’est le « respect » de la série originale. Parce que justement, Las Chicas de Oro est un vrai remake, genre qui a récupéré les scripts des épisodes d’origine et fait un petit gloubiboulga avec les passages qui semblent les plus à propos, genre qui a casté puis relooké les actrices pour qu’elles soient la copie conforme de leurs aînées américaines (à l’exception de Doroti à qui il manque 20 bons centimètres, au bas mot), genre qui a reconstitué les décors presque fidèlement quitte à conserver le goût des années 80 pour les couleurs, genre qui place des rires enregistrés à intervalles réguliers parce que « ça fait sitcom américain ». Tout y est, sauf… le cœur.
Je me rappelle mon effroi devant Maia Prekrasnaia Niania, il y a quelques mois. Je ne l’avais pas uniquement mis sur le compte de mon sentimentalisme et mon affection profonde vis-à-vis d’Une Nounou d’Enfer (ne riez pas, le Dieu de la Téléphagie seul sera mon juge !!!). Et étaient à blâmer exactement les mêmes travers.

Car dans le fond, remake ne veut pas dire copie carbone. Et si effectivement on retrouve tous les ingrédients des séries d’origine, le script, le look des personnages et tout… bah, le lien ne se crée pas. Alors je ne dis pas, ça divertit probablement sur le moment (surtout si on a la chance de comprendre l’intégralité des dialogues, je le conçois), et Maia Prekrasnaia Niania a été un beau succès de plusieurs saisons, et Las Chicas de Oro était regardée encore lundi soir dernier par 13,5% des spectateurs espagnols, ce n’est pas exactement un bide. Mais dans le fond, une fois ces séries achevées, ce qui restera dans les mémoires, c’est la série d’origine. Parce qu’elle est très exactement cela dans l’esprit des spectateurs, et surtout, de la production du remake : l’origine. Quoi que fassent les personnages à partir de là, ils ne sont jamais qu’une bouture repiquée.

Sérieusement, est-ce que les productions Russes ou Espagnoles (et je cite ces coupables uniquement parce que j’ai plus de place dans les tags, mais il y en a d’autres et parfois pas bien loin, n’est-ce pas Maguy ?) ne pourraient pas faire l’effort de créer leurs sitcoms pas drôles toutes seules, comme des grandes ? Bien-sûr que ça doit être plus simple à vendre à une chaîne, surtout quand le cahier des charges déjà prêt économise sur plein de choses, dont le travail de développement, mais sincèrement, c’est pas du boulot. C’est vraiment du produit de consommation pur, sans aucune ambition. L’émotion est totalement absente du résultat, même quand nos petites vieilles discutent de leurs expériences sur leur coin de canapé ; c’est déjà bien d’avoir gardé cette partie et pas juste les passages humoristiques, hein. Et on ne fait pas avancer la télévision de son pays en allant pomper celle des autres, pas de façon aussi littérale en tous cas.

Un remake pour défaire ce qui faisait le charme d’une série… c’est triste, franchement. Je suis sûre que par rapport, les remakes des séries dramatiques, même quand ils déçoivent, ne sont pas aussi révoltants.

par

, , , , , , , , , , ,

Pin It

1 commentaire

  1. Nakayomi dit :

    On en reparlera quand on verra le résultat de Being Human si tu veux bien… Parce que bon, je suis pas forcément convaincu que ta dernière observation soit totalement vraie… Je pense que de toute manière, il y a forcément un rapport quant à notre rapport, justement, avec l’originale pour ce sentiment de révolte qui peut se manifester.

    Bon, après, je dis pas, les copies carbones, j’suis pas convaincu non plus (on a pas eu des Paris machin-chose justement ?)…

    Et puis, je suis quand même d’accord pour dire que ce qui restera le plus, ce sera peut-être l’originale… Euh quoique… Comme tu parles de Maguy, je crois pas que Maud est très connue dans le coin en fait ! Il faut voir la situation dans le pays du remake…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.